Dispersion et origines des familles lombriciennes

Dispersion et origines des familles lombriciennes
Share this post with friends!

Sans doute, la distribution mondiale des différentes familles des vers de terre donne une évidence importante sur l’histoire géologique et des mouvements de la terre.

Quelques espèces lombriciennes sont largement distribuées par des actions involontaires, suivant les traces de pérégrinations humaines liées particulièrement à l’agriculture et le commerce, tel que les taxons Pontodrilus spp. et quelques Microscolex spp (Michaelsen, 1903), largement distribuées sur les îles isolées et les masses de terre malgré qu’ils soient présumées être halotolérantes (euryhaline) et pour avoir été dispersées par la dérive de la terre et des courants océanique. Lee (1985) a exclu les espèces halotolérantes (euryhaline) et a limité l’utilisation du terme pérégrine aux espèces qui ont été transportées par l’homme ou dont la dispersion a été facilitée par l’homme. Les espèces pérégrines les plus répandues sont confinées donc, aux habitats modifiés par l’Homme. Ce sont ces espèces, les plus importants dans la fertilité et le maintien des sols agricoles (Gates, 1970).

Fragoso et al. (1992) ont fourni des données concernant 176 espèces et 60 communautés de ver de terre d’Amérique tropicale (6 pays) et d’Afrique (2 pays). Les espèces pérégrines avec les distributions pantropical sont dominantes dans les environnements perturbés parce qu’elles sont plus tolérantes que les espèces indigènes.

La dispersion des Megascolecidés et Lombricidés est de grande ampleur. Quelques espèces appartenant au Lombricidés sont endémiques d’Amérique du Nord, Sud-Est du Mississipi, d’Europe, d’Asie, du Caucase, la Sibérie et le Japon. La famille Lombricidés est la plus jeune de toutes les familles des Oligochètes (Michaelsen (1910) et Stephenson (1930).

Le secteur occupé par les Lombricidés forme une bande autour de l’hémisphère Nord, dans sa frontière méridionale est constituée par des mers, des déserts ou d’autres secteurs secs ou principalement semi-tropicale (Julin, 1949). Cependant, la limite nordique, indépendamment des vastes zones de plateaux montagneux et de régions arides en Asie centrale et du Nord-Est, ne semble pas être un de ces barrières physiques. Michaelsen (1930) a précisé que cette limite nordique est proche des limites les plus au Sud de l’autre prolongation méridionale des calottes glaciaires quaternaires, non seulement en Europe, mais également en Amérique du Nord. Au Nord de cette limite, les populations des vers de terre ont été exterminées par l’action physique des masses de glace. Les vers de terre ont lentement colonisé les parties du Nord à la suite de rétrécissement de la calotte glaciaire. Cette avance était très lente et avant que les colons européens n’aient commencé à s’établir au Canada, ni les Lombricidés ni les Megascolecidés n’ont atteint le dix-neuvième parallèle de la latitude. Tous les vers de terre au Canada sont considérés pérégrins liée l’anthropochorie.

Selon Gates (1969 b), environ 33 espèces des Lombricidés ont été enregistrées aux EtatsUnis.

Deux genres, Bimastos et Eisenoides, sont endémiques américaines. Il a défini le genre Eisenoides pour inclure deux espèces (carolinensis et lönnbergi) du genre européen Eisenia et il considère que le genre Bimastos provient de l’Amérique du Nord, et que plusieurs de ses espèces ont été éliminées pendant l’époque glaciaire.

L’effet de la glaciation a fait que les pays d’Europe, en partie ou complètement au Nord des limites des glaces, ont une faune d’oligochètes (avec une proportion plus élevée d’espèces pérégrines) moins riche en espèces que celles des pays du Sud d’Europe. Par exemple, en Tchécoslovaquie 37 espèces enregistrées (17 pérégrines), en Suisse 38 espèces dénombrées (18 pérégrines), en Italie 57 espèces (17 pérégrines), le tous au Sud de la limite de la calotte glaciaire. Au Nord de ces pays ou en partie du Nord de cette limite, l’Angleterre contient 25 à 30 espèces enregistrées (17 pérégrines), l’Allemagne 24 espèces (19 pérégrines), et la Norvège 30 espèces (25 pérégrines).

Des espèces pérégrines des Lombricidés sont également trouvées distribuées largement dans tout le reste du monde, en particulier dans la zone tempérée de l’hémisphère Sud. Ils sont rencontrés dans le Mexique, l’Amérique Centrale, l’Amérique du Sud, l’Afrique du Sud, l’Inde, l’Australie et Hawaï, aussi bien que plusieurs d’îles dispersées des océans atlantiques et indiens.

Cette diffusion a été principalement passive, habituellement due au transport involontaire par l’homme. On a souvent affirmé que les Lombricidés ont une capacité de s’adapter à de nouveaux environnements plus que tous les autres Oligochètes, et qu’une fois présentes dans un secteur ils causent fréquemment la disparition de la faune lombricienne endémique (Stephenson, 1930).

Gates (1972 a) a déclaré qu’aucune espèce de la famille Lombricidés n’a été connue pour avoir colonisé les terres tropicales, et quand elles sont délibérément introduites en grands nombres, elles n’ont jamais survécu. Il semble que la répartition de cette famille s’est déroulée par anthropochorie, et est climatiquement limitée dans la marge climatique de la zone tempérée nordique. Elle a également la capacité de vivre dans des environnements constamment troublés par les activités culturelles et agricoles de l’homme. Le terme hemerophilic a été inventée pour ces vers de terre qui peuvent tolérer la présence et les activités humaines, et hemerophobique pour ceux qui ne le peuvent pas.

En Europe, des espèces des Hormogastridés sont endémiques dans la partie méridionale du continent (Hormogaster redii f. gigantes est inclus dans cette famille, il peut atteindre une longueur de 75 cm). Des membres de cette famille sont rencontrés en Sardaigne, Corse, en Italie, en Sicile, en France méridionale et en Afrique du Nord, à Djebel Edough en Algérie (Omodeo, 1998).

Autre que les Moniligastridés, l’Asie et l’Autralasie du Sud-Est sont dominées par des vers de terre appartenant aux Megascolecidés. Les vers de terre des Megascolecidés du genre Pheretima (indigène en Chine, Philippines, La Malaisie, l’Indonésie et la Nouvelle Guinée) ont été également transportés à beaucoup de régions tropicales, subtropicales et tempérées. Ces espèces pérégrines sont trouvées en Australasie Sud et l’Amérique Centrale, l’Amérique du Nord et Antilles.

Les vers de terre endémiques de l’Australie sont des Megascolicidés, y compris quelques espèces de Pheretima. Les espèces de la famille Acanthodrilidée, et autre que Plutellus, ne sont pas observées en Asie du Sud-Est, et se produisent en Australie, en Nouvelle-Calédonie et en Nouvelle Zélande (le genre Deinodrilus est confiné à ce dernier pays). Les membres de cette famille prédominent en Amérique du Sud, et sont également trouvés dans le nord et en Amérique centrale.
20 à 30 espèces des Lombricidés, particulièrement les genres
Lumbricus, ApporectodeaAllolobophora, Eisenia, Eiseniella, Dendrobaena, Dendrodrilus, Bimastos et Octolasion, ont été détournées d’Europe nordique et occidentale par l’Homme, dans les dernières cent années, de sorte qu’elles sont maintenant les vers de terre dominants des superficies agricoles et des jardins dans quelques régions tropicales et tempérées du monde (Lee, 1985). Leur occurrence doit également être considérée comme étant due à leur grande aptitude pour occuper de nouveaux habitats, et peut-être à leur introduction par l’Homme. 15 à 20 espèces des Megascolecidés des genres Pheretima y compris amynthas spp., apparemment provenu du Sud-Est ou de l’Asie orientale, sont maintenant établis à travers la plupart des régions tropicales du monde, avec quelques espèces également bien établies dans des régions tempérées. Microscolex dubius et M. phosphoreus, probablement d’origine du Sud américain, mais qui est maintenant établie dans la zone tempérée méridionale et également en Amérique du Nord et en Europe, principalement dans les secteurs agricoles et pastoraux. Dichogaster bolaoui, D. saliens et Eudrilus eugeniae, probablement originaire des parties Ouest de l’Afrique, mais (spécialement D. bolaui et E. eugeniae), maintenant largement distribués dans toutes les régions tempérées tropicales et plus
chaudes.

Les Ocnerodrilidée et Acanthodrilidée sont relativement primitives et ont une large répartition d’une origine depuis la Pangée (Torsvik, 2003). Les Acanthodrilidés sont progressivement dérivés des Octochaetidés (ou Benhamiidae) et Exxidés, respectivement. Les Megascolecidés ont découlé des Acanthodrilidés ou bien développés indépendamment et sont principalement des taxons du Gondwana oriental (ex. Inde/Australasie) bien que maintenant sont habituel à travers l’Asie. Il est également possible que leurs origines sont pré-Pangée, ou même Rodinien qui expliquerait en partie la présence des genres de plutelloid megascolecid en Amérique du Nord (leur plus proche étant en Australie et en Inde) comme conséquence de la dislocation de Rodinien et la formations subséquentes de la Pangée.

Easton (1979), rapporte que l’origine du genre Pheretimoid est la plaque australienne (probablement la partie de la Nouvelle-Guinée), suivi par les invasions à l’ouest par l’intermédiaire de l’archipel Indo-Australasienne. À l’inverse, le développement de pheretimoids Oriental pourrait être dérivé depuis les megascolecidés ancestrales ayant un centre d’évolution encore plus à l’Est, peut-être autour de l’emplacement de l’actuelle Thaïlande (Gates, 1972). Dans les deux cas, les pheretimoids asiatiques partagent probablement un ancêtre commun en Gondwana avec les megascolecidés indiens et australiens avancés tels que Megascolex, Lampito et Anisochaeta. Le transport récent induit par l’homme de divers megascolecidés allochtone a réuni cette faunes Oriental et Australasienne.

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.