le choix des distributeurs du système goutte à goutte

le choix des distributeurs du système goutte à goutte
Share this post with friends!

D’après (KULKER ; 1988), en irrigation localisée, le choix des distributeurs est important. Il conditionne l’uniformité de la répartition de l’eau sur la parcelle. Le niveau de filtration de l’eau, le type de maintenance à assurer, la pérennité des équipements ; pour être objectif le choix doit tenir compte de trois éléments :

– le milieu à irriguer ;

– les caractéristiques et aptitudes des distributeurs disponibles.

1.  le milieu à irriguer:

Le système choisi doit être adapté :

  • au type de sol ;
  • A la nature des cultures;
  • A la qualité de l’eau d’irrigation;
  • A la configuration de la parcelle à irriguer. Selon (RIEUL;1992)

1.1. le type de sol :

       Le choix du distributeur ; goutteurs ou mini-diffuseurs doit tenir compte de type de sol. Le sol doit transmettre l’eau aux racines des plantes ; son rôle est d’autant plus important que le mode d’apport est localisé (goutteurs).

(LEONCE;1976).

Sur des sols à perméabilité moyenne, qui assurent une bonne diffusion latérale de l’eau, des goutteurs de 2 à 4 l/h conviennent et conduisent à des investissements moindres que les diffuseurs à plus forts débit.

                                                                                      (IMERZOUKEN ; 1981).

Dans les sols à forte perméabilité, comportant des matières grossières, ainsi que dans certains sols argileux gonflant, dont la dissication provoque la formation de grosses fentes de retrait, l’eau à tendance à percoler en profondeur, sans diffuser latéralement. Dans ce cas, on choisira des mini-diffuseurs qui arrosent une surface de sol de 1 à quelques m2 de préférence aux goutteurs.

(IMERZOUKEN ; 1981).

      Dans ce procédé originale ; l’eau est administrée aux plantes quotidiennement à faible dose, par le moyen de goutteur qui délivrent au goutte à goutte, dans la zone d’extension racinaire l’eau nécessaire qui migre par capillarité.                                                                             (KULKER;1988).

Avec la goutte à goutte, les charpentières racinaires continuant à assurer l’ancrage des arbres, on observe par ailleurs le développement d’un important chevelu radiculaire actif dans la zone située au voisinage des goutteurs et humecté sous forme d’un bulbe.                      (ROURE et GAGNARD ; 1981).

La dimension et la forme d’un bulbe varient entre autres en fonction de la texture de sol, et du débit des goutteurs et de la fréquence d’arrosage.

(KULKER ; 1988).

 1.2.  la nature des cultures:

D’après ; (RIEUL;1992)

Les cultures annuelles : lorsque les rampes doivent être déroulées ou enroulées lors de la mise en place de la culture et pour la récolte, il faut éviter les goutteurs en dérivation faisant saillie sur la rampe ; il faut plutôt utiliser des goutteurs en linge, des goutteurs intégrées dans la rampe, des gaines ou certains goutteurs placés en dérivation mais ne dépassant pratiquement pas de la rampe.

Les cultures pérennes ; sur ces cultures telles que les arbres fruitiers, vignes, dans les quelles l’installation est fixe, tout les types de distributeurs peuvent être utilisés, si la nature du sol le permet. Les goutteurs d’un débit de 4 l/h sont les plus employés.                                                                          (RIEUL;1992).

Tableau n°2 : quantité d’eau apportée / heures en irrigation localisée

 

  Nbre de distributeur /ha Débit moyen du distributeur L/h Apporte horaire

(mm/h)

Arboriculture 1500 à 2000 goutteurs

400 à 1000 diffuseurs

4

20

0.6 à 0.8

0.8 à 2.00

Maraichage

Plein champ- serre

10.000à20.000 goutteurs

Jusqu’à 50.000 goutteurs

2

2

2 à 4

Jusqu’à  10

 

Grandes culture 10.000à20.000goutteurs 2 2 à 4

Source (C.E.M.A.E.R.E.F ; 1992)

1.3. la qualité de l’eau :

D’après (PIERRE, O, M ; 1994):

En irrigation localisée, la qualité de l’eau est un élément essentiel dont dépendent les risques de colmatage des distributeurs. La qualité de l’eau est autant moins bonne qu’elle contient des éléments susceptibles de boucher les distributeurs ; ces éléments sont de nature chimique, physique ou biologique.

1.4. la configuration de la parcelle :

Selon (RIEUL;1992):

La topographie, la forme et les dimensions de la parcelle doivent être prise en compte pour choisir les types de distributeur.

Lorsque la topographie de la parcelle est peu marquée ou qu’il et possible d’implanter des rampes de longueur limitée, les différents types de goutteurs nom auto- régulant sont préférables car ils sont moins sensible au bouchage et moins chers que les goutteurs auto- régulant.

Cependant, pour conserver une bonne répartition de l’eau, on choisira de préférence des goutteurs à chicanes, peu sensibles aux variations de pression.

Dans le cas d’une topographie marquée, ou d’une parcelle de forme très irrégulière ou de grande dimension, sur la quelle il n’est pas possible de limiter la longueur des rampes, on utilisera des goutteurs auto- régulant ou des capillaires. H faut vérifier après calcule des besoins dans les rampes, compte tenu de la configuration de la parcelle, que les goutteurs auto- régulant restent dans leur plage de fonctionnement. La longueur des capillaires doit également être choisie en fonction de ces besoins.                                    (RIEUL ; 1992).

 

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.