Articles

Origine de la truffe

Origine de la truffe Propriétés thérapeutiques des truffes

Il est courant de dire que la truffe est un champignon souterrain, elle est plus exactement le fruit du mycélium. Dans la classification des champignons, la truffe est classée dans la catégorie des Ascomycètes hypogés (ses spores sont enfermées dans des asques). Par son aspect, la truffe est plutôt arrondie, mais peut être irrégulière en raison du terrain (Riousset et al., 2001).

Le cycle biologique de la truffe est particulier ; comme tout champignon, la truffe n’a pas de fonction chlorophyllienne ; elle est donc contrainte pour vivre de se rattacher à une autre vie. Dans ce cas, on parle de partenariat, voire de symbiose entre l’espèce végétale et le champignon. C’est donc grâce à son système végétatif, le mycélium, que la truffe va chercher une plante hôte nourricière (Riousset et al., 2001 ; Pargney, 2004).

De la rencontre des radicelles de la plante hôte et du mycélium, naîtra un organe indispensable aux échanges : la Mycorhize. Grâce aux mycorhizes, la truffe puise dans cette plante les substances organiques sans lesquelles elle ne pourrait vivre. C’est ce que l’on nomme la symbiose mycorhizienne (Fortin et al., 2008).

La mycorhisation de Tuber se fait soit naturellement par la présence de spores de truffe dans le sol, soit par le fait de planter des chênes déjà mycorhizés. Une fois l’arbre planté, il faudra quelques années, le temps nécessaire à la colonisation des racines de l’arbre, pour que les premières truffes apparaissent (Callot, 1999).

C’est le mycélium, issu des mycorhizes, qui donnera naissance aux petites truffes. En effet, vers les mois de mai-juin, le mycélium se rétractera pour former une pelote que l’on appelle primordia. Si elles ne dépérissent pas, ces petites truffes évolueront et prendront leur indépendance au courant du mois de juillet (Callot, 1999).

En ce qui concerne les truffes du désert ou terfez, la germination des ascospores donne naissance à un mycélium primaire homocaryotique qui va subir une plasmogamie et donner un mycélium secondaire hétérocaryotique. Ce dernier est à l’origine du corps fructifère (Roth-Bejerano, 2004).

Previous post
Généralités sur Pistacia lentiscus
Next post
Description de Tirmania pinoyi (Maire)

4 thoughts

Add yours

  1. Pingback: Description de Tirmania pinoyi (Maire) - agronomie

  2. Pingback: Position taxonomique de Tirmania pinoyi - agronomie

  3. Pingback: La récolte des truffes - agronomie

  4. abdi mohand ou idir said:

    azul fellawen , agim tanemirt ou mille bravos pour les efforts et abnegation que vous faites pour donner une bibliotheque des cours et meme une certaine vulgarisation ,nassarem ou souhaitant afud ,tumert ,tavghast ,tizmert ,c’est a dire l’energie ,le bonheur ,la sante et courage pour amener a terme nos nobles objectifs,si c’est possible juste une question !,est ce possible de trouver chez nous ,semences de patate orange , tahendicht qui a disparu qui est la petite epeautre ,le gombo rouge…. ,tanemirt attace negh khilla ,ar timyeggert.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.