Phytopathologie - cours

Gale commune de la pomme de terre

gale commune de la pomme de terre

La gale commune, propagé par le sol, sévit dans toutes les provinces du Canada. Les manifestations sont généralement plus graves dans l’Ouest et en Ontario que dans les provinces de l’Atlantique. La maladie n’altère pas la valeur gustative des pommes de terres, mais elle en gâte l’apparence marchande et occasionne des pertes à cause de l’épaisseur de pelure qu’il faut enlever. Les infestations graves abaissent les rendements. De simples traces de gale suffisent à entraîner le rejet des tubercules destinés à la semence.

Cette forme de gale s’attaque aux tubercules, aux tiges, aux stolons et aux racines. L’organisme pathogène infecte les tubercules au stade de développement le plus rapide et stimule la croissance de tissu liégeux.

Il ne se développe pas en entrepôt.

Cette gale s’attaque aussi au rutabagas, à la betterave à sucre, à la betterave maraîchère et aux radis.

Symptômes

La maladie se manifeste d’abord par la présence de lésions minuscules brun rougeâtre au niveau des lenticelles des jeunes tubercules. Les lésions s’agrandissent, virent au foncé et forment des zones galeuses circulaires, les unes isolées, les autres réunies en de grandes plaques subéreuses (figure 1). Parfois ce sont des taches superficielles rugueuses, parfois de profondes et grosses croûtes.

Figure 1 Gale commune 
Figure 1 Gale commune 

Biologie

La propagation de la maladie d’une année à l’autre ne se fait pas uniquement par les tubercules ou les résidus de culture.

L’organisme est normalement présent dans tous les sols encore que sa multiplication et son comportement dépendent des conditions du sol.

Le fumier de ferme est généralement favorable à la gale. L’organisme subsiste plusieurs années dans les champs qui en reçoivent de fortes applications et dans le sol d’anciennes cours de ferme.

La maladie ne se manifeste généralement pas dans les sols de pH inférieur à 5, mais elle peut s’aggraver quand le pH s’élève à 6 ou davantage. Les sols chauds et secs sont propices à la maladie.

Lutte contre la gale commune

Attention au chaulage! S’il faut cultiver des légumineuses ou si le sol est trop acide, appliquer la chaux immédiatement après la récolte des pommes de terre et ne plus chauler avant la prochaine sole de pommes de terre. En sols d’acidité moyenne, appliquer 1/2 tonne/acre (1 120 kg/ha) au plus de chaux agricole finement moulue.

Dans les sols légèrement infectés, employer le sulfate d’ammonium, engrais acide, comme source normale d’azote.

Pratiquer un assolement de 3 à 5 ans, comportant de préférence des légumineuses.

Ne pas appliquer sur les cultures de pommes de terre de fortes quantités de fumier frais ni de déchets végétaux; ne pas entasser ni brûler dans le champ les fanes ou les débris de culture.

Planter des tubercules exempts de gale dans une terre exempte de la maladie ou dans des sols où la pomme de terre n’a pas été cultivée.

Le moyen le plus efficace de lutter contre la gale est de planter des variétés résistantes. Aucune variété n’est immune contre cette maladie, mais les variétés Avon, Huron, Netted Gem (Russet Burbanks), Cherokee et Sebago sont modérément résistantes.

Previous post
Gale poudreuse de la pomme de terre
Next post
La technologie de la myciculture est enfin disponible

One thought

Add yours

  1. Pingback: Gale poudreuse de la pomme de terre - agronomie

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.