La jachère améliorée (jachère travaillée)

La jachère améliorée (jachère travaillée)
Share this post with friends!

Les préparés d’automne

Il n’y a pas une définition précise pour les préparés d’automne, chaque agriculteur la conçoit selon sa philosophie, il y a ceux qui font seulement le labour profond en suivant la terre pour laisser infiltrer les eaux de pluies et enrichir la nappe phréatique, et il y a ceux qui peuvent faire des reprises de labour, mais cette technique présente l’inconvénient d’érosion (BENSID et LAHMAR, 1990).                   Les préparés d’automne sont pratiquées par deux façons :

  • Un seul labour profond en ouvrant la terre pour laisser s’infiltrer les eaux des pluies.
  • Un labour profond suivit de façons superficielles à plusieurs passages ; le premier passage c’est avec le cover-crop, le deuxième avec le cultivateur (DIEHL, 1975 ; LAHMAR,1989).

Les passages répétés de ces instruments permettent certains avantages qu’on peut citer :

  • Un contrôle efficace des adventices.
  • Meilleure aération du sol.
  • Préparation d’un lit de semence propre, bien affiné et compact.

Mais elle présente certains inconvénients comme :

  • Une perte d’eau importante par l’évaporation.
  • Augmentation de la compaction du sol sous l’effet des passages répétés de tracteurs et d’outils de travail du sol (LAHMAR,1989).

Les prépares de printemps :

Les préparés de printemps sont : « la forme la plus moderne des techniques de l’antiquité » (ERROUX, 1971). En fait la pratique d’ouvrir une jachère par un labour de printemps était connue et pratiquée en Afrique du Nord bien avant la colonisation (YACONO, 1953 in LAHMAR, 1989). Mais elle était limitée aux secteurs les plus arrosés.

Au cours du dernier quart du 20ème siècle, elle est développée par les colons espagnols dans la région de : Sidi Bel-Abess par la compagnie genevoise à Sétif et par les colons alsaciens à Oued Fodda dans le Cheliff (1979) (BENSID et MONNEVEUX, 1989).

Dans cette technique, les terres ayant porté une culture céréalière ne reçoivent aucune façon culturale depuis la récolte, jusqu’à la moitié de l’hiver suivant, à partir du printemps et jusqu’au semis (novembre), les terres sont maintenues propres et meubles par :

  • Un labour d’ouverture (mars – avril).
  • Des recroisements légers (mai – juin) (juillet – août – novembre) avant le semis (MANICHON et LEBRIS, 1978 in LAHMAR, 1989).

Toutefois, les préparés de printemps rentabilisent mal les pluies de l’automne et de l’hiver qui suivent la moisson, puisque le labour n’est effectué qu’au printemps de l’année suivante : ce système ne permet donc pas la constitution des réserves hydriques très importantes et laisse échapper l’eau de deux saisons pluvieuses  (MONNEVEUX, 1989).

DULCIER (1978), définit les techniques des préparés du printemps comme un labour de fin mars plus des façons superficielles.

Parfois, pour remédier aux inconvénients de la jachère enherbée, les agriculteurs exécutent un préparé de printemps qui consiste à labourer la terre avant l’avènement des premières chaleurs épuisatrices des réserves hydriques par le biais de l’évapotranspiration (BENSID et LAHMAR, 1990) ; mais à partir du printemps et jusqu’au semis (novembre) les terres sont maintenues propres et meubles (LAHMAR, 1989).

La jachère travaillée intégrale (Dry-Farming et aridoculture)

      La jachère travaillée intégrale peut être définie comme : « la production de céréales rémunératrices sans irrigation, dans des régions recevant annuellement plus de 250 mm et moins de 500 mm de pluies (régions arides et semi-arides) par le moyen des méthodes spéciales ayant pour but :

  • D’emmagasiner, dans le sol, les pluies tombées pendant l’année de jachère par des labours convenables pour en faire profiter la culture suivante. (BENSID et LAHMAR, 1990).
  • De conserver cette humidité dans le sol jusqu’à ce quelle soit utilisée par les plantes grâce à des travaux bien compris de la surface du sol (pseudo – labour) (WIDTSOE, 1912 ; SMIKA et WICKS, 1968 in ABDESSAMED, 1990).

L’aridoculture peut être définie comme une technique culturale basée sur la rotation céréale – jachère en condition d’aridité climatique.

L’intérêt supposé de cette technique est d’emmagasiner l’eau pluviale pendant la saison de la jachère. En automne prochain, la céréale cultivée devrait exploiter l’eau se trouvant dans le sol. La jachère travaillée présente l’inconvénient d’exposer le sol pendant toute l’année à l’action pluviale et éolienne.

Cette technique, si elle est bien conduite, peut permettre une accumulation d’eau et favorise de meilleurs rendements au plan agricole, mais on doit signaler qu’elle favorise fortement l’érosion du sol, donc il faut prendre les préconisations des services agricoles, qui sont :

  • Labour en courbe de niveau :

Cette technique des labours en courbe de niveau va permettre une canalisation des eaux des pluies et leur infiltration plutôt que leur ruissellement ; C’est une technique conservatrice qui est surtout utilisable dans les régions ou les zones à topographie plus ou moins accidentées.

  • Culture en bandes alternées (banding) :

La culture en bandes s’oppose à la monoculture et présente l’avantage de mettre sur un même sol, différentes cultures qui nécessitent des différentes techniques et dont certaines prairies permanentes.

  • Pratique de mulching :

      Le mulching est une technique culturale qu’on peut assimiler comme un écran protecteur, mais son intérêt c’est la réduction de l’évaporation et même pour l’érosion.

Généralement, lorsque les précipitations sont de 250mm à 350mm / année, concentrées au cours de la période novembre – avril avec une fréquence assez élevée pendant les mois de décembre – janvier et février, le dry – farming constitue une pratique fondamentale du point de vue économie d’eau qui conditionne les rendements céréaliers (DEMELON, 1966 ; FAO, 1972 ; DULCIRE, 1978).

En Algérie, la technique de la jachère travaillée intégrale est pratiquée à grande échelle dans l’Est et le haut Cheliff.

La jachère cultivée :

Elle consiste en la production des légumes secs avec grand écartement entre les rangs (BELAID, 1996).

Selon ICRAFKSM (2005),  la jachère améliorée est une période de mise en repos de terre sans les cultiver avec la même espèce. Les agriculteurs ont planté des légumineuses des arbustes ou des cultures herbacées pour former une couverture  sur la terre mise en repos.

Les plantes utilisées pour la jachère, selon le même auteur (ICRAFKSM, 2005), possèdent des caractéristiques précises qui sont :

  • Il faut qu’elles poussent vite pour formé le couvert vert et supprimé les mauvaises herbes et surtout pour éviter les risques d’érosions ;
  • Elles à des racines profondes pour puiser les nutriments qui se trouvent loin dans le sol ;
  • Elles fixent l’azote d’une façon naturelle ;
  • Elles ne considèrent pas comme une mauvaise herbe dans les sols cultivés ;
  • Elles produisent facilement des semences ayant une longue viabilité ;
  • Elle résiste aux parasites et aux maladies ;
  • Elles Sauvegardent l’humidité du sol tout en minimisant l’érosion.
  • Elles Favorisent la production des légumes secs.

Le tableau suivant résulte les différents types de jachère.

 Tableau n° 11 : différents types de jachère (LAUMONT, 1946).

  Type Entretient Façons
 

Nue

 

Inculte

Pâturage Labour unique au moment des semailles
Récolte de foin ou chaume et pâturage Idem
Préparé d’été (après un pâturage ou fauchage) Labour        d’été        et         façons

superficielles

 

Nue

 

Travaillée

Préparé de printemps Plusieurs      labours     et       façons

superficielles avant les semis

Intégrale Labour et façons superficielles multiples échelonnées sur 4 à 16 mois
Cultivée Production de légumes secs

en           rangs             espacés

(8 à 100 cm)

Labour après la récolte.

Source:

ZAABOUBI Siham 2007. EFFETS COMPARATIFS DE DEUX OUTILS ARATOIRES (DISQUES – DENTS) ET DE DIFFERENTS PRECEDENTS CULTURAUX SUR LES PROPRIETES PHYSIQUES D’UN SOL CULTIVE EN CEREALES DANS LA REGION DE TIMGAD.

Université EL-HADJ LAKHDAR- BATNA.

Télécharger le document complet PDF.

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.