Mildiou de la pomme de terre

Mildiou de la pomme de terre
Share this post with friends!

Le mildiou, ou brûlure tardive, est la maladie la plus grave de la pomme de terre, surtout dans les régions à climat régulièrement frais et pluvieux en fin d’été et en automne. Sauf en Alberta, en Saskatchewan et à l’intérieur de la Colombie-Britannique, la culture demeure constamment sous la menace de cette maladie, à moins qu’on y applique des pulvérisations ou des poudrages.

Symptômes

Le feuillage commence par présenter des taches brunes ou noires. Elles vont s’agrandissant et forment des lésions, ou plages nécrosées, bordées de vert pâle. Le pourtour des plages paraît saturé d’eau et, par temps pluvieux, les spores forment un duvet blanchâtre à la face inférieure des feuilles (figure 1). Les symptômes s’étendent rapidement à la feuille entière, envahissent les tiges et entraînent la mort du plant. En cas d’attaque grave, les champs infestés dégagent une mauvaise odeur caractéristique perceptible à de grandes distances.

Les tubercules infectés présentent des plages brun violacé, et la pourriture qui s’y forme par la suite (figures 2 et 3) prend généralement un aspect dur et sec. En ambiance humide, des aigrettes de spores blanches apparaissent à la surface des parties infectées (figure 4).

Figure 1 Mildiou: spores entourant une lésion sur une foliole.
Figure 1 Mildiou: spores entourant une lésion sur une foliole.
Figure 2 Mildiou: pourriture du tubercule
Figure 2 Mildiou: pourriture du tubercule

Figure 3 Mildiou: pourriture du tubercule

Figure 4 Mildiou: touffes de spores sur un tubercule en entrepôt
Figure 4 Mildiou: touffes de spores sur un tubercule en entrepôt

Biologie

Le champignon hiverne dans les tubercules infectés, soit en entrepôt, soit dans le sol. Au printemps, il pousse vigoureusement dans les tas de tubercules de rebut ou sur les plants spontanés de pommes de terre.

Par temps favorable, généralement vers le mois de juillet, les spores de ces plants spontanés sont charriées par le vent et déposées sur le feuillage des nouvelles plantes. Elles germent dans les gouttelettes d’eau qui se forment à la surface des feuilles et produisent une multitude de zoospores qui envahissent le plant. La multiplication des spores dans les gouttelettes se produit par température d’environ 60° F (16°C) et dans des conditions d’humidité relative de 100%. Il suffit de 5 jours de temps favorable pour produire la formation de zoospores au niveau des feuilles. La pluie et le vent se chargent alors de les disperser vers les plantes saines.

Les tubercules sont infectés par les zoospores entraînées en sol par la pluie. L’envahissement se fait généralement par les yeux. Le danger d’infection est plus grand en sol meuble graveleux qu’en sol compact.

En entrepôt le champignon ne se propage pas d’un tubercule à l’autre.

Lutte

Détruire les tas de rebuts de pommes de terre en les brûlant ou en pulvérisant un herbicide. Aucune variété ne possède d’immunité contre le mildiou. Bien que le feuillage de la variété Sebago ait une certaine résistance et que les tubercules soient modérément résistants, la variété exige jusqu’à sept traitements fongicides par année.

Les pulvérisations ou les poudrages de fongicides sont les principaux moyens de lutte contre le mildiou. Appliquer le fongicide recommandé à intervalle de 7 à 10 jours, selon le temps, à partir de juillet jusqu’à ce que le feuillage commence à mûrir. Le défanage à cette époque, au moyen d’un herbicide, diminue les dangers d’infection des tubercules.

Consulter le calendrier provincial des pulvérisations pour les produits à utiliser, leurs concentrations et les moments d’application. Dans certaines provinces les services météorologiques et phytosanitaires émettent des avertissements par la presse, la radio et la télévision.

One thought

One thought

Add yours

  1. Pingback: flétrissure bactérienne sur la pomme de terre - agronomie

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.