physiologie du tube digestif et digestibilité chez les lapins

physiologie du tube digestif et digestibilité chez les lapins
Share this post with friends!

L’ingestion des aliments et leur digestion jusqu’à l’évacuation du caecum ne diffère guère des autres monogastrique.

Cet animal possédant une fréquence de 25 à30 prises par jour. La durée de transit est environ 20 heures (LEBAS et al 1984).

Elle est plus rapide du moment où la teneur en lest est élevée et les particules alimentaires sont grossiers (LEBAS et LAPLACE, 1977).

– La mastication et l’humidification sont effectuées dans la bouche par les dents et la salive peu riche en amylase, puis le bol alimentaire passe dans l’estomac lieu de la dégradation enzymatique, le bol séjourne 3 à 6 heures dans l’estomac (LEBAS et al 1984).

Dans l’intestin grêle tous les aliments sont dégradés sauf la cellulose, l’hémicellulose et la lignine (LEBAS et al, 1991).

– Le caecum est un lieu d’activité microbienne intense (MARAUNEK et al, 1996).

Le caecum est capable de transformer des nouveaux aliments riches et très appréciés par l’animal comme les matières azotées de qualités et des vitamines. Les fibres sont dégradées par les enzymes bactériennes en produisant des acides gras volatils (GIDENNE, 1996).

Les particules non dégradées dans le caecum arrivent dans le colon. D’après LEBAS (1990), le fonctionnement dualiste du colon permet la fabrication des 2 qualités des crottes (crottes molles ou caecotrophes et crottes dures).

La digestibilité est le taux d’assimilation des aliments par l’animal ; chaque constituant de la ration représente une digestibilité différentes selon LEBAS (1990), les lipides sont hautement digestibles (90 à100%) ; les protéines (70 à 80%) alors la cellulose est de 20 à30% au-delà de 9 semaines d’âge.

les femelles ont une digestibilité plus supérieure que celle des mâles (LEBAS, 1975).

Les meilleures digestibilités se situent entre 8 à18 heures, souvent dues aux faibles quantités d’aliment qui passent dans le tube digestif durant cet intervalle (BATTAGLINI et GRANDI, 1998).

Une teneur élevée en fibre réduit la digestibilité de la plupart des constituants de la ration selon PARAGINI-BINI et al (1994) ; GIDENNE et JEHL (1994) tandis que celle de la cellulose brute n’est pas affectée (PARAGINI-BINI et al 1994).

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.