Évolution de la viande après l’abattage

Évolution de la viande après l'abattage
Share this post with friends!

 Cette évolution consiste en de nombreuses modifications plus au moins longues qui assurent le passage du muscle à la viande (FRAYASSE et DARRE, 1990) .

Après l’abattage, le muscle subit deux phénomènes très importants pour le devenir de la viande: La rigidité cadavérique et la maturation. Ces transformations sont surtout d’ordre chimique avec intervention des systèmes enzymatiques (CRAPLET, 1966) .

Après la mort, le muscle est le siège des transformations qui conditionnent largement les qualités finales de la viande dont l’évolution passe par trois phases

  • Phase de pante lance
  • Phase de rigidité cadavérique
  • Phase de maturation (COIBION, 2008) .

 Le passage du muscle à la viande se réalise en cinq états :

État vivant

Le muscle correspond à un terme anatomique définissant une partie précise d’unorganisme (CRAPLET, 1966) .

Il est composé de cellules hautement différenciées, son Ph est voisin de 7 et plus la fibre musculaire contient de l’eau liée aux protéines plus elle est gonflée (COIBION, 2008) .

État de pantelant: phase de pantelance

 La phase de pantelance suit directement l’abattage. Malgré l’interruption du courant sanguin on observe une succession de contractions et relaxations musculaires. Le muscle continue de vivre. Il y a donc épuisement des réserves énergétiques (glycogène), puis une mise en place de la glycolyse anaérobie. L’accumulation d’acide lactique qui s’en suit provoque ainsi une baisse du pH  qui passe de 7 à 5.5 (OUALI, 1991 et COIBION, 2008) .

Cette baisse de pH est progressive au fur et à mesure que la synthèse de l’acide lactique se poursuit par décomposition du glycogène. Cette phase constitue ce qu’on appelle la viande chaude. Les masses musculaires sont molles, relâchées et élastiques. Les fibres musculaires sont gonflées puisque l’eau est encore fortement liée aux protéines. Le pouvoir de rétention d’eau évolue juste après la mort de l’animal puis diminue en même temps que le pH (SOLTNER, 1979) .

La couleur du muscle à ce stade est relativement foncée due au manque d’oxygénation provoquée par la saignée et l’arrêt de la circulation sanguine qui ont pour effet majeur de priver la cellule musculaire des nutriments et de l’oxygène (anoxie) . Seuls les mécanismes anaérobies continuent de fonctionner. Il en résulte des modifications du métabolisme qui présentent des répercussions sur la structure du tissu musculaire (El RAMMOUZ, 2005) .

 Etat de RigorMortis: phase de la rigidité cadavérique

 La phase de la rigidité cadavérique est comprise entre les 10 et 48 heures qui suivent la saignée. Le muscle devient progressivement raide et inextensible.

La rigidité cadavérique est le résultat de la liaison irréversible entre la myosine  et l’actine, avec diminution de la teneur en ATP car la vitesse de sa production devient inférieure à celle de l’hydrolyse due au manque d’oxygène au niveau du muscle provoquée par l’arrêt de la circulation sanguine (COIBION, 2008) .

La rigidité se caractérise par une perte d’élasticité des tissus et notamment des muscles, causée par la contraction de la myosine et l’arrêt d’approvisionnement des cellules en énergie (ATP) qui entraîne une accumulation des ions Ca++ dans le réticulum endoplasmique des cellules musculaires  (réticulum sarcoplasmique). L’évolution du pH en relation avec la lyse du glycogène engendre une acidification du tissu musculaire caractérisant la rigiditécadavérique (BOCCARD, et al., 1984 ; COIBION, 2008) .

Le temps d’apparition de la rigidité cadavérique dépend de facteurs  extrinsèques, ils sont liés à l’animal, il s’agit de l’espèce, l’âge, la région de la carcasse et de l’état de l’animal. Et les facteurs extrinsèques qui sont liés à la température d’entreposage, plus la température est élevée plus vite la rigidité cadavérique s’installe, un abaissement rapide de la température du muscle vers 0°C provoque son durcissement (ALIAS et LINDEN, 1997) .

Etat rassis: Phase de la maturation

La phase maturation est la phase d’évolution « post mortem » survenant après

l’installation de la rigidité cadavérique (SHACKELFORD et al., 1991; COIBION, 2008) .

C’est un ensemble de transformations que subit la viande au cours de sa conservation après la disparition du RigorMortis et avant l’apparition de la putréfaction (CRAPLET, 1966) .

La texture de la viande est définie par l’état et l’organisation du cytosquelette (les protéines de structure des muscles, les protéines myofibrillaire et le collagène). L’évolution de la structure myofibrillaire est consécutive à une attaque protéolytique par deux groupes de protéases musculaires, les protéinases et les protéines lysosomiales. Comme il s’agit d’un processus enzymatique, sa vitesse est fonction de la température. La disparition des réserves énergétiques du muscle et l’acidification du milieu placent les différentes fractions protéiques dans des conditions favorables à leur dénaturation (COIBION, 2008) .

Les facteurs qui influencent la maturation des viandes dépendent principalement de leur origine (espèce animale), de l’âge des animaux, du degré des concentrations musculaires post mortem, des groupes musculaires concernés, de l’acidité musculaire et de la température d’entreposage (STARON, 1982) .

La maturation est le résultat de l’action des protéases musculaires, et cela dés l’abattage, mais leur effets sont masqués par la rigormortis. Le système protéolytique dégrade les protéines myofibrillaires et celles du cytosquelette (GUILLEM et al., 2009) .

La durée de maturation dépend de la température de conservation. A +2°C, la viande est mure après 3 semaines; à +6°C, en une semaine et en 2 jours à +15°C.

La maturation en chambres froides dure 3 semaines (STARON, 1982; ALIAS et al., 1997) .

Au cours de cette phase ; le muscle redevient souple et mou avec une légère remontée du pH (5.7 à 5.8) et un pouvoir de rétention d’eau supérieure à celui noté pendant la phase de la rigidité cadavérique (FRAYSSE et DARREA, 1989) .

Etat postérieur à la maturation

A température ambiante il y a putréfaction de la viande. Dans des conditions de conservation, il y a transformation de la viande en une pâte molle suite aux dés agrégements des faisceaux musculaires. Cet état est conditionné par la température et le degré de contamination microbienne (CRAPLET, 1966) .

Source:

Melle Ameur samia, Mme Amel nadjet 2017 ,

Essai comparatif entre la viande ovine locale et importée.

Télécharger le document complet PDF.

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.