Les stratégies d’absorption et de rétention du phosphore utilisées par les plantes

phosphore
Share this post with friends!

Ainsi plusieurs mécanismes permettent l’absorption du phosphore par les plantes:

  • L’interception racinaire désigne l’absorption des éléments nutritifs par la racine (et les mycorhizes) lors de sa croissance, sans qu’aucun déplacement d’ion ne soit mis en jeu. Dans le cas du phosphore, cet apport n’excède pas 1 % des besoins de la plante (Barber, 1984) .
  • Le flux de masse ou « advection[1] » est le flux lié à l’absorption d’eau par la plante qui compense ainsi l’évapotranspiration. Le flux d’advection du phosphore ne représente également qu’une faible fraction du phosphore assimilé par la plante (Fardeau, 1981).
  • La diffusion désigne le mouvement des ions dans la solution, engendré par un gradient de concentration. Dans le cas du phosphore, le prélèvement actif par les racines et, le cas échéant, les mycorhizes entretiennent ce gradient. Ainsi, la diffusion associée à la libération conjointe du phosphore lié à la fraction solide du sol, assure l’essentiel des besoins de la plante.

Dans le cas du phosphore minéral du sol, la libération du phosphore dans la so lution fait intervenir la dissolution et la désorption. Elle est favorisée par l’excrétion de protons par la racine, mais aussi par la libération d’acides organiques ( Fig 7 ). En effet, environ 10 % du carbone assimilé par les plantes est libéré dans la rhizosphère sous forme d’exsudats capables de complexer les ions métalliques (Gobat et al., 1998). Ainsi, les plantes adaptées à des sols carencés en phosphore (colza, lupin, choux) émettent des quantités importantes de citrate dans la solution du sol, ce qui a pour effet de favoriser la dissolution de l’apatite (Sommelier et al., 1996). Dans le cas du phosphore organique, la libération est favorisée par l’action enzymatique. En effet, les enzymes excrètées dans le sol par les racines, les mycorhizes et la faune bactérienne comptent une large gamme de composés capables d’hydrolyser les molécules organiques riches en phosphore. Les principales enzymes répertoriées pour ce type d’action sont les phosphatases acides ou alcalines, les phytases et les phosphomonoestérases (Vanden Bossche , 1999) .

 Figure 7 : Représentation simplifiée des mécanismes physico-chimiques et (micro)biologiques impliqués dans le système racine-solution-sol ( Morel ,2002 ). 
Figure 7 : Représentation simplifiée des mécanismes physico-chimiques et (micro)biologiques impliqués dans le système racine-solution-sol ( Morel ,2002 ).

On peut distinguer:

  • Des réactions déterminant et contrôlant le transfert des ions P entre le sol et la solution (flèches bleues);
  • Des mécanismes inhérents au fonctionnement des racines (flèches noires)
  • Des interactions (flèche violette) entre les réactions sol-solution et les mécanismes mis en oeuvre par les racines, des interactions entre des mécanismes racinaires, des interactions entre les réactions sol-solution.

Référence:

[1] -De nombreux auteurs parlent plutôt du flux de convection .Mais ce terme est impropre .Il désigne,en physique,les mouvements qui s’opèrent dans un système fermé où le liquide est susceptible de « revenir à son point de départ ».

Source:

ZEMOURA ABD EL KADER .2005 . étude comparative de quelques méthodes de dosage du phosphore assimilable des sols calcaires en région semi aride w de Batna.

Télécharger le document complet PDF.

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.