La filtration dans le système goutte à goutte

La filtration dans le système goutte à goutte
Share this post with friends!

I- La filtration :

IL n’y a pas d’irrigation Localisé sans filtration.  La filtration a pour objet d’extraire de l’eau, destinée à être injectée dans Le réseau d’irrigation, Les impuretés susceptibles d’obérer le bon fonctionnement de celui-ci notamment en obstruant les distributeurs. Les dispositifs de filtration installés doivent être adaptés aux caractéristiques de l’eau brute à traiter et à celles requises par les distributeurs de l’installation.

 II- Le poste de filtration :

Le poste de filtration  doit être conçu avec Le plus grand soin, afin de fournir une eau permettant un bon fonctionnement du réseau sans omettre de prendre en compte La nature de l’eau brute.

 

Fig. N°(14) : station de filtration  Source (Léopold RIEUL, Pierre RUELLE, 2003)
Fig. N°(14) : station de filtration
Source (Léopold RIEUL, Pierre RUELLE, 2003)

III- Les types de filtres :

III-1. Le filtre à sable

Le filtre à sable est une cuve à pression remplie d’une épaisse couche de sable calibré ; qui arrête les éléments solides en suspension dans L’eau qui la traverse. Il est indispensable pour arrêter les éléments organiques.

Le sable peut être roulé ou concasse. Le sable roulé, d’une seule granulométrie, permet une filtration plus homogène. L’emploi de couches de sable de granulométries différentes entraîne une variation de la porosité â la suite des lavages du filtre.

 

Fig. N°(15) : schéma d’une circulation d’eau dans un filtre à sable.  Source (Léopold RIEUL, Pierre RUELLE, 2003)
Fig. N°(15) : schéma d’une circulation d’eau dans un filtre à sable.
Source (Léopold RIEUL, Pierre RUELLE, 2003)

III-2. Les filtre à tamis

Les filtres â tamis sont constitués d’une cuve à pression contenant une paroi filtrante ou tamis en matière plastique ou en acier inox, dont les mailles varient de 80 à 250 microns. Les particules de dimensions supérieures à cette maille sont arrêtées par le tamis.

On obtient une bonne filtration pour une vitesse de passage de l’eau à travers le tamis du même ordre de grandeur qu’à travers un filtre à sable, soit 2,8 cm/s.

 

Fig. N°(16) : schéma d’une coupe de filtre à tamis  Source (Léopold RIEUL, Pierre RUELLE, 2003)
Fig. N°(16) : schéma d’une coupe de filtre à tamis
Source (Léopold RIEUL, Pierre RUELLE, 2003)

III-3 .La pré filtration

Lorsque l’eau est chargée en éléments grossiers ou en sable, un pré filtration est souhaitable. Pour cela, on devra disposer une crépine filtrante de l’aspiration de la pompe ou un séparateur du type hydro cyclone à l’amont du poste de filtration.                                                 (Léopold RIEUL, Pierre RUELLE, 2003)
IV-Le nettoyage des filtres

Au fur et à mesure qu’un filtre se colmate, la perte de charge à travers Le filtre augmente ce qui entraîne une baisse de pression à sa sortie. Lorsque la différence de pression entre rentée et La sortie du poste de filtration atteint 0,3 à 0,5 bar (3 à 5 m de hauteur de colonne d’eau), il est nécessaire de nettoyer Les filtres.
Le nettoyage se fait différemment suivant qu’il s’agisse d’un filtre à sable ou d’un filtre à tamis.                                   (Léopold RIEUL, Pierre RUELLE, 2003)

IV-1 .Nettoyage d’un filtre à sable

Le nettoyage d’un filtre à sable se fait par contre-Lavage, en faisant passer de l’eau filtrée en sens inverse de la filtration, par un jeu de vannes. Les impuretés sont évacuées à l’extérieur par le courant d’eau.

                                                                            (Léopold RIEUL, Pierre RUELLE, 2003)
IV-2. Nettoyage d’un filtre à tamis

Pour nettoyer un filtre à tamis, on doit brosser et rincer le tamis. Il faut éviter d’utiliser des brosses métalliques dures qui peuvent détériorer les mailles du tamis.                                                                 (Léopold RIEUL, Pierre RUELLE, 2003)

IV-3. Nettoyage automatique

Il existe des dispositifs qui permettent le nettoyage automatique des filtres, tant pour Les filtres à sable que pour les filtres à tamis. Le déclenchement du lavage est commandé soit par la différence de pression entre l’entrée et la sortie du filtre, soit par une horloge.

                                                                                                               (Léopold RIEUL, Pierre RUELLE, 2003)
V- La maintenance des filtres

Malgré les nettoyages, des dépôts finissent par altérer la perméabilité des filtres plus ou moins rapidement, suivant la qualité de l’eau. Les interventions suivantes sont nécessaires pour y remédier.

V-1. Filtre à sable

IL est conseillé de changer le sable au moins tous les deux ans, plus fréquemment si les eaux sont chargées. Il faut veiller â la qualité du sable (calibré ou roulé) et faire un contre-lavage avant la première utilisa- bon.
V-2.Filtre à tamis

Il faut vérifier périodiquement l’état du tamis et le changer si Les mailles sont obstruées ou détériorées. Qu’il s’agisse de filtres à sable ou de filtres à tamis, il est conseillé de les vidanger en fin de saison d’irrigation.

(Léopold RIEUL, Pierre RUELLE, 2003)
IIV- L’automatisation

L’automatisation consiste à déclencher et à arrêter le fonctionnement de tout ou partie du réseau d’irrigation en fonction d’indications prédéterminées ou définies en temps réel à partir d’informations recueillies par des capteurs.
   Pourquoi automatiser ?

Le nombre élevé des postes d’arrosage, Le fractionnement et la fréquence des apports d’eau en fonction de l’évolution de la réserve en eau du sol, la nécessité d’une bonne filtration de l’eau sont autant de facteurs qui exigent de nombreuses interventions pour le bon fonctionnement d’une installation d’irrigation Localisée.
Seule une automatisation plus ou moins complète de celle-ci permet d’en tirer le meilleur profit au moindre coût:

* en améliorant la qualité de l’irrigation et la gestion de la ressource en eau disponible
* en libérant la main-d’œuvre, qui pourra consacrer une part plus importante du temps à des tâches de contrôle et de surveillance du fonctionnement des installations et de l’irrigation.

(Léopold RIEUL, Pierre RUELLE, 2003)

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.