Foresterie - cours

La sylviculture de chêne zéen

Caractéristiques anatomiques et technologiques du bois de Chêne zéen La sylviculture de chêne zéen

1    Les traitements sylvicoles

Le Chêne zéen se trouve en peuplement pur ou mélangé (Figure VII a et b). C’est une espèce qui peut recevoir différents traitements en fonction des objectifs de l’aménagement. Dans les peuplements purs, c’est le traitement en futaie régulière (Figure IIV c) qui s’accommode en général (BOUDY ,1952). C’est un traitement convenable surtout quand l’âge d’exploitabilité est fixé à 100 – 120 ans, révolution permettant une bonne production de bois d’œuvre. Pour les traitements en futaie jardinée, l’exploitabilité se fait à base de choix d’un diamètre qui est fixé selon les objectifs recherchés, tout en respectant donc la rotation des coupes. Généralement, on fixe le diamètre d’exploitabilité pour des rotations de10 ans.

2    La régénération du Chêne zéen

La régénération constitue la base de la sylviculture, le Chêne zéen se régénère par semis naturel, par rejets de souches et par drageons et par régénération assistée (MESSAOUDENNE, 1989).
Le peuplement de Chêne zéen âgé assure sa régénération naturelle à partir de sa propre semence. Dans le cadre de la régénération assistée le choix au préalable de semenciers des arbres d’élite présentant des critères intrinsèques et extrinsèques et une bonne adaptation au milieu.
Tableau IV : Quelques exemples de champignons et d’insectes qui s’attaquent au Chêne zéen.

  Agent causal Type d’attaque Conséquences
Champignons Fomes fomentarius -Parasite Pourritures blanches
Trichamptum abietinum -Parasite facultatif
-Saprophyte de faible activité
Tometes versicolor -Saprophytes très actif Pourritures blanches
Caloporus taxicola Pourritures blanches
Stereum hirsutum -Parasite facultatif
-Saprophytes actif
Poliporus squamosus -Saprophytes très actif Pourritures blanches
Hypholoma fascicular -Parasite et/ ou saprophyte Pourritures rouges
Insectes Cerambys heros Défoliation Dépérissement prématuré
Lymantria dispar
(famille de bombycidées)
Défoliation Ralentissement    de     la
croissance
Catocala nymphaea
(Lepidoptera ; Noctuidae)
Défoliation Ralentissement    de     la
croissance
Euproctis chresoraea
(Lepidoptera ; Lymantriidae)
Défoliation Ralentissement    de     la
croissance
Tortrix viridanaL. (Lepidoptera ; Tortricidae) Défoliation Ralentissement    de     la croissance

Source : SMAIL, 1994 ; Khous et Gachi, 1996.

  • La régénération naturelle : elle est gérée par le peuplement sans aucune intervention de l’homme, un tapis de semis est formé tout autour des arbres. La compétition entre les plants, réduit au fur et à mesure le nombre des individus, seuls les plants les plus vigoureux survivent  et progressent pour former la
  • les rejets de souches et drageons : ce traitement est préconisé+ pour répondre aux besoin de production des bois de petits diamètres. Cette méthode aboutit au régime de tallis sous futaie.
  • la régénération assistée : cette méthode passe en plusieurs étapes :
  • Le choix des semenciers (ppg) pour l’obtention de la semence de qualité.
  • La germination des graines : les graines récoltées seront mises à germer dans des boites de pétri sous des conditions contrôlées de température et de l’humidité.
  • L’élevage en pépinière : les graines germées seront plantées en pépinières dans des conteneurs adaptés au type d’enracinement, les plans ainsi obtenus seront transférés dans une autre pépinière pour l’acclimatation.
  • Le reboisement : cette étape se fait après une préparation de terrain par un labour profond suivi d’un bon ameublement, afin d’avoir une bonne adhérence des plants élevés en pépinière.

Source:

HAMIDOUCHE, Chafiaa 2010 . Etude des relations entre les variables dendrométriques du chêne zeen (Quercus canariensis Willd.) dans la forêt d’Ath Ghobri (wilaya de Tizi-Ouzou).

Téléchargement le document complet ici.

Previous post
Les agents destructeurs de bois de Chêne zéen
Next post
Etude des relations entre les variables dendrométriques du Chêne zeen (Quercus canariensis Willd.) dans la forêt d’Ath Ghobri (wilaya de Tizi-Ouzou).

Leave a Reply