Production végétale - cours

Historique de la culture in vitro

Historique de la culture in vitro

Sont retracées ci-dessous les grandes étapes de l’histoire des cultures in vitro végétales dans le monde.

  • 1902, Haberlandt, chercheur allemand, énonce le concept de la totipotence cellulaire végétale. Il réussit à faire survivre in vitro, quelques mois, de petits amas cellulaires (poils staminaux ou glanduleux ou des fragments d’épiderme) mais sans multiplication.
  • 1912, Carrel réussissait la culture indéfinie de cellules de cœur d’embryon de poulet par repiquages successifs.
  • 1922, Aux Etats-Unis, Robbins et en Allemagne : Kott, obtiennent la croissance de pointes de racines pendant quelques mois seulement.
  • 1932, White (U.S.A.), réussit une culture de racines de tomates.
  • 1934, Gautheret, en France, cultive et multiplie des cellules cambiales de saule en introduisant des auxines dans le milieu.
  • 1936, Orsos en Hongrie induit des cals et des organes à partir de tissus de tubercule de chou-navet. F.G. Gustafson obtient avec un grand succès les premiers fruits parthénocarpiques, (tomate, raisin, figue), par application d’auxine sur des ovaires non fécondés.
  • 1939, Gautheret réussit des cultures indéfinies de tissus de carotte.
  • 1941, BRAUN en étudiant les tumeurs végétales ou crown-gall, a amorcé les travaux qui ont conduit aux premières manipulations génétiques végétales.
  • 1944, Buvat par les techniques de culture de tissus met en évidence le phénomène de dédifférenciation: la rejuvénation.
  • 1946, Ball aux Etats-Unis obtient la régénération de plants de lupin et de capucine à partir d’apex.
  • 1949, Limasset et Cornuet notent l’absence de virus dans les méristèmes de tabacs virosés.
  • 1952, Mettant à profit les travaux précédents, Morel et Martin à l’I.N.R.A. de Versailles, régénèrent des plantes entières saines de Dahlia, variété «le Rêve» indemne de virus à partir de culture de méristèmes de plants infectés par trois virus différents. De la même manière ils sauveront la variété de pomme de terre “la Belle de Fontenay” en 1954.
  • 1954, Muir obtient les premières cultures de cellules isolées à partir de cals friables, cultivées en milieu liquide agité.
  • 1957, Skoog et Muller régénèrent des racines et des tiges à partir de cals sous l’influence de l’auxine et de cytokinine.
  • 1958, Stewart et Reinert obtiennent des embryons somatiques de carottes à partir de culture de racines et mettent ainsi en évidence le principe de totipotence cellulaire énoncé par Haberlandt en 1902.
  • 1962, Murashige et Skoog mettent au point pour des cultures de tissus de tabac le fameux milieu de culture M.S. utilisé largement en culture in vitro.
  • 1964, Guha et Maheshwari, en Inde, obtiennent des plantes haploïdes de Datura innoxia Mill. à partir de culture d’anthères.
  • 1971, Au Japon, Takebe régénère des plantes entières de Nicotiana tabacum à partir de protoplastes.
  • 1972, Carlson obtient le premier hybride somatique interspécifique par fusion de protoplastes entre différentes espèces de tabac.
  • 1975, Pandey utilise du pollen irradié de tabac pour réaliser des croisements interspécifiques.
  • 1976, San Noeumdans (l’équipe du Pr. Demarly à Orsay) réussit la première culture d’ovaires d’orge non fécondés. Cette même année, Seibert réussit à initier des pousses d’œillets à partir d’apex conservés à -196°C. C’est le début de la cryoconservation pouvant être utilisée pour la constitution de banques de gènes.
  • 1983, Van Montaigu crée en Belgique les premières plantes transgéniques transformées par Agrobacterium tumefaciens.

Depuis le début du XXème siècle avec les travaux d’Haberlandt, de nombreux chercheurs ont œuvré et continuent à travailler au sein de leur laboratoire afin d’améliorer les techniques mises au point par les pionniers dans les différentes techniques de cultures in vitro. L’objectif étant d’utiliser ces outils sur le plus grand nombre d’espèces possibles et avec le meilleur rendement, à des fins d’amélioration des plantes au service de l’homme et de son environnement.

Source:

Tabti, Dalila 2010. Regénération in vitro de plants sains à partir d’Apex caulinaires d’olivier Olea europea L. var. Chemlal.

Télécharger le document complet PDF.

Previous post
Ravageurs, nématodes et maladies de l’olivier
Next post
Fondements de la culture in vitro

Leave a Reply