régulation hormonale du cycle œstral

FIGURE N°1 :le cycle œstral chez la vache laitière (WATTIAUX ,2000) régulation hormonale du cycle œstral
Share this post with friends!

1. Principaux acteurs de cette régulation neuroendocrinienne :

L’hypothalamus synthétise et libère la gonda-release-hormone(GnRH) qui agit sur l’antéhypophyse. Celle-ci synthétise a son tour l’hormone folliculo-stimulante (FSH) et l’hormone luteo-stimulante (LH).

La FSH participe au recrutement et au début de croissance folliculaire. de même, elle stimule la production d’œstradiol.

La LH permet la maturation folliculaire ; provoque l’ovulation et la formation du corps jaune. Ce corps jaune produit la progestérone qui, par rétrocontrôle negatif, inhibe la synthèse de GnRH et donc la libération de LH. L’ovulation n’est plus réalisable. Enfin les prostaglandines libérées par l’utérus lysent le corps jaune en absence de gestation. (Figure 4) (PITON, 2004).

Figure N°4: Récapitulatif du contrôle hormonal du cycle ovarien (Roche, 2003)
Figure N°4: Récapitulatif du contrôle hormonal du cycle ovarien (Roche, 2003)

2 / Le mécanisme hormonale :

La FSH stimule l’aromatisation des androgènes en œstrogènes et l’acquisition de récepteurs a la LH par les cellules de la granulosa.(PITON,2004)

Les œstrogènes sécrétés par la follicules, en synergie avec FSH, stimulent la croissance et le développement de la cavité antrale.ainsi le taux d’œstradiol continue a augmenter et permet l’établissement du rétrocontrôle positif sur l’hypothalamus. (PITON ,2004).

La LH associée a la FSH stimule la production d’œstradiol et d’inhibiner par les gros follicules. (PITON, 2004).

Le taux élevé et constant de ces deux composé (œstradiol et inhibine) conduit a la diminution de FSH, responsable de la sécrétion du follicule dominant. Ce dernier est devenue LH dépendant.IL continue de croitre en raison de l’augmentation de sa propre sensibilité a la LH et FSH et de la production de facteurs locaux tels que l’insuline-like. (PITON, 2004).

Si la libération de FSH est réduite, il existe un déficit de croissance folliculaire, un défaut d’aromatisation d’où une carence en œstrogènes et une accumulation d’androgénes.l’ensemble abouti a l’atrésie folliculaire. (PITON, 2004).

La LH poursuit son action par la maturation du follicule dominant et la réalisation du follicule dominant de l’ovulation. Puis elle permet la transformation de la thèque interne et de la granulosa en corps jaune. Le corps jaune est composé de petites cellules et de grandes cellules. Les deux types cellulaires produisent de la progestérone en début de phase lutéale ; puis les grandes cellules s’orientent vers la production de récepteurs à l’ocytocine au niveau utérine. L’ocytocine produite se fixe donc sur ces deniers et entraine la synthèse de prostaglandines, provoquant la lutéolyse du corps jaune vers le 17eme jour du cycle. La PGF2 a conduit a l’arrêt du fonctionnement du corps jaune mais non sa destruction physique ; il reste jusqu’au cycle suivant, sous forme d’un corpus albicans.(PITON,2004).

La concentration en progestérone chute, il y a levée du rétrocontrôle négatif sur l’axe hypothalamo- hypophysaire et une nouvelle décharge d’hormone gonadotrope apparait permettant une nouvelle croissance folliculaire.(PITON,2004).

S’il y a fécondation et formation d’un conceptus dans l’utérus, le trophoblaste produit aux alentours du 15 éme jour de gestation de la trophoblastine qui inhibe la production de PGF2a. Le corps jaune devient alors gestatif et producteur de progestérone. Celle-ci inhibe le relargage de FSH et donc tout cycle potentiel.(PITON,2004).(figure n°5).

Figure N°5 : Modification de la concentration hormonale dans le plasma sanguin durant le cycle œstral bovin (ROCHE ,2003).
Figure N°5 : Modification de la concentration hormonale dans le plasma sanguin durant le cycle œstral bovin (ROCHE ,2003).

2.1/ Emergence d’une vague folliculaire :

Sous l’influence de FSH, cinq à dix follicule sont recrutés et ils entrent en croissance. Avec la diminution de la concentration en FSH, seuls quelques follicules sont sélectionnés. Un seul ira jusqu’à l’ovulation : le dominant. Selon la fréquence des décharges de LH, il y aura ovulation ou atrésie. Si le taux de progestérone le permet (c’est-a-dire s’il est faible), il n’y aura plus de rétrocontrôle négatif sur l’hypothalamus et les pulses de LH permettront le déclenchement de l’ovulation. Dans le cas contraire, le follicule dominant sera éliminé, et une nouvelle vague folliculaire démarrera.

(Figure n°6).Elle sont au nombre de deux pour les vaches. Les génisses en présentent souvent trois. (ROCHE, 2003).
(Figure n°6).Elle sont au nombre de deux pour les vaches. Les génisses en présentent souvent trois. (ROCHE, 2003).

Source:

KHARROUBI NAWEL 2016 ,

ETUDE DES CARACTERES MORPHOLOGIQUES DES CHEVAUX BARBES.

Université Abdelhamid Ibn Badis-Mostaganem.

Télécharger le document complet.

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.