Production animale - cours

Production laitière dans les wilayas du sud

Production laitière dans les wilayas du sud

EVOLUTION DE LA PRODUCTION LAITIERE LOCALE DANS LES WILAYAS DU SUD ALGERIEN

La production laitière totale des régions sahariennes a dépassé de 146,6 millions de litre en 2001 avant de baisser en 2002 (102,9 millions de litres) pour se stabiliser autour de 180,0 millions de litres à partir de 2005. La progression de la production à partir de 2003 s’explique par l’implantation des nouveaux ateliers bovins dans les périmètres de mise en valeur (figure 26). La production laitière dans le Sud ne représente qu’une faible proportion (8,1%) de la production nationale soit l’équivalent de production assuré par la wilaya de Sétif.
La collecte de lait cru reste insignifiante dans le Sud : les quantités collectées en 2007 sont inférieur à 11,0 millions de litres, soit seulement 0,5% de la production nationale.

Figure 23. Evolution de la production laitière dans les wilayas sahariennes de 1999 à 2007 (D'après données MADR, 2009)
Figure 23. Evolution de la production laitière dans les wilayas sahariennes de 1999 à 2007 (D’après données MADR, 2009)

Le taux d’accroissement de la production laitière au Sud (toutes espèces) est de 1,1% ; 1,4% et -1,0% respectivement pour les périodes 2003-2004 ; 2004-2005 et 2006-2007 (tableau 32).
Tableau 32. Evolution de la production laitière des wilayas sahariennes (millions de litres) (Ministère d’Agriculture et de Développement Rural, 2007).

Production laitière 2003 2004 Croît (%)
2004/2003
2005 Croît (%)
2005/2004
2006 2007 Croît (%)
2007/2006
Total wilaya sahariennes (1) 121,80 132,00 1,08 183,10 1,39 185,40 178,60 -0,96
Total national (2) 1610,0 1588,1 -0,99 2092,0 1,32 2244,0 2185,0 -0,97
[(1)/(2)] x 100 (%) 7,60 8,30   8,80   8,30 8,20  

REPARTITION DE LA PRODUCTION LAITIERE DANS LE SUD ALGERIEN PAR WILAYA

Selon les données statistiques sur la production laitière des wilayas sahariennes (toutes espèces animales laitières confondues), il ressort une répartition en faveur des wilayas d’El-Oued, Biskra et Ghardaïa (figures 24a et 24b).
La production laitière annuelle au Sud a été en moyenne de 16,0 ± 8,8 millions de litres par wilaya en 1999 avec une variation allant de 4,4 millions de litres (wilaya de Tindouf) à 30,5 millions de litres (wilaya d’El-Oued). Cette moyenne annuelle par wilaya a connu une régression au cours des années suivantes puisqu’elle est diminue à 12,4 ± 7,5 millions de litres en 2000 et à 11,4 ± 7,2 millions de litres en 2002 avec la prédominance de la wilaya d’El-Oued (30,5 et 35,2 millions de litres respectivement en 1999 et 2007).

Figure 24a. Répartition de la production laitière au Sud (toutes espèces laitières) selon les wilayas en 1999 (D'après données MADR, 2009)
Figure 24a. Répartition de la production laitière au Sud (toutes espèces laitières) selon les wilayas en 1999 (D’après données MADR, 2009)

Figure 24b. Répartition de la production laitière au Sud (toutes espèces laitières) selon les wilayas en 2007 (D'après données MADR, 2009)
Figure 24b. Répartition de la production laitière au Sud (toutes espèces laitières) selon les wilayas en 2007 (D’après données MADR, 2009)

EFFET DU MILIEU SAHARIEN SUR LA PRODUCTION LAITIERE

Les zones sahariennes enregistrent des températures élevées durant la saison estivale. Ces températures ont des effets dépréciateurs sur la production laitière. Cependant, si les basses ont des effets très peu marqués, au contraire les fortes ont un impact négatif important sur cette production.
Le problème de la production laitière sous climat chaud peut être du en partie à l’effet direct de celui-ci sur la sécrétion lactée. La production laitière des femelles de race spécialisée d’origine tempérée, s’accompagnant d’une production de chaleur très élevée et des difficultés de thermorégulation qui se soldent par des baisses de production laitières.
Selon HAFEZ (1968), la production laitière et la thermorégulation évoluent en raison inverse.
D’après BERMAN et MELTZER (1973) ; in HADJSMAIL (2004), la baisse de la production laitière en climat chaud est due en grande partie à la diminution de l’appétit, sous la contrainte thermique. L’efficacité de la transformation des nutriments en lait diminue aussi avec la chaleur, et la qualité est affectée : le lait de vache produit en milieu chaud contient moins de matière grasse et la concentration de nombreux composants est modifiée (THOMPSON, 1985).
Aux Emirats arabes unis où le climat est extrêmement chaud comme le cas de notre Sahara (les moyennes mensuelles des maxima sont supérieures à 40 C° de mai à septembre et la moyenne des minima correspondants vont de 22 à 28C°. le mois le plus froid est le mois de janvier : les températures maximales durant ce mois sont de 25° et les minimales de 0C°). Les étables sont équipées de toits d’amiante (isolant thermique) et bien ventilées et les animaux ont un libre accès à des douches. Malgré ces aménagements la production laitière n’est que 4 569 kg en 305 jours de lactation mais est probablement très supérieure à celle qui serait obtenue sans protection (ANSELL, 1981).
Selon BERMAN et al. (1984), la chaleur en fin de gestation réduit aussi la production laitière ultérieure (ce serait un effet lié à la réduction de la taille du fœtus) et l’utilisation d’artifices de protection réduit les négatifs des fortes températures comme montre le tableau 33.
Tableau 33. Effet d’un traitement rafraîchissant pendant le mois précédant la naissance sur le poids des veaux et la production laitière des mères pendant les 150 jours de lactation (BERMAN et al., 1984).

Paramètres Ombre Ombre + douche + vent
Veaux mâles Veaux femelles Veaux mâles Veaux femelles
Poids de naissance (kg) 40,9 37,4 44,0 40,0
Production laitière
de la mère (kg/j)
31,6 30,0 34,0 33,5

Source:

BOUBEKEUR, Abderrahmane 2010 , Essai d’établissement de typologies d’exploitations d’élevages laitiers dans le contexte du Sud Algérien.

Télécharger le document complet PDF ICI.

Previous post
Cheptels et ressources fourragères dans le sud
Next post
Contexte de la filière lait dans le sud algérien

Leave a Reply