Production des agrumes en Algérie

Production des agrumes en Algérie La plantation des agrumes
Share this post with friends!

1-Situation de l’agrumiculture en Algérie

1.1-Evolution des vergers agrumicole

L’introduction de l’oranger en Algérie est ancienne sans qu’il soit possible de la dater avec précision mais le développement des plantations caractérise essentiellement l’époque coloniale. Au moment de l’arrivée des français, Blida était déjà célèbre pour ses « orangeries ». Le recensement algérien de 1852 dénombrait 170 hectares d’orangers avec 22 330 arbres.

Sur une dizaine d’années, avant l’indépendance, la production annuelle d’agrumes est de l’ordre de 400000 tonnes. L’Algérie se trouve ainsi placée au dixième rang mondial et compte parmi les grands producteurs du bassin méditerranéen. 1966-1967 le chiffre de 96 quintaux/ha pour une production surestimée de 400 000 tonnes. En fait de nombreuses observations permettent de penser que le rendement est certainement plus proche de 80 quintaux/ha. Ces valeurs placent l’Algérie très loin derrière ses principaux concurrents du bassin méditerranéen : le verger marocain donne une moyenne de 150 quintaux de fruits à l’hectare, l’espagnol 165 et Israël porte ses rendements moyens à plus de 300 quintaux/ha (Mutin, 1969).

Tableau 5 : Evolution des rendements moyens à l’hectare de 1925 à 1964

périodes

production

 

1925/29

 

1930/34

 

1935/39

 

1940/44

 

1945/49

 

1950/54

 

1955/58

 

1960/64

Qx/ha 78,4 77,8 84 61,1 69,3 111,6 118,2 100,8

(Mutin, 1969) Ce n’est qu’au cours de la décennie 1950-1960 que le rendement a dépassé 100-110 ha.

Cette période correspond à celle de l’essor du verger après la deuxième guerre mondiale, c’est l’époque où les progrès techniques ont été les plus nombreux. La faiblesse d’ensemble des rendements trouve son explication dans la structure d’âge du verger. En 1965 elle était évaluée de la façon suivante :

Tableau 6 : Age du verger algérien en 1965

Age du verger 0-5 ans 5-15 ans + de 15 ans
Superficie en ha 3 500 14 000 25 000

(Mutin, 1969) Apparemment plus de la moitié du verger est constitué par des arbres en pleine production,

âgés de plus de 15 ans. En fait, parmi ces 25 000 ha, plus de 6 000 ha ne sont que des vergers minuscules de moins de 1 hectare, souvent fort âgés, parfois centenaires. Beaucoup d’autres, ont été pourtant plantés selon des techniques aujourd’hui dépassées.

En 1962 après le départ des Européens qui a paralysé le commerce extérieur. A vrai dire l’affaire ne fut pas facile et plusieurs expériences ont été conduites. Les déficiences de la production, la médiocre qualité des fruits offerts sur le marché sont à l’origine de la baisse du niveau des exportations. Les tonnages exportés sont sans cesse en diminution Le pourcentage de fruits exportés qui atteignait 70 % en 1963 est tombé à 54 % en 1966 et 36 % en 1967 et 1968. En 1964, ils étaient estimés à 18 % ; au cours de la campagne 1967-1968.

Par ailleurs, l’Algérie livre une trop grande quantité de « fruits de saison » à un moment où les cours s’affaissent. Au cours de la campagne 1967-1968, les exportations d’oranges du secteur socialiste, soit 94 % du total des oranges exportées, se décomposent de la façon suivante :

Les oranges précoces (Navels – Hamlin) qui se vendent de la fin octobre à la fin janvier n’ont représenté que 34 % du total. Les oranges tardives (Valencia Late, Vernia) qui se récoltent en mai : 14 %. L’essentiel des ventes (52 %) est donc représenté par les oranges de saison où figurent plus de 12 variétés différentes.

Pendant toute la période coloniale, les échanges extérieurs de l’Algérie se caractérisaient par la très grande part prise par le marché français. Plus de 90 % des agrumes étaient  écoulés vers la France.

Les positions algériennes sur le marché français sont en très nette perte de vitesse. La part de l’Algérie dans les importations françaises ne cesse de se réduire. En 1961-1962, l’Algérie couvrait presque 50 % des besoins français, elle n’en assure que 12% en 1967-1968.

Le prix moyen obtenu par les oranges algériennes est le plus bas de tous les concurrents. Au cours de la campagne 1966- 1967, le prix moyen à la tonne est de 720 francs pour l’Algérie, 770 pour l’Espagne, 860 pour le Maroc, 1 020 pour Israël et 1 090 pour la Tunisie. Au cours de cette même campagne, l’Algérie qui a assuré 16 % du tonnage importé en France n’a recueilli que 14 % des recettes (Mutin, 1969).

Le verger agrumicole national après l’indépendance occupe une superficie d’environ 45000ha pour une production annuelle de 450000 tonnes répartit comme suit : oranges 318000t, clémentine 105.000 t, mandarine 27000t et Pomélo 4000t (Anonyme a, 2010).

Figure 3 : Répartition des zones agrumicoles en Algérie (Laupretre et Gantois, 1975)
Figure 3 : Répartition des zones agrumicoles en Algérie (Laupretre et Gantois, 1975)

La Figure 3 montre les différentes zones qui produisent les agrumes et leur répartition. A l’est ces zone se répartie à Annaba, Béjaia et Skikda. A l’ouest on les trouve à Mascara, Mostaghanem, Oran, Relizane et Telemcen. Au centre on trouve les zones à Alger, Blida, El- asnam et Miliana.

1.2- Superficie et répartition spatiale

Le verger agrumicole Algérien occupe 0,7 % de la surface agricole utile (SAU) et 6,8 % de la surface arboricole,  soit  64154 ha dont 50826 ha en rapport. Le reste étant constitué de  909  Ha de jeunes plantations (Anonyme a , 2010).

Tableau 7 : Wilayas productrices des agrumes et leurs superficies par région (ha)

Ouest Centre Est Sud
Wilaya Surface Wilaya Surface Wilaya Surface Wilaya Surface
Telemcen 2491 Chlef 5760 Jijel 327 Biskra 85
Mostaganem 4488 Bejaia 2075 Skikda 2353 Bechar 34
Mascara 4256 Blida 16583 Annaba 521 Tamanrasset 199
Oran 230 Bouira 414 Guelma 874 El-Oued 43
A.Temouchent 483 Tizi-Ouzou 1343 El-Taref 2092 Ghardaia 971
Relizane 4539 Alger 5088     Illizi 93
    Medea 53    
Boumerdes 2072
Tipaza 3725
Ain-Defla 2344
Total 16487   39457 6167 1425

(Bellabas, 2009)

L’Est Algérie reste une région où les agrumes n’ont pas connu un développement important, plus de la moitié du verger se trouve au centre du pays. Selon les exigences pédo- climatiques des agrumes, ils sont essentiellement localisés dans les zones potentielles comme :

  • La plaine de la Mitidja :    43%
  • Le périmètre de la Mina et Bas- Chélif :    27%
  • Le périmètre de Bounamoussa (Annaba) et la plaine Saf-Saf (Skikda)                               :    10%
  • Le périmètre de la Habra (Mascara) :     07% (anonyme, 2010)

1.3- Répartition variétale :

Le   verger agrumicole  est      constitué en majeure partie des oranges, clémentines et mandarines occupe 72% de la superficie arboricole.

  • 46.426 Ha en oranges : Soit 72 % avec une prédominance de la Thomson et de la Washington navel ;
  •   12.635  Ha  en  clémentines  et  mandarines:  Soit 19 %     avec une prédominance de la clémentine ;
  • 4.438 Ha en citronnier Soit 7 % ;
  • 90 Ha de pomelo Soit 0,1 %.

Il y a lieu de noter la faiblesse des superficies en citronnier et pomelo. La gamme variétale des orangers est peu diversifiée avec une dominance des variétés du groupe Navel caractérisées par leur précocité (Exemple : wilaya de Blida).

  • Groupe des Navels (Thomson N. et N) : 15009 ha, soit 46%
  • Groupe des clémentiniers (sans pépins et Monréal) : 5.195 ha, soit 16%
  • Groupe des Mandariniers (Wilkings-Satsuma) : 1.554 ha, soit 05%
  • Groupe des saisons (10 Variétés) (Double fine) : 6.199 ha, soit 19%.
  • Groupe des tardives (Valencia Late) :    099 ha, soit 07%
  • Groupe des Citrons et Pomelos : 2.401 ha, soit 07% (Anonyme, 2010)

1.4- Structure d’âge du verger agrumicole

Le verger agrumicole est d’un âge avancé, on enregistre un faible taux de renouvellement des plantations malgré le soutien consenti par l’Etat. La structure d’âge serait représentée dans le Tableau 8

Tableau 8 : Structure d’âge de vergers algériens

Tranche

d’Age

Surface total moyenne

(Ha)

Taux Observation
0 – 10 20.000 31% Plantation Programmes de Développement (2000-

2009)

10 – 30 5000 8% Absence d’investissement (1987-1999) et manque

d’entretien.

30 – 50 13000 20% Période DAS*(avant 1987)
+ de 50 26.100 41% Verger en voie de décrépitude
Total 64.100 100%  

(Anonyme a, 2010)

Il est à signaler que la rentabilité économique d’un verger d’agrumes commence à décroître à partir de l’âge de 50 ans.

2-Production des agrumes en Algérie 

Les valeurs relatives a la production des agrumes (orange, mandarine, clémentine et citrons) sont interprétés dans la Figure 4.

Figure 4 : Evolution de la production des 5 espèces (oranges, mandarines, clémentines, citrons et pomelos) de 1979 à 2005
Figure 4 : Evolution de la production des 5 espèces (oranges, mandarines, clémentines, citrons et pomelos) de 1979 à 2005

 

Selon la figure 4 on remarque que les oranges occupent la première place, et qu’elle est presque toujours en développement. Par contre la production des autres espèces est toujours stable et faible surtout pour le pomelo.

 

Wilayas

Espèces Totale
Oranges Clémentines Mandarines Citronnier Pomelo
Adrar 0 0 0 0 0 0
Chlef 5114 434 120 70 22 5760
Laghouat 9   5 5 / 19
Bejaia 1651 354 25 45 / 2075
Biskara 10 / / 75 / 85
BECHAR 14 3   17 / 34
Blida 11321 3111 1081 1021 49 16583
Bouira 319 30 30 35 / 414
Tamanrasset 31 17 8 143 / 199
Telemcen 2045 264 21 161 / 2491
Tizi-Ouzou 1148 80 45 70 / 1343
Alger 3605 659 122 679 23 5088
Jijel 233 48 0 46 / 327
Skikda 1479 483 226 106 1 2353
S.B.abbes 10 / / / / 10
Annaba 321 156 21 23 / 521
Guelma 808 29 25 12 / 874
Medea 37 / 6 10 / 53
Mostaganem 3566 662 13 274 / 4488
Mascara 2671 1476 25 84 / 4256
Ouargla 5 4 1 4 / 14
Oran 110 96 1 23 / 230
Illizi 49 8 9 27 / 93
Boumerdes 1352 297 26 397 / 2072
El-Taref 1568 294 124 106 / 2092
El-Oued 21 / / 22 / 43
Souk-Ahras 7 / 1 / / 8
Tipaza 2673 583 94 375 / 3725
Ain-Defla 2226 55 3 60 / 2344
Naama / 1 / 1 / 2
A.Temouchent 428 46 / 9 / 483
Ghardaia 508 60 65 338 / 971
Relizane 3306 1090 3 140 / 4539
Total 46663 10340 2140 4351 95 63589
Pourcentage 73,38% 16,26 3,36% 6,84% 0,14% 100%

 

2.1-Production des agrumes par wilaya

Tableau 9 : Production des agrumes par wilaya(q)

(Bellabas, 2009) A la lumière du tableau 9 on peut distinguer les grandes wilayas productrices en Algérie, comme on peut remarquer leur répartition dans le territoire national.la figure n°5 traduise les zones.

Figure 5 : la répartition des zones productives des agrumes en Algérie
Figure 5 : la répartition des zones productives des agrumes en Algérie

La Figure 8 et le Tableau 5 montrent les zones de productions d’agrume qui sont les même depuis la colonisation, l’indépendance jusqu’à nos jours.

Figure 6 : Evolution de la production des agrumes en Algérie
Figure 6 : Evolution de la production des agrumes en Algérie

La production des agrumes en Algérie marqué un croissement rapide depuis les années 90, après elle se stabilise de 2005 jusqu’à 2008 puis il y a un abaissement en 2009 puis elle se revienne encore de se stabilisé.

Par rapport à d’autre pays producteurs d’agrume en remarque que l’Algérie après  la période coloniale qui se caractérise par une bonne production, souffre d’un baissement remarquable de production qui n’arrive même pas à satisfaire les besoins de la consommation locale.

Source:

KHEN Ouissam 2014 , Erosion génétiquedes espèces agrumicolesdans la wilaya de Skikda: Contraintes de production, Université 20 Août 1955 Skikda.

Télécharger document complet.

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.