Caractères botaniques et dendrologiques de l’arganier

Caractères botaniques et dendrologiques de l’arganier
Share this post with friends!

L’arbre ressemble quelque peu à un olivier, il atteint 8 à 10 mètres de haut et plus selon les conditions écologiques du milieu. La cime est très grande et étalée, dense et à contours arrondis en général ; le tronc est très vigoureux et court, il est constitué assez souvent par plusieurs tiges entrelacées provenant de la soudure de rejets très voisins ou de tiges issues d’un même noyau (BOUDY, 1952).

L’écorce du fût et des grosses branches est rugueuse, et présente un aspect du type « peau de serpent ». Les ramifications sont très denses, les extrémités des rameaux sont souvent épineuses (NOUAIM et al., 1991). Le feuillage est persistant. Toutefois, en cas de sécheresse sévère et prolongée, l’arbre peut perdre ses feuilles entièrement ou en partie (caractère d’adaptation assez poussé aux mauvaises conditions climatiques ou stationnelles telle que le déficit hydrique du substrat). Souvent réunies en fascicules, entières lancéolées, lancéolées-obllongues ou spatulées, atténuées ou plus ou  moins nettement pétiolées, les feuilles sont vert sombre à la face supérieure, plus claires en dessous, glabres, avec une nervure médiane très nette et des nervures latérales très fines et ramifiées (M’HIRIT et al., 1998).

L’arganier est une espèce monoïque, à fleurs hermaphrodites, les inflorescences se présentent en glomérules axillaires, composées chacune de 5 sépales pubescents succédant à 2 bractées. La corolle en cloche est formée de 5 pétales, arrondis, blancs ; les étamines (5) sont à filets courts et portent une grosse anthère mucronée ou obtus. L’ovaire pubescent et supère est surmonté d’un style court et conique, également ou dépassant les étamines (M’HIRIT, 1987).

La floraison de l’arganier a lieu généralement au printemps, voire en automne selon les conditions climatique.

La pollinisation anémophile à 80% et entomophile a 20% (THIERY, 1987).

Le fruit de l’arganier est une baie, de forme assez variable (ovale-arrondi, en fuseau court, ovale apiculé…), de couleur verte a jaune claire, et dont la taille va de l’olive à la noix. Il se compose d’un péricarpe charnu et d’un noyau central très dur.

Au centre du fruit se trouve une amande, qui est constituée d’un complexe de plusieurs graines concrescentes. Cette graine composée ne possède habituellement qu’un ou deux embryons ; elle est albuminée et gorgée d’huile (NOUAIM et al., 1991).

L’enracinement de l’arganier est très développé, il peut être traçant lorsque les roches dures s’opposent à son extension, ce qui lui permet de profiter même des faibles quantités de pluie. Le tempérament de cette espèce fort ancienne est extrêmement robuste ; Il rejette abondamment de souches, et constitue un hérisson végétal dans le volume croit régulièrement, ce qui met les pousses centrales hors de portée de la dent des animaux (RIEDACKER et al., 1990).

Le bois d’arganier est très compact, sans aubier, jaunâtre et lourd ; sa densité varie de 0.9 à 1. Il fournit un excellent charbon.

La longévité de l’arganier n’est pas connue avec précision. Toutefois, la résistance physiologique peu commune de l’espèce laisse croire que l’âge de l’arganier peut dépasser 200 à 250 ans voir plus après la coupe (M’HIRIT et al., 1998).

Source:

BEZZALA ADEL 2005 .

Essai d’introduction de l’arganier (Argania spinosa (L.) Skeels) dans la zone de M’doukel et évaluation de quelques paramètres de résistance à la sécheresse .

Télécharger le document complet PDF.

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.