Articles

Situation de la culture de la lentille et son importance en Algérie

Situation de la culture de la lentille et son importance en Algérie

En Algérie, la culture des lentilles n’occupe que 1.5% de la totalité des terres réservées aux légumineuses alimentaires (Ait Abdellah et al. 2011) ; elle s’étale sur de grandes surfaces dans les hautes plaines (Tiaret, Saida, Sétif) et les plaines intérieures (Bouira, Médéa, Mila) (Figure 1).

Figure 3 : Zones d’aptitude de la culture de la lentille en Algérie (ITGC, 2013).
Figure 1 : Zones d’aptitude de la culture de la lentille en Algérie (ITGC, 2013).

Par ailleurs, compte tenu de leurs capacités fixatrices de l’azote atmosphérique (46 à 192 kg d’azote par hectare), les lentilles sont souvent cultivées en rotation avec les céréales comme le blé (Rennie et Dubetz, 1986 ; Smith et al., 1987 ; McNeil et al., 1996 ; Rochester et al. 1998 ; Shah et al. 2003), ce qui les soustrait d’ailleurs à une forte demande d’azote, mais elles ont besoin par contre d’apport de phosphore (engrais phosphorique) pour le développement de leur système racinaire (Sashatchewan, 2002).

Ainsi dans la région de Constantine, les productions de lentilles ont progressivement évoluées entre 2006 et 2011ou l’on a pu noter des collectes brutes maximales (15523,04 Qx) (Tableau 1). Cette évolution est liée à l’élargissement des superficies destinées à cette culture ainsi qu’au nombre d’agriculteurs s’y intéressant.

Tableau 1 : Evolution des productions de lentilles dans la région de Constantine (2006-2013).

Tableau 2 : Evolution des productions de lentilles dans la région de Constantine (2006-2013).

Previous post
Intérêt nutritionnel de la lentille
Next post
Les stress Biotiques ou principaux problèmes phytosanitaires de la lentille en Algérie

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.