Le pois chiche

Le pois chiche
Share this post with friends!

Origine et historique

Selon LADISINSKY (1975) in SEMCHEDDINE (1990), le pois chiche serait     probablement originaire du Proche-Orient (sud-est de la Turquie, Syrie).

DUKE (1981) rapporte que ce légume sec a conquis L ‘Europe durant le Moyen- âge après que les croisés l’aient redécouvert au Proche –orient. Mais, sa culture et sa consommation ont en réalité été attestées par des sources écrites et archéologiques, bien avant  au moins dés le IX  siècle.

Présentation de la culture

1-Taxonomie et caractéristiques  botaniques

Sur le plan taxonomique, le pois –chiche se rattache à la famille des : Papilionacées, genre Cicer et espèce Cicer arietinum L (SAXENA et SINGH ,1987)

Sur le plan botanique, il est décrit comme  une plante herbacée annuelle, dressée ou rempante couverte de poils glanduleux. Sa germination est du type hypogée (les cotylédons restent souterrains). .Ses racines peuvent atteindre un mètre de profondeur, mais la plupart se trouvent dans les  premiers centimètres (DUKE , 1981). Sa tige anguleuse a une hauteur de 0.20 à 1 mètre de haut.  Ses feuilles se composent  de 7 à 17 folioles ovales et dentées.  Les fleurs peuvent être  blanches, bleues ou violettes; solitaires et pédonculées.  Les gousses sont renflées à 1 – 2 graines presque rondes. Le poids de 1000 grains varie de 200 à 600grammes    (VANDER MAESSEN , 1972).

2 -Exigences culturales

La température exerce une forte influence sur les phases végétatives et reproductrices de pois -chiche (SUMMERFIELD et al ,1979). Le pois -chiche est une plante à climat intermédiaire. La température optimale exigée par le pois -chiche d’hiver varié entre 18°C et 29°C le jour et 20°C la nuit (VERRET ,1982 et GIRRARD ,1985).

Il est considéré comme étant une plante de jours long (SUMMERFIELD et al; 1979). L’intensité de la lumière et de la durée d’éclairement sont des facteurs importants pour la nodulation et la fixation d’azote  (LIE ,1971 in  BEDDAR, 1990).

C’est aussi une espèce relativement résistante à la sécheresse. Sa consommation en eau a été estimée entre 110 et 240 mm par an pour produire des rendements en grains allant de 9 à 30 qx /ha en semis d’hiver (SINGH et BUSHAN,1979, cités par SAXENA , 1987). IL a été  établit aussi que le pois- chiche consomme la majeure partie de son eau dans les soixante premiers centimètres (KEATING et COOPER ,1983). Sa grande capacité d’absorption de l’eau dans le sol s’effectue grâce à son système racinaire très développé à cette profondeur (DUKE, 1981). Cependant comme la plupart des légumineuses à graines, le pois -chiche est sensible à la sécheresse à certaines périodes .Sa plus grande sensibilité se situe à la floraison (GIRRARD, 1985), un déficit hydrique à ce stade là, se traduit par une diminution du nombre de gousses, de poids de 100 grains et par une augmentation de gousses vides (WERY ,1986).

Le pois chiche semble préférer les sols meubles, profonds, plus ou moins argileux avec une bonne capacité de rétention (MOLANI et CHANDRA, 1970 cités par

SAXENA ,1987), il ne supporte pas les sols mal drainés qui favorisent le développement de maladies cryptogamiques (PLANCQUAERT et WERY, 1991). Les sols très calcaires sont à  exclure, car donnent des graines qui cuisent mal  Il supporte mal les sols salins. Le pH du sol favorable à cette culture se situe entre  6 et 9 (BRAUNE et al, 1988).

3-Conduite culturale

Les pratiques culturales relatives au pois- chiche sont évoquées en détail par de nombreux auteurs dont (ITGC, 1987) pour la rotation, PLANCQUAERT et WERY (1991).,SASSEN (1989) in SEMCHEDDINE (1990) pour la fertilisation ; DAHAN (1996) pour le semis ; SUMMERFIELD et al (1979) ; NENE (1984) in AYADI (1986) ; RAPPILLARD (1989); PLANCQUAERT et WERY (1991) et VANDER MAESEN (1972) pour les contraintes climatiques et pathologiques et AYADI (1996) pour la récolte.

En résumé, la culture de pois chiche entre dans une rotation quadriennale :

 » Pois chiche- blé- fourrages – blé  »  en régions à pluviométrie supérieure à 500mm.(ITGC, 1987)   » Pois chiche – blé- jachère- blé » en régions moins pluvieuses (pluviométrie inférieure à 500mm) (IDGC ,1987). L’objectif de labour et des outils à dents utilisés est de laisser un sol plat, souple et légèrement motteux. La formule générale de fertilisation recommandée pour l’Algérie est: 10-20 U d’azote/ha au stade 6 à 8 feuilles , 50-75 U de P2O5/ha et 70-91U de K2O/ha. La semence doit être traitée (ravageurs, maladies) et de bonne faculté germinative. Le semis doit être effectué le plutôt possible pour profiter des pluies précoces et réduire les risques  d’un déficit hydrique en fin de cycle, à raison de 60-70 plants /m2 (semis d’hiver) ou 40 à 50 plants/m2 (semis de printemps). L’interligne étant de 50cm et la profondeur 4 à 6 cm.                  Parmi les accidents culturaux possibles ; on note la coulure liée aux conditions climatiques défavorables (gelées tardives, siroco) et le phénomène d’avortement des gousses qui peut  commencer environ 15 jours après la floraison. Les maladies les plus fréquentes  sont L’Anthracnose  (Ascochyta rabiei  transmis par la semence  et résidus de récolte) pouvant entraîner jusqu’à 80% de perte en Algérie  et le complexe de flétrissement (ensemble de champignons dont surtout Fusarium oxysporum).

Notons que les dégâts engendrés par les mauvaises herbes chez le pois- chiche  peuvent atteindre 30 à 50% (PANWAR cité par SAXENA, 1980) et que SAXENA ,1983) a montré le rendement d’une culture désherbée à la main augmente de 42 % par rapport au témoin non désherbé. Les pertes liées aux mauvaises herbes   dépendent  de la période de semis .Avec une  bonne préparation de sol pour un semis de printemps, la plupart des mauvaises herbes sont détruites. Mais en semis d’hiver  les mauvaises herbes lèvent et évoluent en même temps que la culture et lui font une concurrence importante. Le désherbage est donc indispensable en semis d’hiver.

Source:

MELAKHESSOU Zohra  2007.   Etude de la nuisibilité directe des adventices sur la culture de pois- chiche d’hiver (Cicer arietinum L) variété ILC 3279, cas de Sinapis arvensis L .

Téléchrager le document complet PDF.

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.