Les exigences édapho-climatiques des agrumes

Les exigences édapho-climatiques des agrumes Les porte-greffes pour les agrumes L’entretien des agrumes après plantation
Share this post with friends!

1 – Les exigences climatiques

Les conditions climatiques locales de la parcelle à planter en agrumes doivent être compatibles avec les exigences des arbres (Loussert b, 1987).

1.1- Les températures

Etant originaire des pays chauds et humides du sud-est asiatique, la culture des agrumes nécessite en région méditerranéenne des zones abritées à hiver doux et sans risque de gelées mais également un complément d’eau d’irrigation durant la saison sèche. Les températures moyennes favorables pour les agrumes sont de 10 à 12°C en hiver et de 22 à 24°C en été.

En hiver, les températures inférieures à 0°C provoquent des dégâts sur les fruits en cours  de maturation; celles comprises entre -3 et -9°C peuvent abimer la  charpente et même entraîner la mort de l’arbre. Cependant, des températures comprises entre 0 et +12°C exercent un effet favorable sur la coloration des fruits. Au printemps, les températures inférieures à +10°C provoquent des dégâts sur les jeunes pousses, les fleurs et les jeunes fruits. Un abaissement  brutal de la température après une température modérée peut, également, entrainer des troubles physiologiques graves.

Les températures élevées peuvent également provoquer des dégâts sérieux surtout si elles sont couplées à des déficits hydriques et des vents chauds et secs. Les températures élevées de printemps et d’été peuvent entraîner une sous-alimentation en eau par fermeture des stomates et l’enroulement des feuilles. Comme la consommation en eau peut augmenter en raison de l’élévation de l’évapotranspiration, les températures supérieures à 40°C peuvent provoquer une brûlure des feuilles particulièrement en zones continentales à atmosphère sec (Lebdi Grissa, 2010).

1.2- La pluviométrie

Le climat méditerranéen est irrégulier pour la pluviométrie avec 2 périodes:

  • Une période humide et fraîche allant de Septembre à Mars, durant laquelle les quantités de pluies tombées fournissent environ les 2/3 des quantités totales ce qui permet d’améliorer le calibre des fruits et leur teneur en jus, lave le feuillage et améliore la photosynthèse, constitue  une réserve d’eau au niveau du sol et contribue à lutter contre l’accumulation et la remontée des sels (Loussert, 1987 ; Lebdi Grissa, 2010.)
  • Une période chaude et sèche allant d’Avril à Août qui coïncide au niveau de l’arbre à des périodes de croissances végétatives, de floraison, de fécondation, de nouaison et de croissance des fruits qui nécessitent de grands besoins en eau. La synthèse de cette situation montre nettement une discordance entre la période pluvieuse caractérisée par des pluies irrégulières dans le temps et dans l’espace et qui sont loin de répondre aux exigences des agrumes qui ont de grands besoins en eau. Pour y remédier, il serait important de prendre en considération les précipitations régionales et leur répartition mensuelle au cours de la création du verger afin d’envisager en cas de crues les possibilités d’évacuation rapide des eaux en excès pour éviter l’asphyxie, d’ajuster le programme d’irrigation en fonction des précipitations enregistrées, d’oeuvrer par le travail du sol à un apport de matière organique et autres moyens pour améliorer la capacité de rétention en eau du (Lebdi Grissa, 2010)

1.3-Humidité

L’humidité excessive de l’air ambiant lorsqu’elle persiste peut être gênante pour les agrumes en entraînant un développent des mousses et des lichens, une pourriture des fruits, un développent des cochenilles…, il est alors fortement conseillé d’éviter les expositions littorales  et les terrains hydromorphes ou l’humidité est toujours excessive. D’un autre côté, la faible humidité de l’air augmente la transpiration des agrumes et élève le besoin en eau d’irrigation (Lebdi Grissa, 2010).

2- Les exigences édaphiques

Les agrumes craignent plus les conséquences d’un excès d’eau que d’un rationnement hydrique temporaire. Les zones de bas-fond mal drainées ainsi que les sols lourds à tendance hydromorphes seront proscrits. Les sites dont les sols sont légers et surtout filtrants, profonds et sains (Anonyme, 2006) au pH neutre à légèrement acide (compris entre 6 et 7.5), sans excès de calcaire et suffisamment riches en matière organique sont idéal pour l’implantation des vergers (Simone Van, 1999).

La gestion de légers défauts tels que l’alcalinité, légère salinité, etc., peut être en partie résolue par le choix d’un porte-greffe adéquat, éventuellement par des techniques de culture appropriées comme l’apport d’amendements organo-minéraux avant la plantation (Anonyme 2006).

3-Exigence en altitude

L’optimum d’altitude 1.000 – 1.300 m, pas trop exposé aux vents. Au-dessous de 800 m,  les fruits manquent de saveur. La peau des oranges reste verte, les cloisons deviennent plus épaisses. Les fruits sont plus savoureux dans les régions à saison sèche bien marquée (Anonyme, 1994).

Source:

KHEN Ouissam 2014 , Erosion génétiquedes espèces agrumicolesdans la wilaya de Skikda: Contraintes de production, Université 20 Août 1955 Skikda.

Télécharger document complet.

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.