La moutarde des champs (Sinapis arvensis L.)

La moutarde des champs (Sinapis arvensis L.)
Share this post with friends!

Caractéristiques

Selon JAUZEIN (1987), Sinapis arvensis L. est une crucifère très connue par les paysans français, sous diverses appellations (moutarde des champs, moutarde sauvage, moutarde commune, moutarde bâtarde, la racine latine, angle ou rave luche).

Les caractéristiques botaniques de ses différents organes (graine, plantule, fruits) (Figures annexes n°:26-27-28 et 29)  sont largement décrites par QUEZEL et SANTA (1962), HANF (1982), MAMAROT (1990 et 1997) et JAUZEIN (1987)

Cette  mauvaise herbe envahie la plupart des régions tempérées de l’Europe, de l’Asie Mineure, de l’Asie de sud –ouest et de l’Afrique du nord. Elle ne se reproduit que par graine et demande 2.5 à 3 mois pour que sa graine devienne une plante adulte   (BUCHANAN , 1973). Précisons que certaines graines de moutarde sont capables de germer dés leur maturité ; mais elles sont toutes aussi en mesure de survivre dans le sol jusqu’à 60 ans , surtout  si elles sont enfouies assez profondément   (JAUZEIN , 1995).

Sur le plan écologique Sinapis arvensis  préfère  des températures relativement basses (0-15°C), beaucoup de lumière (facteur stimulant sa levée) (JAUZEIN , 1987)., des sols basiques à PH 8 ( rare sur les sols acides) ( (WALTER , 1960 in JAUZEIN ; 1987), argileux ( 52-55%) , calcaires (CaCo3  > 40% ) et humides ( FOGG ,1950 et BUCHLI,1936, cité par JAUZEIN ,1987) et riches en azote . a tendance à se développer en masse notamment dans les grandes cultures (Céréales h’hiver, légumes secs) (CAREM , 1990).

Nuisibilité

La moutarde des champs est une mauvaise herbe préoccupante sur les terres cultivées. Elle entraîne des chutes de rendement et de qualité et requiert une lutte chimique et culturale très coûteuse. Le colza de printemps, peut  subir une baisse de rendement de 20%  à une densité de 10 plants/m2. Une infestation dense de moutarde des champs d’environ 20 plants au m2 dans les céréales de printemps peut réduire le rendement du blé de 53 %, celui de l’avoine de 63% et celui de l’orge de 69%(BOUCHET et MAURING , 1997) .La présence de graines de moutarde des champs dans une récolte de Soja,  provoque une perte de qualité de l’huile et du tourteau .

Malgré l’appétence que la moutarde des champs déclenche chez le bétail, de fortes irritations de l’intestin allant jusqu’à la mort de l’animal due à des toxines telles que l’allylisothiocyanate, la sinapine et la sinalbine (BOUCHET et MAURING , 1997)

Sa première action, la plus sensible pour l’agriculteur vise directement la plante cultivée, par la compétition qui s’engage pour l’eau et pour l’azote. En régions méditerranéennes, la moutarde des champs nuit surtout aux cultures hivernales.

La seconde action, indirecte consiste pour la moutarde à entretenir des ennemis essentiellement liés aux crucifères (colza, choux, radis, navet). La moutarde héberge un nombre d’insectes nuisibles  parmi lesquels des pucerons (Myzus persicae, Brevicoryne brassicae), des Diptères (Dasyneura brassicae), mais aussi divers champignons parasites (Cystophus candidus, Peronospora parasitica), des bactéries pathogènes (Xanthomonas campestris) et plusieurs virus (virus de la mosaïque du chou –fleur, de la mosaïque de navet) des taches noires du chou, des jaunisses de la betterave. Mais il faut prendre garde de modérée ces ennemis, car les hôtes préférentiels de la moutarde des champs comptent certainement dans leurs rang des organismes utiles et en particulier les insectes prédateurs et surtout les abeilles.

Source:

MELAKHESSOU Zohra  2007.   Etude de la nuisibilité directe des adventices sur la culture de pois- chiche d’hiver (Cicer arietinum L) variété ILC 3279, cas de Sinapis arvensis L .

Téléchrager le document complet PDF.

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.