Phytopathologie - cours

Tuta absoluta

Tuta absoluta

a/-SYSTEMATIQUE :                                 

Embranchement     Arthropoda
Sous-embr.: Hexapoda
Classe : Insecta
Sous-classe     Pterygota
Infra_classe  Neoptera
Ordre : Lepidoptera
Sous-ordre : Hétérocères
Super-famille  : Tineoidea
Famille :     Gelechiidae
Genre :    Tuta
Espèces :               Tuta absoluta
Nom commun La mineuse de la tomate.

                                                                    

b/-DESCRIPTION (Ordre ; espèce…) :

Tuta absoluta est un lépidoptère : les ailes antérieures, postérieures et le corps sont recouverts d’écailles. T. absoluta est un Gelechiidae. Cette famille

est caractérisée par une petite taille comprise entre 5 et 20 mm. Les ailes postérieures sont étroites et frangées.

-l’adulte :

  •   Micro lépidoptère de 6 à 7 mm de long et de 8 à 10 mm d’envergure.
  •   De couleur gris argenté avec des taches brunes sur les ailes.
  •   Antennes filiformes faisant le 5/6 des ailes
  •   Identification certaine par l’observation, après dissection et préparation microscopique, du génitalia mâle.

-La chenille

La chenille de premier stade est de couleur crème puis devient verdâtre et rose clair. Elle mesure à la naissance entre 0,6 et 0,8 mm. Le stade L3 mesure environ 4,5 mm et le dernier stade (L4) environ 7,5 mm, au maximum8 mm. La larve mineuse peut sortir de sa mine pour en percer d’autres.

Tuta absoluta est une espèce multivoltine qui fait son cycle en moins d’un mois selon les conditions climatiques.

La chrysalide :

La chrysalide, de couleur brune, mesure de 4 à 5 mm de long. Présence au niveau de la tête de deux étroites bandes noires, une latérale et une ventrale.

c/-BIOLOGIE DE 

Il s’agit d’un insecte dont l’adulte est un microlépidoptère qui ne fait pas de dégâts directs . Il pond des oeufs dont il sort après éclosion des larves qui traverseront plusieurs stades larvaires dont une partie sous l’épiderme du feuillage. Ce micro-lépidoptère pond indifféremment sur feuilles et fruits de tomate et peut-être sur d’autres espèces cultivées telles que le haricot. Après éclosion, la larve a une vie aérienne très courte et pénètre rapidement à l’intérieur des feuilles et fruits où elle creuse des galeries qui offrent à l’insecte, un abri contre les applications des pesticides.

  1. absoluta a un fort potentiel de développement. Une femelle peut en effet, pondre jusqu’à 260 œufs pendant sa durée de vie. La larve n’entre pas en diapause tant qu’une alimentation reste disponible. L’hivernation se fait au stade œuf, pupe ou adulte

Durée de développement total à 27°C : 23 j.

Durée de phase larvaire : 19 jours, à 22°C, 13 jours à 27°C et 11 jours à 31°C.

Le cycle évolutif de la mineuse de la tomate comporte quatre stades (oeuf, larve, pupe, adulte) et se déroule en  20 à 25 jours lorsque la température varie de 24 à 27 oC.

Sitôt éclose, la larve rampe à la surface de la feuille pendant un court laps de temps jusqu’à ce qu’elle trouve un point qui lui permette de se faufiler dans le limbe et elle se met à dévorer les tissus situés entre les deux épidermes de la feuille. Elle se nourrit à l’intérieur de sa galerie jusqu’à mi-développement. Dans cet abri, la larve continue de ronger les tissus internes des feuilles et les galeries ainsi creusées apparaissent sous forme de taches. Quand les plants portent des fruits, les larves peuvent choisir de s’y installer au lieu de replier les feuilles. Le nombre de larves qui pénètrent dans les fruits est d’autant plus grand que la densité de la population est élevée.. Dès la sortie de la coque de nymphose, les adultes s’accouplent, pondent des œufs et le cycle recommence. L’accouplement  a lieu de 24 à 48 heures après la sortie des adultes et la plupart des œufs sont pondus quelques jours seulement après.

T. absoluta est favorisée par les températures élevées. Son développement est important pendant la période estivale et il semble que la limite climatique soit 1000 mètres d’altitude.

d/-DEGATS 

–dégâts directs :

Sa principale plante-hôte est la tomate (Lycopersicon esculentum), mais T.absoluta peut également attaquer la pomme de terre (Solanum tuberosum), le pepino (S. muricatum) voire l’aubergine (S. melongena) et le poivron (Capsicum annuum) ainsi que d’autres Solanaceae adventices ou ornementales telles que: Datura stramonium, la stramoine épineuse (D. ferox), le tabac glauque (Nicotiana glauca), les morelles (morelle jaune Solanum elaeagnifolium, morelle noire S. nigrum)…

Sur tomate, après un premier stade baladeur, la larve peut pénétrer dans tous les organes, quelque soit le stade de la plante :

  • sur feuille, l’attaque se caractérise par la présence de plages décolorées nettement visibles. Les larves dévorent seulement le parenchyme en laissant l’épiderme de la feuille. Par la suite, les folioles attaquées se nécrosent

entièrement,

  • sur tige ou pédoncule: la nutrition et l’activité de la larve perturbent le développement des plantes
  • sur fruits : les tomates présentent des nécroses sur le calice et des trous de sortie à la surface. Les fruits sont susceptibles d’être attaqués dès leur formation jusqu’à la maturité.

Elles deviennent alors plus grosses et de couleur rougeâtre, peut être à cause des pigments de tomate mûres.

Une larve peut provoquer des dégâts sur plusieurs fruits d’un même bouquet.

Les premiers dégâts de T. absoluta sont localisés préférentiellement sur les parties jeunes des plantes : apex, jeune fruit, fleur.

Sur pomme de terre, seules les parties aériennes sont attaquées.

–dégâts indirects : 

-Il s’agit d’un insecte dont l’adulte est un macrolépidoptère qui ne fait pas de dégâts directs. Il pond des œufs dont il sort après éclosion des larves qui traverseront plusieurs stades larvaires dont une partie sous l’épiderme du feuillage.

                                                            

e/-LES MOYENS DE LUTTE 

Le meilleur moyen de se prémunir contre la mineuse de la tomate consiste à conjuguer plusieurs stratégies, qui sont les suivantes :

  1. La surveillance est essentielle pour détecter l’apparition des adultes et éviter la multiplication. La surveillance la plus efficace consiste en une inspection hebdomadaire des pièges à phéromone que l’on place dans la serre pendant toute la saison de végétation pour détecter les adultes mâles. Les pièges doivent se trouver au même niveau que le sommet des plants . Rappelons que les leurres à base de phéromone dont on garnit les pièges doivent être renouvelés régulièrement conformément aux instructions du fabricant.
  2. L’hygiène – L’enlèvement complet d’une culture infestée par la mineuse de la tomate est la condition essentielle pour éviter ou du moins réduire au minimum les risques de réinfestation d’une récolte à l’autre. Il faut veiller à ce que tous les débris des cultures soient parfaitement détruits par incinération ou enfouissement profond. Lorsque les pupes se retrouvent enfouies sous au moins 7 à 9 cm de terre, la sortie des adultes se fera plus difficilement.
  3. Ramassage de la mineuse à la main – En inspectant régulièrement la culture dès le tout début, en enlevant à la main et en détruisant les feuilles infestées, on peut limiter l’importance des populations voire l’éviter.
  4. Désinfection des caisses – Veiller à ce que les caisses ou les boîtes qui ont servi à une opération soient soigneusement désinfectées avant d’être réutilisées pour l’opération suivante. Les adultes, les feuilles infestées ou les fruits laissés dans les caisses peuvent servir de source d’infestation.
  5. Lutte biologique – Les résultats d’études menées au Centre de recherches sur les cultures abritées et industrielles, à Harrow en Ontario, donnent à espérer que certaines espèces de Trichogramma peuvent être de bons auxiliaires de lutte biologique contre la mineuse de la tomate, à condition d’appuyer leur action par d’autres mesures de lutte.
  6. Confusion sexuelle – Il est possible de désorienter les mâles de la mineuse de la tomate qui sont à la recherche des femelles en diffusant lentement dans l’atmosphère une phéromone sexuelle de la mineuse. En empêchant les mâles de repérer les femelles, on empêche l’accouplement. Quand les populations de mineuse de la tomate sont faibles, et qu’il n’y a aucune source voisine d’infestation, l’emploi de la technique de la confusion sexuelle est efficace pour empêcher la prolifération. Cette technique est donc intéressante dans les cultures commerciales.
  7. Pièges lumineux – La mineuse adulte est attirée par la lumière et on peut se procurer dans le commerce des pièces lumineux qui contribuent à réduire la population.

 * MESURES ENVISAGEES :

Ce déprédateur n’a jamais été signalé auparavant en Algérie. Mais il est déjà présent dans plusieurs régions agricoles du pays et risque de se propager très rapidement dans l’espace et sur d’autres espèces maraîchères. Aussi, l’INPV lance le programme d’urgence suivant :

– PROGRAMME ANTI-MINEUSE DE LA TOMATE :

Intensification des investigations techniques afin de mieux connaître la problématique biologique de ce déprédateur. L’objectif est de prendre connaissance du cycle biologique tant à l’intérieur des serres que sur les cultures de plein champs, ceci afin, de préconiser dans l’immédiat les mesures urgentes de lutte chimique visant les stades les plus vulnérables

du déprédateur ; Engagement d’un projet de financement couvrant

la mise en œuvre d’un dispositif de lutte biologique par :

  • La recherche et l’identification en Algérie deparasites et prédateurs de la mineuse;
  • La prospection au plan international pour évaluer la disponibilité d’auxiliaires avérés et engager immédiatement leur importation.

Previous post
Agriotes sp

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.