La race Berbère

Figure n°5 : Bélier et brebis de la race Berbère.
Share this post with friends!

Le mouton Berbère constitue probablement la population ovine la plus ancienne d’Afrique du Nord, vraisemblablement issue de métissages avec le mouflon sauvage.

Elle est aussi appelée Chleuh, Kabyle. C’est un petit mouton à l’aine emmêlée et dont les performances en général ne sont pas encore connues, excepté qu’elle peut survivre sur des terres marginales. Son aire d’extension couvre l’ensemble de l’atlas tellien de Maghnia à la frontière tunisienne (Feliachi K., 2003).

Le mouton berbère est un descendant direct des ovins Africana ou plus exactement de la branche africaine de ce mouton quaternaire qui a été pendant fort longtemps le seul ovin nord-africain, allant du Maroc à la Tunisie, en passant par la chaîne de l’atlas tellien en Algérie (Feliachi K., 2003).

Sagne (1950) nous informe, par Hérodote, que ce mouton existait déjà en Kabylie 3000 ans avant J.C. A cette époque, un agronome latin rapportait que des béliers à fine toison et à fine queue étaient importés du Maghreb.

Caractéristiques :

La race berbère des montagnes est petite de taille, bréviligne, ayant une tête à profil droit, supportée par une encolure grêle, une poitrine exiguë, des côtes plates, un dos étroit, continué par une croupe avalée, que supportent des cuisses mince et aplaties. Se caractérisant par une laine mécheuse blanc brillant, dite « Azoulaï » en berbère (Trouette, 1929 ; Chellig, 1992).

Il existe quelques spécimens tachetés de noir. Les cornes sont présentes chez les deux sexes, elles sont petites et spiralés.

Figure n°5 : Bélier et brebis de la race Berbère.
Figure n°5 : Bélier et brebis de la race Berbère.

Mensurations :

Tableau n°5 : Mensurations de la race Berbère.

Tableau n°5 : Mensurations de la race Berbère.

Aire d’expansion :

Cette race ne se rencontre actuellement que dans les chaînes montagneuses du nord Algérien jusqu’à Tlemcen et Maghnia, c’est un mouton qui n’a qu’un intérêt historico- culturel, il tend à être remplacé à l’ouest par le mouton Hamra et à l’est par la Ouled-djellal (Nadjraoui, 2003; Chellig, 1992; Belaid Baya, 1986).

Carte n°4 : Aire d’expansion de la race Berbère (Chellig ; 1992).
Carte n°4 : Aire d’expansion de la race Berbère (Chellig ; 1992).

Source:

GHANI, ALI 2016 , Etude des quelques caractéristiques morphologiques des ovins, race Hamra.

Télécharger le document comlpet PDF. 

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.