Le potassium

Le potassium
Share this post with friends!

1.  Généralités

le potassium se trouve dans le sol à des teneurs comprises entre 0,05 et 3,5 %  ( 1 et 2 % dans les sols cultivés) ,il se trouve principalement dans le sol sous forme minérale contrairement au phosphore et à l’azote Callot et al.,(1982).Il est fortement prélevé par les plantes, car il est impliqué dans de nombreux processus physiologiques (William, 2007).  La capacité du sol à fournir du potassium aux plantes sur une grande période dépend fondamentalement de plusieurs facteurs, à savoir le taux de potassium contenu dans les minéraux primaires, de la quantité du p otassium libérée par ces minéraux, du taux et du type d’argile (Clavet, 2003).

2. Rôle du potassium dans la plante :

le potassium est un élément nutritif important pour la plante, il est adsorbé sous la forme ionique K+son rôle apparait dans de multiple fonctions de la vie de la plante (Robert, 1996).

Il peut jouer le rôle d’un stabilisateur de pH. En fait, c’est un cation très abondant dans le cytoplasme. Il équilibre les anions immobiles dans le cytoplasme, les anions mobiles dans les vacuoles ainsi que les anions mobiles dans le xylème et le phloème. De plus il intervient dans l’accumulation des acides organiques (Hellali, 2002).

Le potassium joue également un rôle osmo-régulateur indispensable pour le maintient du statut de l’eau dans les cellules. Il intervient dans la réduction de la transpiration. L’ouverture des stomates est conditionnée par une concentration élevée en K+ dans  les cellules de garde (Morel, 1989).

Quelques-uns des sucres produits par la photosynthèse sont transloqués vers les points de croissance ou les racines ou les fruits en expansion (translocation d’assimilats). Le p otassium est nécessaire pour la translocation des sucres à travers le phloème (Moughli, 2000).

Absorption de l’azote et synthèse des protéines : L’absorption de l’azote exige l’ATP dont la synthèse exige le potassium pour l’activation de l’enzyme responsable de cette synthèse. Aussi, le potasium est souvent simultanément absorbé avec le nitrate (anion) pour assurer l’équilibre de la charge des cellules (Moughli, 2000).

3. Les formes du potassium dans le sol

       3.1 Potassium soluble

Le K existe dans la solution du sol sous la forme ionique (K+) et c’est la forme disponible aux racines. La concentration de k dans la solution du sol change selon la minéralogie d’argile, la culture en place et la fertilisation (Baber, 1984 ; Johnson, 2007).

      3.2   Potassium assimilable

C’est la somme du pot assium libre dans la solution du sol et celui retenu sur les charges négatives des surfaces externes des minéraux argileux (Mhiri, 2002).Le potassium soluble et échangeable constitue le pool dit assimilable pour les plantes, ces deux formes se trouvent en équilibre. Dès que celui-ci est rompu, notamment lors d’un prélèvement sélectif du potassium par la racine, un échange cationique très rapide se produit entre la solution du sol et les complexes, de façon à atteindre une nouvelle composition d’équilibre (Wimoladsa et Sinclair, 1998 In Mouas-Bourbia 1996)

      3.3 Potassium des réserves

C’est le potassium lié aux minéraux silicatés du type micas (muscovite, biotite) et feldspath, lié aussi aux argiles proches des micas comme l’illite. Cette forme représente 90 à98 %du potassium total. Elle n’est évidemment utilisable qu’à long terme. C’est une réserve que libère progressivement l’altération des minéraux sous l’effet notamment de l’activité biologique (Soltener ,2005).

     3.4.   Potassium fixé ou rétrogradé

Le pouvoir de fixation du potassium (rétrogradation) par les sols dépend de leur teneur et de la nature de leurs argiles .Il est ; nul pour la kaolinite, la chlorite….et les micas, faible pour la montmorillonite, variable pour les illites, fort pour la vermiculite. Ce pouvoir de fixation est modulé également par l’état hydrique du sol qui provoque l’ouverture ou la fermeture des espaces interfoliaires dans lesquels se logent certains cations comme le potassium, caractérisé par un diamètre ionique hydraté faible, compatible avec la largeur des cavités (Mhiri ,2002).

     3.5.   Potassium organique

Selon Soltner, (2003) c’est le potassium contenu dans les sucs de la plante, ces ions K+ retournent au sol de deux manières :

Avant la mort des végétaux qui le contiennent. Les courbes d’absorption du potassium montrent qu’après un maximum dans la plante mûre, la courbe décroit traduisant la restitution de cet élément au sol, soit par les racines, soit par les feuilles lavées par les pluies (pluviolessivats).

Après la mort et la décomposition des résidus végétaux. Le potassium est alors soit exposé au lessivage, soit adsorbé à niveau. Sous climats tempérés, les argiles de type smectites et illites retiennent bien cet élément. Sous climats tropicaux dont les sols sont surtout à base de kaolinite, cette fixation est limitée et le potassium se perd par lessivage.

4.          Equilibre entre les différentes formes du potassium dans le sol

Selon Mhiri (2002), la distinction entre les différentes formes de pota ssium dans le sol repose, pour l’agronome, sur le degré de leur disponibilité pour les plantes. Schématiquement, on peut le représenter comme suit :

4.          Equilibre entre les différentes formes du potassium dans le sol

Source:

Mme MADI Nadia épouse DJEDID.

Thème : Association de culture olivier/vesce/avoine : performance et influence sur le K (HNO3) de la rhizosphère.

Université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou

Télécharger document complet.

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.