Définition du déficit hydrique

Définition du déficit hydrique
Share this post with friends!

Levitt, (1972), définit le terme de déficit hydrique ou stress hydrique comme étant une période d’insuffisance de l’activité de l’eau dans l’environnement de la plante.

En terme agronomique, on parle de sécheresse lorsqu’il ya manque d’eau (pluies tardives ; absence d’irrigation), ce qui se traduit sous un climat donné par des pertes d’eau supérieures aux disponibilités (Nemmar, 1983).

 

 

Henin, (1976) cité par Nemmar, (1983), donne deux définitions du stress hydrique :

  • Il ya sécheresse dés qu’il se produit dans la masse des tissus un déficit en eau amenant à une baisse de rendements.
  • Il ya sécheresse chaque fois que le déficit en eau provoque des réactions de défense de la plante, se traduisant par des modifications de l’état du feuillage qui caractérisent le flétrissement.

Leclerc, (1999) considère que la notion de stress implique, d’une part, une déviation plus ou moins brusque par rapport aux conditions normales (moyennes) de la plante, et d’autre part une réaction sensible de la plante dans les différents aspects de sa physiologie laquelle change sensiblement, avec soit adaptation à la nouvelle situation, soit à la limite, dégradation menant à une issue fatale.

Selon ce même auteur, le stress de sécheresse intervient dans une zone où la disponibilité de l’eau va être comprise entre des valeurs des potentiels hydriques qui sont entre la perte de turgescence amenant à un fèltrissement visible mais récupérable, et le point de flétrissement permanent.

Mouhouche et Boulassel, (1997), ajoutent que toute restriction hydrique se traduisant par une baisse de potentiel de production de la plante, suite à une perturbation de son activité physiologique provoquée par un déficit de consommation en eau, est communément appelée stress hydrique.

Belhassen et al, (1995) ; Morel, (1996) ; Leclerc, (1999), décomposent le stress hydrique en deux contraintes opposées : le déficit hydrique et l’excès d’eau qui entraînent l’asphyxie.

Source:

BOUZIDI NORA 2005. action de cinq provenances de porte – greffes francs d’abricotier (Prunus armeniaca. L) au déficit hydrique. Tolérance à la sécheresse.

Télécharger le document PDF.

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.