Mécanismes régulant l’absorption de P dans le système sol-plante-intrants

Importance de la culture de l’abricotier
Share this post with friends!

1 . Les états du phosphore dans le sol 

Le phosphore des sols cultivés est généralement sous forme de groupement phosphate (PO4). Par la suite, P désignera donc phosphate. La biogéochimie du P est extrêmement complexe non seulement à cause du nombre et de la nature des formes minérales et organiques rencontrées dans les phases liquide et solide du sol mais également pour les différences de processus chimiques, physiques et biologiques intervenant dans leurs transformations dans les conditions naturelles (Morel  , 2002) .

Phosphates en solution

Le P dissous peut être sous forme d’espèces ioniques libres ou complexées, minérales et organiques. Compte tenu du pH de la solution de sol, généralement compris entre 4.5 et 8.2, les deux espèces ioniques sont principalement H2PO4 et HPO42- qui peuvent former des complexes avec des cations et des molécules organiques. Des composés organiques contenant du P et des polyphosphates ont également été identifiés en solution (Morel , 2002) .

 Phosphates de la phase solide

La spéciation du P inorganique de la phase solide est plus complexe. Schématiquement, on peut distinguer sur la phase solide des minéraux phosphatés plus ou moins cristallisés et les groupements phosphates adsorbés aux constituants du sol.

Plusieurs centaines de minéraux phosphatés ont été dénombrés dans les sols, la plupart contenant du calcium, du fer et/ou de l’aluminium (Nriagu, 1984 ; Lindsay et al., 1989). Dans les sols ces minéraux n’existent pas en l’état mais sous des formes plus ou moins amorphes et substituées souvent difficilement identifiables même par des techniques d’analyse fine (Bertrand et al., 2001). L’utilisation de la microanalyse X couplée à la microscopie électronique a ainsi montré la complexité de la composition chimique de quelques phosphates (Vanden Bossche, 1999).

Contrairement à d’autres anions, comme les ions sulfate, chlorure et nitrate qui sont associés aux constituants du sol principalement par des liaisons d’énergie faible et réversible, les ions P peuvent réagir énergiquement avec les oxydes-hydroxydes de fer (goethite et ferrihydrite) et d’aluminium et carbonates de calcium.Les ions P sont adsorbés sur ces diverses surfaces minérales par des liaisons plus ou moins énergiques. Dans les conditions de pH les plus fréquentes pour les sols tropicaux, la surface des composés d’aluminium et de fer sont chargées positivement (Morel , 2002) . La réaction des ions P sur ces oxydes est donc aisée ,conduisant à la formation en surface de complexe par échange de ligand avec un groupement hydroxyle (Robert, 1996 ; Torrent, 1997).

Ce partage du P inorganique du sol en deux catégories, minéraux phosphatés et groupements P adsorbés, est schématique et simplificatrice. Dans la réalité, il existe un continuum entre ces deux catégories de composés depuis le P adsorbé en surface plus ou moins énergiquement et des phosphates précipités plus ou moins cristallisés (Torrent, 1997) voire du P enfermé dans la phase solide. Le P associé à du carbonate de calcium en suspension peut être considéré comme totalement adsorbé (puisqu’il passe rapidement et complètement en solution) lorsque la concentration des ions P en solution est faible. Par contre, lorsque la concentration des ions P en solution augmente, il y a apparition en surface de complexe ternaire calcium-carbonate-phosphate (Avnimelech, 1980) puis de précipités de phosphates de calcium (dicalcium phosphate, octocalcium phosphate et hydroxyapatite) ayant une solubilité de plus en plus faible (Cole et al., 1953; Arvieu, 1980 ; Arvieu et al, 1974 ; Freeman and al, 1981). La distribution de P à la surface de la calcite est hétérogène et sous forme agrégée ; elle témoigne de la précipitation (Bertrand et al., 2001). La conséquence est que la proportion de P associé au carbonate de calcium passe de plus en plus lentement dans la solution à cause de la nature de plus en plus énergique des liaisons entre le P et le calcium carbonates (Figure 4).

Composés organiques

Il existe également une grande variété de composés organiques contenant du phosphore: ARN, ADN, phospholipides, sucres phosphatés, phytates (Morel , 2002)

2. Les réactions chimiques, physiques et biologiques à l’interface solsolution

Compte tenu de la diversité des formes de P dans le sol, un grand nombre de réactions chimiques, physiques et biologiques régulent les transferts d’ions P à l’interface sol-solution (Figure 7). Il s’agit des réactions d’échange d’ions, d’adsorption et de désorption, de précipitation et de dissolution, de diffusion intra-particulaire, de minéralisation, d’oxydo-réduction, acido-basiques, cette liste n’étant pas limitative (Morel , 2002) . Ces réactions peuvent libérer des ions P depuis la phase solide vers la solution ou, au contraire, soustraire des ions P de la solution au profit de la phase solide.

Quelques tentatives ont été réalisées pour identifier la prédominance de tel ou tel mécanisme dans la réactivité des sols vis-à-vis des espèces en solution. La précipitation-dissolution de composés minéraux phosphatés est l’un des premiers à avoir été évoqué et étudié (Cole et al., 1953). La prise en considération d’autres mécanismes, l’adsorption et la diffusion, s’est rapidement révélée essentielle pour décrire les réactions entre les ions P en solution et les constituants du sol. Des recherches approfondies n’ont cependant pas permis de hiérarchiser ces mécanismes de régulation du transfert sol-solution des ions phosphate (Fardeau, 1981). Le nombre et la nature des constituants du sol réagissant avec les ions P, le nombre et la nature plus ou moins amorphe des minéraux phosphatés, fonction tous les deux des conditions physico-chimiques dans les sols, et l’impossibilité d’identifier et de quantifier précisément toutes ces différentes formes rend difficile et délicate l’établissement de relations mécanistes entre spéciation et phytodisponibilité du P du sol.

3. Des mécanismes de mobilisation du P par la racine à l’interface racinesolution

Les recherches effectuées tout particulièrement ces 2 dernières décennies ont montré la multitude et l’interactivité des mécanismes mis en œuvre par les racines pour mobiliser le P du sol. Dans la rhizosphère, volume de sol qui entoure la racine et qui est directement influencée par l’activité des racines, des mécanismes physiques, chimiques (Hinsinger, 1998) et biologiques (Lemanceau et al, 1998) peuvent conduire à la mobilisation des ions P dissous et du P de la phase solide du sol. La rhizosphère est le volume de sol où s’exerce à la fois des mécanismes physiques, chimiques et (micro)biologiques déterminant et contrôlant le transfert des ions P entre le sol et la solution et des mécanismes physiques, chimiques et (micro)biologiques capables de mobiliser des ions P lors du fonctionnement du système sol-solution-plante (Morel , 2002).

L’effet rhizosphérique est déterminé en partie par la libération de composés organiques, appelée rhizodéposition, qui stimule le développement de la microflore. Sa localisation se déplace avec la croissance racinaire et a principalement lieu dans la partie apicale ou subapicale des racines. D’autres microorganismes du sol, les champignons mycorhizogènes du sol ont été particulièrement étudiés du fait, en particulier, de leur importance dans le prélèvement de P du sol (Plenchette, 1991).

Sans vouloir dresser une liste exhaustive de l’ensemble des mécanismes impliqués dans le fonctionnement du système sol-plante pendant la période de prélèvement par les racines, Morel (2002) distingue des processus de nature très différente :

  • La vitesse de mise en place des surfaces de prélèvements, racines et hyphes des champignons mycorhizogènes du sol ;
  • Le flux de convection de l’eau du sol (mass-flow) associé à la transpiration des cultures;
  • L’abaissement de la concentration des ions P à la surface de la racine suite à son absorption conduisant à la création d’un gradient entre cette surface, la solution de sol et les constituants du sol ;
  • Le déplacement des ions P par diffusion dans la solution de sol suite à l’existence de ce gradient de concentration des ions P ;
  • Les gradients de concentration d’autres ions, qui peuvent mobiliser, par échange et désorption, du P adsorbé sur la phase solide voire immobiliser ces mêmes ions par précipitation, par exemple de phosphates calciques au niveau de la racine, et dans la microflore associée racine ;
  • Les dissolutions de phosphates précipités par modification du pH et/ou des propriétés redox et autres réactions de complexation par exsudation de composés organiques ;
  • La production d’enzymes (phosphatases, phytases) par les racines et les microorganismes capables de dégrader des composés organiques et libérer ainsi des ions P dans la solution.

La rhizosphère est donc un lieu d’échanges importants entre le sol, la solution de sol, la racine et la microflore qui détermine une modification des équilibres ioniques et gazeux et une augmentation de la concentration en composés organiques (Lemanceau et Heulin, 1998).

4. Interaction entre les différents mécanismes

A cet inventaire des mécanismes s’exprimant soit à l’interface sol-solution soit à l’interface racine-solution de sol, il faut encore ajouter un degré de complexité supplémentaire (Morel , 2002) . En effet, tous ces mécanismes coexistent et interagissent entre eux (Figure 7). L’expression d’un mécanisme donné peut être affecté par l’existence d’un autre. Parmi les interactions les plus connues, on peut citer celle entre la disponibilité du P du sol et la croissance de la culture (Plénet et al., 2000), la mise en place et la croissance des parties aériennes et des racines de la culture et l’activité des champignons mycorhizogènes du sol (Plenchette, 1991). En conditions d’alimentation en P déficiente, la plante réagit en modifiant la part de la biomasse allouée aux racines (Mollier et al ; 1999) ce qui se traduit par une réduction de la croissance foliaire et une stimulation temporaire du développement du système racinaire (Pellerin et al., 2000). Comme la vitesse de croissance des racines est la première variable explicative du prélèvement de P (Barber, 1984), la fraction du P du sol susceptible d’être prélevé par la racine est le résultat de deux effets, l’un direct propre à la disponibilité du P du sol et l’autre indirect relatif à l’interaction de la phytodisponibilité du P du sol sur la mise en place des capteurs de P. Cet effet indirect peut être positif, nul ou négatif suivant la phytodisponibilité du P du sol (Morel et al, 1990 ; Guivarch, 2001). Ainsi, l’ajout de P en sol déficient en P augmente, parfois de façon spectaculaire, le prélèvement du P natif du sol par stimulation de l’élongation des racines (Morel , 2002). Au contraire, en sol ayant un statut P élevé, le prélèvement de P natif du sol peut-être sensiblement diminué par un apport supplémentaire de P à cause peut-être d’une réduction de l’élongation des racines (Römer et al., 1988).

Source:

ZEMOURA ABD EL KADER .2005 . étude comparative de quelques méthodes de dosage du phosphore assimilable des sols calcaires en région semi aride w de Batna.

Télécharger le document complet PDF.

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.