Races ovines en Algérie

Races ovines en Algérie
Share this post with friends!

Les ovins représentent l’élevage traditionnel par excellence en Algérie. Ils ont toujours constitué l’unique revenu du tiers de la population de l’Algérie (CHELLIG, 1992). Tiaret est considérée comme l’une des régions agropastorales les plus importantes du pays, et en dépit de la disponibilité en grande quantité du cheptel ovin qui dépasse largement le million comme le montre le tableau suivant.

Tableau n° 01 : Effectif des ovins au niveau national pour l’année 2006 et au niveau de la Wilaya de Tiaret pour l’année 2009 (DSA, 2009).

Tableau n° 01 : Effectif des ovins au niveau national pour l’année 2006 et au niveau de la Wilaya de Tiaret pour l’année 2009 (DSA, 2009).

Il existe en Algérie deux types de races ; principales et secondaires. Les principales races sont réprésentées par Ouled-Djellal, Béni-Iguil et Rumbi. Les races secondaires sont réprésentées par D’men, Berbère à laine zoulai, Barbarine et Targui-Sidaou (CHELLIG, 1992).

La distribution spatiale des races ovines est illustrée dans la figure suivante :

Figure n° 01 : Aires de répartition des races te localisation des types d’ovins en Algérie.
Figure n° 01 : Aires de répartition des races te localisation des types d’ovins en Algérie.

1. Races principales

1. 1. Race Ouled Djellal (Arabe Blanche)

C’est la plus importante race en terme effectif, c’est une race entièrement blanche, à laine et à queue fines, à taille haute, à pattes longues, puissantes, aptes à la marche. L’âge de la puberté des brebis est de 8 à 10 mois, et la première mise bas à l’âge de 15 mois, sa fertilité est de 85% (CHELLIG, 1992).

Variétés élevées en Algérie

Variété de Laghouat, Chellela, Taguine (Oued Touil), Boghari : c’est le type le plus petit de taille et à laine très fine.

Variété de Houdna – Ouled Nail – Djelfa – Sidi Aissa – Bousaada – M’sila – sétif – Ain mlila – Ain Beida : c’est le type le plus lourd, il se rapproche de la race Ile de France.

Variété de Ouled Djellal – Zibans – Biskra – Tougourt : c’est un mouton longiligne, haut sur des pattes adaptées au grand nomadisme; c’est le type du mouton marcheur.

Berceau de la race

C’est une vaste zone allant de l’Oued Touil (Laghouat – Chellala) à la frontière Tunisienne.

Caractères physiques

Couleur : Blanche sur l’ensemble du corps. La couleur paille clair existe cependant chez quelques moutons (brebis Safra).
Laine: Couvre tout le corps jusqu’aux genoux et aux jarrets pour les variétés du Hodna et de Chellala. Le ventre et le dessous du cou sont nus pour une majorité des bêtes de la variété Ouled Djellal.
Cornes : Moyennes spiralées, absentes chez la brebis, sauf quelques exceptions surtout chez la variété Ouled Djellal.
Forme : Bien proportionnée, taille élevée, la hauteur est égale à la longueur.
Oreilles : Tombantes moyennes, placées en haut de la tête.
Queue : Fine, de longueur moyenne. Les mensurations du corps de la race Ouled Djellal sont rapportées dans le tableau n° 02.
Tableau n° 02 : Mensuration du corps des trois variétés de la race Ouled Djellal (CHELLIG, 1992).

Tableau n° 02 : Mensuration du corps des trois variétés de la race Ouled Djellal (CHELLIG, 1992).
1. 2. Race Béni-Iguil (Hamra)

La race Béni-Iguil dite Hamra est une race berbère dont l’aire géographique va du chott chergui à la frontière Marocaine. Elle couvre également tout le haut Atlas marocain chez la tribu des Béni-Iguil d’où elle tire son nom. C’est la deuxième race d’Algérie par son effectif. C’est la meilleure race à viande en raison de la finesse de son ossature et de la rondeur de ses lignes (Gigots et cotes). C’est une race de petite taille à ossature fine et aux formes arrondies. La tête et les pattes sont rouge acajou foncé, la toison est blanche et tassée. La brebis devient pubère à l’âge de 12 mois, et leur première mise bas a lieu à l’âge de 18 à 20 mois (CHELLIG, 1992).

Variétés élevées en Algérie

Variété de El-Bayed – Mecheria : de couleur acajou foncé. Variété de El-Aricha – Sbdou : de couleur acajou presque noir c’est la variété la plus préférée.

Variété de chott chergui : de couleur acajou clair.

Berceau de la race En Algérie, du chott chergui à la frontière marocaine.

Caractères physique

Couleur : La peau est brune, les muqueuses noires, la tête et les pattes sont brunes, rouge foncé, presque noir. La laine est blanche au jarre brun roux.
Cornes : Spiralées, moyennes.
Oreilles : Moyennes, pendantes.
Profil : Convexe, busqué.
Queue : Fine, longueur moyenne.
Conformation : Corps petit, gigot court et rond le squelette est fin.
Les mensurations du corps de la race Hamra sont rapportées dans le tableau n°03.
Tableau n° 03 : Mensuration du corps de la race Béni-Iguil (CHELLIG, 1992).

Tableau n° 03 : Mensuration du corps de la race Béni-Iguil (CHELLIG, 1992).

1. 3. Race Rumbi

La race Rumbi a été toujours désignée comme une race issue d’un croisement entre le Mouflon (Laroui) du Djbel amour et la race Ouled-Djellal, parce qu’elle a la conformation de la Ouled-Djellal et la couleur du Mouflon, elle a également des cornes énorme (CHELLIG, 1992).

Berceau de la race Son berceau s’étend de l’Oued Taouil à l’Est, au chott chergui à l’Ouest.

Lieu de distribution La race se localise principalement dans : Tiaret, Souguer, Aflou, Djebel Amour, Djebel Nador et Khenchla.

Caractéristique de la race Rumbi

La race Rumbi a les mêmes caractéristiques que la race Ouled Djellal sauf la couleur des membres et de la tête qui est fauve. La brebis atteint la puberté à l’âge de 12 mois, et leur première mise bas se fait à l’âge de 17 à 18 mois (CHELLIG, 1992).

Couleur : Pigmentée de brun mais la laine est blanche.
Cornes : Spiralées, massives, les oreilles moyennes tombantes.
Profil : Mince et moyen.
Les mensurations du corps sont rapportées dans le tableau n° 04.
Tableau n° 04 : Mensurations du corps de la race Rumbi (CHELLIG, 1992).

Tableau n° 04 : Mensurations du corps de la race Rumbi (CHELLIG, 1992).

Variétés élevées en Algérie Ils existent deux types de variétés Rumbi suivant l’adaptation aux pâtures :

Rumbi de Djebel Amour

C’est une Rumbi de montagne (Aflou), plus massif, très charpentée, à cornes massives plus lourdes, ressemble au mouflon. Couleur brun claire, adaptée aux pâtures ligneuses broussailleuse des montagnes.

Rumbi de Souguer

C’est une Rumbi de la steppe (du Djebel Nador) plus fine, plus petite se rapproche de la race Ouled Djellal. Elle utilise très bien les pâtures steppiques de Chih du Djebel Nador (Sougueur). Sa couleur est plus foncée que celle de premier type de montagnes.

Milieu naturel

Le mouton Rumbi est un animal bien adapté à la marche, capable de parcourir de grandes distances dans le système de transhumance. Il s’adapte, surtout sur les sols rocailleux sec et maigre, sol de montagne de l’Atlas saharien, dans un climat chaut et sec en été, froid et humide en hiver (CHELLIG, 1992).

Puberté

La puberté se manifeste à l’âge de 10 à 11 mois chez l’agnelle. L’apparition des premières chaleurs chez les agnelles ne signifie pas pour autant qu’elles puissent être fécondé; il faut qu’elles atteignent 65 à 75% de leur poids adulte. L’âge minimum à la première saillie est de 17 à 18 mois. A cet âge l’agnelle pèse entre 26 et 30kg ce qui correspond aux environ des 2/3 du poids adulte (CHELLIG, 1992).

Saison sexuelle et anœstrus

Chez les ovins la saison sexuelle est très influencée par le photopériodisme, elle a tendance à être plus longue en se déplaçant des deux pôles vers le tropique jusqu’à l’obtention des saillies étalées sur toute l’année comme c’est le cas chez les races locales Algériennes. La race Rumbi qui est une race dessaisonnées ne présente pas de périodes de l’intensité sexuelle, la saison sexuelle étant très longue avec deux périodes de lutte de septembre à décembre (agnelage d’hiver) et d’avril à juillet (agnelage de printemps).

L’anoestrus saisonnier chez la race Rumbi s’observe en hiver. Il faut toute fois signaler que ce n’est qu’un anœstrus relatif étant donné que l’activité ovarienne se poursuit en hiver pour certains sujets (avec des saillies fécondantes) (CHELLIG, 1992). L’anoestrus de lactation est fortement dépendant de la période d’allaitement, ainsi l’anoestrus post-partum se raccourcit quand l’agnelage a lieu en période de saison sexuelle.

2. Races secondaires

Elles sont représentées par les races D’men, Barbarine, Targuia

2. 1. D’men

C’est une race saharienne répondue des Oasis de l’Ouest Algérien; race à laine grossière couvrant la haut du corps et à queue fine.

Caractéristiques de la race Caractérisée par sa prolificité élevée, sa très grande précocité et sa faculté à donner naissance à plusieurs agneaux.

Zones de distribution Le D’men Algérien est répondu à Bechar, la Saoura, Gourara, El-Goléa. Les mensurations du corps sont rapportées dans le tableau n° 05.

Tableau n° 05: Mensurations du corps de la race D’men (CHELLIG, 1992).
Tableau n° 05: Mensurations du corps de la race D'men (CHELLIG, 1992).

2. 2. Berbère à laine Zoulaï

C’est une race des montagnes de Tell (Atlas – Tellien), de petite taille, blanche brillant (Azoulai). Comparable à celle de Beni-ighil sauf que la laine est mécheuse.
Zone de distribution Chaîne montagneuse du Nord de l’Algérie, Souk-Ahras, Maghnia, Tlemcen, Jijel, Dahra, Ouarsenis, Montagne de Tiaret. Les mensurations du corps sont rapportées dans le tableau n° 06.

Tableau n° 06: Mensurations du corps de la race Berbère (CHELLIG; 1992).

2. 3. Race Barbarine (mouton de Oued Souf)

C’est un mouton barbarian à queue grosse, son effectif est de 50.000 têtes.

Zones de distribution Est de l’Algérie, Est de l’Oued R’ir et dans les régions Frontières de la Tunisie. Les mensurations du corps sont rapportées dans le tableau n° 07.

Tableau n° 07: Mensurations du corps de la race barbarine (CHELLIG, 1992).

Tableau n° 07: Mensurations du corps de la race barbarine (CHELLIG, 1992).
2. 4. Race Targui-Sidaou

Cette race s’appelle Targuia parce qu’elle est élevée par les Touareges qui vivent et nomadisent au Sahara entre le Fessa en Libye, le Niger et le Sud Algérien au Hoggar- Tassli.

Caractère de la race Le corps est couvert de poils, et non de laine, la queue est longue et fine.

Berceau de la race Il semble que l’origine de la race Targuia soit le soudan (le Sahel). Les mensurations du corps sont rapportées dans le tableau n° 08.
Tableau n° 08: Mensurations du corps de la race Tergui (CHELLIG, 1992).

Tableau n° 08: Mensurations du corps de la race Tergui (CHELLIG, 1992).

One thought

One thought

Add yours

  1. daouda kansy sane said:

    CHERCHE PARTENAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.