Les avantages de la pratique de la jachère

Les avantages de la pratique de la jachère
Share this post with friends!

Les avantages les plus remarqués  dans les sols mis en jachère sont :

Conservation de l’humidité

Les expériences faites en cases et au champ ont démontré que la perte d’eau par évapotranspiration est le facteur le plus important qui influe sur le rendement (JACQUET, 1993). Dans les terres en jachère, plus que 2/3 de la capacité d’eau disponible est  emmagasinée, des travaux effectués par (ANONYME 3, 1939) montrent qu’une quantité de 10 cm stockée dans les sols mis en jachère donneront une production de 1000 kg de blé à l’hectare, un stock de 27 cm, donne un accroissement de 202 à 336 kg/ha jusqu’à une production de 2000 kg/ha.

Ces résultats démontrent que dans les régions de basses précipitations, il ne faut pas ensemencer la terre qui était en culture l’année précédente à moins que la profondeur du sol humide, au moment du semé, ne soit d’au moins 46 cm dans les sols argileux,  61 cm dans les sols limoneux et 76 cm dans les sols sableux (HEUZE, 1962)

Selon le même auteur (HEUZE, 1962); quand on tient une terre en jachère pour la préparer au semé, il s’écoule 21 mois entre la date de la moisson d’une récolte et celle du semis suivant où on remarque que pendant les neuf premiers mois de la période de jachère environ  33 % des précipitations totales sont emmagasinées, en revanche, les 12 mois qui suivent la terre ne retient que 14 % des précipitations, ce qui donne un total de 10,2 cm durant les 21 mois de jachère. Pour conserver cette quantité d’humidité, il faut commencer le travail de la jachère dès que les mauvaises herbes sortent au printemps (PAPY et         BOIFFIN.  1989).

En conclusion les terres mises en jachère conservent beaucoup plus l’humidité qu’un sol cultivé chaque année avec une augmentation importante de la capacité de rétention du sol.

Amélioration de la fertilité du sol

CALLA et ARMY (1961), dans ses études montrent qu’une quantité approximative de 840 kg de débris végétaux par hectare suffit pour empêcher l’érosion éolienne du sol à texture moyenne et modérée. Selon le même auteur l’emploi parfait de machines agricoles dans une suite de façons culturales permet de régler la couche superficielle du chaume sur une base quantitative de façon à assurer de bonne pratique culturale dans différentes régions.

Ces chaumes qui possèdent le temps essentiel pour leurs dégradations et leur recyclage dans le sol et donnent donc au sol une très bonne teneur en éléments nutritifs essentiels pour le développement de la prochaine culture.

La jachère en stratégie de lutte aux mauvaises herbes

La jachère peut servir à limiter les réserves de graines des mauvaises herbes annuelles et s’attaquer aux problèmes persistants de mauvaises herbes pérennes. Le travail du sol et la jachère doivent être utilisés avec précaution, car ils peuvent entraîner de graves dégradations du sol et de l’environnement (FRICK et JOHNSON, 1989)

La jachère a aussi généralement un effet sur le parasitisme tellurique : si la destruction des plantes hôtes est assurée, alors l’inoculum contenu dans le sol est réduit (YANKOVITCH, 1956)

Source:

ZAABOUBI Siham 2007. EFFETS COMPARATIFS DE DEUX OUTILS ARATOIRES (DISQUES – DENTS) ET DE DIFFERENTS PRECEDENTS CULTURAUX SUR LES PROPRIETES PHYSIQUES D’UN SOL CULTIVE EN CEREALES DANS LA REGION DE TIMGAD.

Université EL-HADJ LAKHDAR- BATNA.

Télécharger le document complet PDF.

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.