Impact des incendies sur les sols sous subéraies

Impact des incendies sur les sols sous subéraies
Share this post with friends!

1.       Propriétés physiques

Certini, (2005) synthétise les données des effets du feu sur les propriétés des sols forestiers. La première conséquence visible du feu est la modification de la couleur des sols pouvant servir d’indicateur de la sévérité du feu. Suite à une seule période incendiaire, on observe généralement une diminution de la stabilité structurale des sols. Lefeu diminue la capacité au champ des sols brûlés et en conséquence entraine l’augmentation du ruissellement et des phénomènes d’érosion diminuant ainsi les particules fines telles que les argiles(BoixFayos, 1997in Cézanne 2011).

2.       Propriétés chimiques

Le feu dénature les acides organiques entraînant une forte augmentation du pH des sols. En revanche cette augmentation est négligeable dans les sols riches en carbonates au fort pouvoir tampon. Les incendies entraînentaussi la volatilisation de l’azote organique (Fisher et Binkley, 2000in Cézanne, 2011). Cependant, une fraction de cet azote organique peut persister telle quelle ou être transformée dans les sols brûlés lorsque l‘intensité du feu est faible ou modérée(Certini, 2005).

Le phosphore du sol n’est pas altéré par le feu de la même manière que l‘azotepuisqu‘il est peu volatile et difficilement lessivé. Néanmoins, le brûlage de la végétation et des litières modifie fortement sa disponibilité notamment en minéralisant le phosphore organique en orthophosphate (Cade-Menunetal., 2000Certini, 2005). Cette disponibilité du phosphore dans le temps est fortement variable et dépend de nombreux facteurs(in Cézanne, 2011).

La disponibilité d’autres nutriments est également affectée par le feu mais dans une moindre mesure et à plus court terme. Cette disponibilité dépend évidemment du type de nutriments, des espèces végétales qui ont brûlé, des propriétés du sol, des processus de lessivage (Kutiel et Shaviv, 1992) et de leur solubilité. Khanna et Raison, (1986) montrent que les concentrations en Ca2+, Mg2+, K+ et SO42- dans la solution du sol augmentent immédiatement après incendie(in Cézanne, 2011).

3.       Propriétés biologiques

Les effets d’un incendie sur le sol dépendent de l’intensité et la duréedu feu, du type de végétation et des paramètres physico-chimiques du sol tels que l’épaisseur des horizons, la Qualité et la quantité de la matière organique et la porosité (DeBano et al., 1998).

Les couches superficielles du sol, où l’abondance et l’activité des micro-organismes sont les plus importantes, et plus impactés par les incendies (Neary et al,. 1999).L‘élévation de la température induite par le feu entraîne une diminution de la biomasse microbienne (DeBano et al., 1998; Pietikäinen, 1999) pouvant aller jusqu’à la quasi stérilisation des Couches superficielles (Prieto-Fernández et al., 1998)

L‘humidité des sols est le facteur majeur qui contrôle l’impact du feu sur les propriétés biologiques des sols. En effet, Choromanska et DeLuca, (2002) in Cézanne, (2011) ont montré que, sous l‘effet du feu, la vitesse de propagation des températures augmentait avec l‘humidité des sols, probablement à cause d’une meilleure conduction de la chaleur par l‘eau par rapport à l’air, ce qui engendrait une perte supérieure de biomasse microbienne.

Source:

Saad Lynda. Impact des incendies sur les caractéristiques de la rhizosphère : cas d’une subéraie mise en défens (Taksebt, Zekri).

Université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou

Télécharger document complet.

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.