Croissance et développement de l’abricotier

Croissance et développement de l’abricotier
Share this post with friends!

Par rapport aux autres Prunus, l’abricotier présente une particularité assez remarquable dans le mode de croissance de la pousse annuelle. En effet, le méristème apical, après avoir mis en place un certains nombres d’entre-nœuds meurt et le bourgeon terminal se nécrose et chute, laissant une cicatrice longtemps visible. Il marque ainsi la fin d’une unité de croissance (Vidaud, 1980 ; Audubert et Lichou, 1989 ; Lichou, 1998).

La mort du méristème apical peut être du à un accident climatique (froid, stress hydrique), à une concurrence importante entre croissance des fruits et celle végétative ou à une carence  Lichou, (1998). 

Après trois semaines ou plus, de nombreux rameaux qui se sont arrêtés au début de l’été reprennent leur croissance à partir du bourgeon axillaire (le plus proche du sommet) qui prend le relais  et forme une seconde unité de croissance. Ce relais forme un léger angle avec la première partie du rameau, témoignant ainsi de son origine latérale. La ramification et dite sympodiale (Audubert et Lichou, 1989 ; Lichou, 1998).

Cette seconde unité de croissance termine de la même façon sa croissance que la première  et il peut y avoir, selon le climat, la variété et la charge de l’arbre (en particulier sur les pousses vigoureuses) l’apparition des pousses de troisième ou même de quatrième ordre  achevant leur croissance toujours selon la même modalité : la pousse et dite polycyclique (Vidaud, 1980 ; Lichou, 1998).

Chez l’abricotier, chaque nouvelle pousse est en fait un anticipé de la précédente, c’est à dire de l’évolution d’un bourgeon très récemment formé et n’ayant pas subit de dormance : les nouvelles portions de rameaux représentent ainsi des parties néoformées. (Vidaud, 1980 ; Lichou, 1998).

Il est important de signaler également que la  proportion de rameaux à une seule unité de croissance (01u.c) est plus élevée en climat pré-continental qu’en climat méditerranéen ; de même, les jeunes arbres ont tendance a avoir un allongement prolongé de la première unité de croissance. L’époque et la vitesse d’allongement des rameaux sont également influencées par les porte- greffes (Audubert et Lichou, 1989).

Le développement de l’oeil à bois, compte tenu de sa position sur le rameau ou sur la branche et de la quantité de sève qu’il reçoit, donne naissance à des productions fruitières comme le gourmand, les rameaux mixtes, les rameaux à bois ou les bouquets de mai (Fig n° 01) (Bretaudeau, 1979 ; Breteaudeau et Faury, 1992).

  • Le gourmand : C’est un rameau long à fort empattement constitué par des yeux à bois très espacés entre eux ; il est plus souvent porteur de nombreux anticipés et fructifie aisément à son extrémité. (Lamonarca, 1979 ; Bretaudeau, 1979). Le gourmand peut jouer un rôle très important dans le renouvellement de la Charpentière défectueuse.
  • Rameau mixte : Appelé également brindille ramifiée. C’est l’organe le plus important pour la production d’abricots de qualité ; d’où l’intérêt de bien favoriser sa formation et son développement (Gautier, 1982). Il porte à la fois des yeux à bois et des boutons floraux qui sont surtout localisés dans sa partie médiane et supérieure ; le rameau mixte se termine par un œil à bois. Le nombre de boutons floraux portés par un rameau mixte dépend de la longueur de ce dernier et même du type de variétés.
  • Rameau à bois : C’est un rameau plus court et grêle qui ne porte que des yeux à bois.
  • Bouquet de mai : Production fruitière courte, portant à son extrémité un œil à bois et plusieurs yeux à bois et boutons floraux en position latérale (Coutanceau, 1962). Les variétés Nord africaines fructifient souvent sur les bouquets de mai (Benaaziza, 1991).
  • Rameau anticipé : Il apparaît la même année que le rameau qui le porte. Il est mince et porte des yeux stipulaires à la base et les bourgeons floraux sont assez fréquents (Bretaudeau, 1979). Les fruits qu’il porte sont de petit calibre par rapport à ceux des autres productions fruitières.
               Fig n° 01 Productions fruitières de l’abricotier           
Fig n° 01 Productions fruitières de l’abricotier

   Source:

BOUZIDI NORA 2005. action de cinq provenances de porte – greffes francs d’abricotier (Prunus armeniaca. L) au déficit hydrique. Tolérance à la sécheresse.

Télécharger le document PDF.

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.