Présentation des Megachilidae

Présentation des Megachilidae
Share this post with friends!

Morphologie des adultes

La famille des Megachilidae est caractérisée morphologiquement par un corps robuste (figure 2) avec une grosse tête qui est aussi large ou plus large que le thorax (figure 3).

Ils sont complètement noirs ou avec des taches jaunes, blanches et rouges. La longueur du corps est de 5-6 mm à 19 mm. Ils sont couverts d’une pubescente dense, parfois très courte, avec des poils noirs brunâtres ou bruns rougeâtres.

L’abdomen est conique, cylindrique ou ovale avec 6 tergites chez les femelles, et 7 tergites chez les mâles sauf chez Protosmia, Heriades et Coelioxys. Les tergites abdominaux sont finement où à peine ponctués avec ou sans frange distincte des bandes apicales (figure 2).

Les tergites des femelles sont largement ou étroitement arrondis. Le dernier tergite des mâles présente des dents ou des lobes (figure 6 b. ).

Chez les femelles et les mâles des Lithurginae, le dernier tergite abdominal présente une plaque pygidiale (figure 7) et une frange anale dense (Banaszak & Romasenko, 2001). Les représentants de cette famille sont aussi caractérisés par :

  • Un labre rectangulaire plus long que large et largement articulé sur le clypeus.
  • Une brosse abdominale (scopa) ventrale chez les femelles limitée à la partie inférieure du metosoma et servant à la récolte du pollen.
  • Des ailes antérieures avec deux cellules submarginales (figure 5). 3 cellules chez les Fideliinæ.
  • Un point de suture subantennaires dirigé vers le bord externe des insertions antennaires (figure 6 a) (dirigé ver le milieu chez les Fideliinae),
  • Un clypeus convexe, plat ou concave. avec différents processus chez les femelles de certaines espèces des genres Chelostma, Osmia, Anthocopa et Lithurgus.
  • Mandibules généralement larges, avec 2 à 6 dents chez les femelles, et 2 à 3 dents chez les mâles (figure 3).
  • Un scutum et scutellum également convexes avec des ponctuations grossières ou fines. La partie médiane du propodeum bien développée et zone horizontale brillante ou mat. En règle générale, le propodeum est lisse, sans points ou tubercules. Les pattes sont noires, rouges ou grises, parfois avec des tâches jaunes.
Figure 2. Forme générale d’un Megachilidae selon Banaszak & Romasenko ( 2001)
Figure 2. Forme générale d’un Megachilidae selon Banaszak & Romasenko ( 2001)
Figure 3. Tête d’un Megachilidae selon Banaszak & Romasenko (2001)
Figure 3. Tête d’un Megachilidae selon Banaszak & Romasenko (2001)
Figure 4. Patte postérieure droite d’un Megachilidae selon Banaszak & Romasenko (2001)
Figure 4. Patte postérieure droite d’un Megachilidae selon Banaszak & Romasenko (2001)
Figure 5. Aile antérieure gauche d’un Megachilidae selon Banaszak & Romasenko (2001)
Figure 5. Aile antérieure gauche d’un Megachilidae selon Banaszak & Romasenko (2001)

 

Figure 6 a. Tête de Megachilinae (Anthidium atriceps Gresson) montre les sutures subantennaires dirigés vers le bord externe des insertions antennaires selon
Figure 6 a. Tête de Megachilinae (Anthidium atriceps Gresson) montre les sutures subantennaires dirigés vers le bord externe des insertions antennaires selon
Figure 6 b. Abdomen d’Anthidium cingulatum ♂montre les dents du 6ème et 7ème tergite abdominale (7mm) photographie originale.
Figure 6 b. Abdomen d’Anthidium cingulatum ♂montre les dents du 6ème et 7ème tergite abdominale (7mm) photographie originale.
Figure 7. Tergite 6 de femelles Lithurgini; montrant la plaque pygidiale. a, Trichothurgus wagenknechti (Moure), b, Microthurge pharcidontus (Moure); c, Lithurgus apicalis (Cresson). Selon Michener, (1983a).
Figure 7. Tergite 6 de femelles Lithurgini; montrant la plaque pygidiale. a, Trichothurgus wagenknechti (Moure), b, Microthurge pharcidontus (Moure); c, Lithurgus apicalis  (Cresson). Selon Michener, (1983a).

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.