Importance économique et usages traditionnels du genre Astragalus L

Importance économique et usages traditionnels du genre Astragalus L
Share this post with friends!

Du point de vue économique et industriel, certaines espèces (A. gummifer Labill., A. microcephalus Willd, A. strobiliferus Royle ex Benth.) sont utilisées comme source de gomme adragante, substance largement utilisée dans l’industrie pharmaceutique et dans la production de divers produits alimentaires comme les crèmes glacées, les lotions, les spiritueux et les gommes à mâcher (Gentry, 1957 ; Zarre-Mobarakeh, 2000).

En médecine traditionnelle, les plantes sont utilisées depuis des millénaires par les Hindous et les Chinois (Chaudhary et al., 2008). En Inde, la pâte de feuilles est utilisée pour réduire le taux de sucre dans le sang (Anonyme, 1985), alors que les racines sont mâchées par les femmes pour stimuler la lactation.

D’autres études bibliographiques ont confirmé qu’A. malacophyllus Benth. ex Bunge présente des activités antituberculeuses, antitussives et de purification du sang (Verbeken et al., 2003).

En Chine, les racines d’astragales sont utilisées comme tonique, pour le traitement du diabète et des néphrites (Chaudhary et al., 2008). Elles sont également utilisées pour la régénération des tissus, la cicatrisation des plaies et la fabrication de médicaments visant à renforcer le système immunitaire après les traitements anti cancéreux (Gao et al., 2001 ; Duan et Wang, 2002 ; McCulloch et al., 2006 ; Tin et al., 2007).

Outre ces valeurs médicinales, un grand nombre d’astragales est utilisé pour l’alimentation du bétail à l’exemple d’Astragalus nuttalianus Speg., Astragalus cicer L. (Belkassoui, 2007). D’autres espèces sont toxiques pour certains animaux d’élevage (bovins et ovins) et de la faune sauvage (James et Van Kampen, 1974 ; Majak et Cheng, 1983; El Hamidi et Leipold, 1989).

Ces dernières sont classées en trois catégories selon la nature du principe toxique qu’elles renferment (James et Shupe ,1986):

  • Les espèces accumulatrices de Sélénium (James et al., 1983).
  • Les espèces productrices de produits nitrés (Ebrahimzadeh et al., 1999 ; Niknam, 2002).
  • Les espèces renfermant des alcaloïdes indolizidiques (James et al., 1980 ; Cronin et al., 1981).
Source : THESE
Présentée en vue de l’obtention du diplôme de
DOCTORAT EN SCIENCES
Option: Biotechnologies végétales Par
KARIM BAZIZ
Thème

page1image10001408

Organisation du génome et étude palynologique de quelques espèces algériennes du genre Astragalus L
Soutenue le 12 Février 2015 à l’Université Frères Mentouri

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.