La jachère naturelle (la jachère nue)

La jachère La jachère naturelle (la jachère nue)
Share this post with friends!

C’est le type de jachère le plus répondu aujourd’hui en l’Afrique du Nord et surtout en Algérie. Il consiste à laisser, pendant plus d’un an, la terre à l’état où l’on a laissé la dernière récolte de céréales (GRILLOT, 1950).

Selon ICRAFKSM (2005), la jachère naturelle est tout simplement une mise au repos des terres sans les cultiver. On laisse le champ libre à la végétation naturelle pendant un certain temps afin de restaurer la fertilité du sol.

Selon SEBILLOTTE  et al. (1993), la jachère nue est une technique consiste à maintenir le sol sans végétation « nu » autant que faire se peut, en général durant au moins une année. Elle est inculte :

  • Une jachère pâturée avec labour avant le semé.
  • Une jachère préparée à l’été après fauchage ou pâturage.

      L’abandon de la terre pendant plus d’un an s’explique en réalité surtout par la nécessité d’obtenir de quoi alimenter un abondant cheptel (ovins, bovins, caprins) grâce à une végétation naturelle qui se développe sur les chaumes pendant les périodes humides.

L’utilisation de cette végétation naturelle se fait :

  • Soit par l’intermédiaire du pacage (jachère pâturée ou jachère pacagée ou pacage de chaume).
  • Soit par l’intermédiaire de la fauche du fourrage (jachère fauchée produisant des foins de chaumes).

Dans le cas de la jachère pâturée, ce sont en réalité surtout la paille laissée sur pied et les épis ou grains tombés à terre qui constituent l’essentiel de l’alimentation des animaux.

Mais le passage des animaux et le piétinement qu’ils provoquent, produisent un tassement préjudiciable à l’infiltration de l’eau, donc, il n’y a pas une constitution des réserves hydriques ; le sol absorbe une faible part des pluies de l’automne et de l’hiver qui viennent après la récolte et une faible part de pluie de printemps qui suit.

La pratique de cette technique est aussi visé à contrôler les mauvaises herbes et améliorer l’humidité du sol ; mais laisse les sols plus exposés à l’érosion hydriques et éolienne et augmenter les pertes en matières organique et les éléments minéraux ; les sols mis en jachère contiennent moins de carbone que celles qui produisent une récolte chaque année.

Les avantages de cette technique sont :

  • La possibilité d’une nourriture « gratuite » du cheptel.
  • La conservation de la matière organique, mais à un faible niveau (accumulation des débris de la végétation naturelle, chaumes de céréales, déjections des troupeaux), et à condition que ne se développent pas les phénomènes d’érosion (BENSID et MONNEVEUX, 1989).
  • Une bonne productivité du travail mais avec une faiblesse dans les rendements céréaliers. D’une façon générale la jachère naturelle a deux effets néfastes :
    • Elle accélère la décomposition de la matière organique dans le sol.
    • Supprimer les apports pendant l’année sans culture

Source:

ZAABOUBI Siham 2007. EFFETS COMPARATIFS DE DEUX OUTILS ARATOIRES (DISQUES – DENTS) ET DE DIFFERENTS PRECEDENTS CULTURAUX SUR LES PROPRIETES PHYSIQUES D’UN SOL CULTIVE EN CEREALES DANS LA REGION DE TIMGAD.

Université EL-HADJ LAKHDAR- BATNA.

Télécharger le document complet PDF.

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.