Classification des labours

Le labour Classification des labours
Share this post with friends!

1. CLASSIFICATION SELON LA PROFONDEUR 

1.1- Le labour de défoncement

Selon DETRAUX et OESTGES (1979) le labour de défoncement a pour but de préparer l’ameublissement du sol sur une grande profondeur et est employé, par exemple, pour la création des vignobles.

1.2- Le labour profond

Le labour profond est exécuté en tête d’assolement (pomme de terre, betteraves,…) et se fait généralement en automne pour que le sol puisse profiter de l’action des agents climatiques d’hiver (DETRAUX et OESTGES, 1979).

1.3- Le labour moyen

 Selon ELIARD (1979), le labour moyen est le plus pratiqué surtout pour les céréales et pour les plantes sarclées comme la pomme de terre et le maïs.

1.4- Le labour léger

 Selon DETREAUX et OESTGES (1979), le labour léger utiliser pour but d’obtenir une couche de terre pulvérulente formant écran contre l’évaporation de l’eau du sous sol, et de favoriser la germination des graines de mauvaises herbes pour pouvoir les détruire par la suite.

2- CLASSIFICATION SELON LA FORME SUPERFICIELLE (Le mode de renversement de la bonde de terre).

2.1- Le labour a plat

Selon CEDRA (1993), le labour a plat  est la façon culturale la plus pratiquée en France. La charrue verse la terre à droite, puis à gauche par rapport à l’avancement, de manière à labourer sans discontinuité, du bord d’un champs à l’autres, en donnant au labour un aspect plat, d’un seul tenant et sans dérayures, sauf en fin de travail, les côtés de retournement peuvent êtres inversés d’une années à l’autre.

2.2- Le labour en planche

Si la terre ne peut être versée que d’u seul côté par la charrue, il faut tourner autour de la planche, d’où le nom de labour en planche (HUARD, 1984).

2.3- Le labour en  bilons

Quand la parcelle est de petite dimension, le labour se réduit à deux sillons à bande adossée ; c’est le labour en billon (HUARD, 1984).

3- CLASSIFICATION SUIVANT L’ASPECT SUPERFICIEL DES LABOURS

3.1- Le labour a arêtes vives

Selon ELIARD (1979), le labour a arêtes vives est effectué depuis longtemps est utilisé surtout pour le retournement des prairies à l’automne, dans ce type de labour la bonde de terre est rectangulaire et peu déformée, elle est plus souvent dressée ce qui facilite la pénétration de l’eau et de l’air, et éviter la formation d’une couche contenue de matière organique en fond de raie.

3.2- Le labour anguleux

Ce type de labour d’après ELIARD (1979), est caractérisé par la présence de grosses mottes en virgule et c’est le labour d’automne classique.

3.3- Le labour arrondi

Dans ce cas on remarque une dislocation presque complète des bandes et une structure assez motteuse (HUARD, 1984).

3.4- Le labour jeté

Selon HUARD (1984), le labour jeté est caractérise par un guéret à surface plane constituée par de terre ou légèrement motteuse.

4- CLASSIFICATION SELON L’EPOQUE DES LABOURS

4.1- Le labour d’automne ou d’hiver

D’après DIEHL (1975) ; SOLTNER (1986) ; ELIARD (1979), ce type de labour ne se justifie que si l’action bénéfique du gel est supérieure à l’action dégradante de la pluie. Dans les régions à hiver très pluvieux et dans les sols à structure fragile (limons battants), il vaut mieux retarder la période des labours.

4.2- Le labour d’Été

 Évolue grâce aux variations d’humidité : l’argile sèche se fendille et elle gonfle en se ré humidifiant (DIEHL, 1975 ; ELIARD, 1979). 

5- CLASSIFICATION SELON L’INCLINAISON DES BANDES DE TERRE

5.1- Les labours à 45°

On obtient en inclinant la bande de terre retournée à 45°, cela correspond à une largeur de raie 1,4 fois plus grande que la profondeur (DETREAUX et OESTGES, 1979).

Dans la pratique cependant d’autres considérations peuvent déterminer ce rapport entre la profondeur et la largeur de travail de la charrue.

Pour réaliser ce type de labour d’une manière idéale, il faut exposer à l’air une surface de terre maximum.

5.2- Les labours fortement inclines à 25° :

Ces labour sont recommandés en terrains inclinés si on verse le haut ; dans les quels la largeur travaillée est égale à plus ou moins 3 fois la profondeur (DETREUX et         OESTGES, 1979).  

5.3- Les labours faiblement inclines à 50° :

Dans les quels la largeur ne dépasse pas 1.25 fois la profondeur. Cette pratique peut se rencontrée lors des labours profond laissant une terre creuse (DETREAUX et         OESTGES, 1979).

Source:

ZAABOUBI Siham 2007. EFFETS COMPARATIFS DE DEUX OUTILS ARATOIRES (DISQUES – DENTS) ET DE DIFFERENTS PRECEDENTS CULTURAUX SUR LES PROPRIETES PHYSIQUES D’UN SOL CULTIVE EN CEREALES DANS LA REGION DE TIMGAD.

Université EL-HADJ LAKHDAR- BATNA.

Télécharger le document complet PDF.

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.