La cæcotrophie et son intérêt nutritionnel

La cæcotrophie et son intérêt nutritionnel
Share this post with friends!

La cæcotrophie est une particularité digestive des lagomorphes, se situe dans le fonctionnement dualiste du colon proximal régulé à la base par le cycle nycthéméral.

Le contenu caecal se déverse dans le colon à la fin de la nuit ou au début de la matinée ; il subit un changement biochimique : Les digesta progressent vers le rectum sous l’action du péristaltisme de la paroi colique et sont progressivement enrobés des mucus.

Les digesta prennent la forme d’agglomérat des petits granules (n= 5 à8). Ces derniers sont appelés caecotrophes.

Si le contenu caecal se déverse dans le colon dans la journée ou en début de la nuit, puis il progresse sous l’action d’un double péristaltisme dans les directions opposées (du caecum vers le rectum et réciproque).

La compression a pour effet d’envoyer la partie liquide accompagnée des petites granules particules (≤ 0,1) et des éléments solubles en périphérie de la lumière intestinale puis de les faire remontées vers le caecum par une contraction antipéristaltique.

En même temps les grosses particules (≥ 0,3) sont retenues au centre de la lumière intestinale puis évacuées par la contraction péristaltique vers le rectum sous forme des crottes dures (BJORNHAG, 1972).

Les particules grossières forment l’essentiel des crottes dures et sont rejetées dans la litière et à l’inverse les caecotrophes sont ingérées directement de leurs sorties à l’anus. Les caecotrophes ont un intérêt nutritionnel très remarquable pour le lapin.

La quantité des caecotrophes produites chaque jour peut atteindre 15%de l’énergie totale en matières sèches et 23% de l’ingéré total en matière azotée totales. La matière azotée est composée des protéines essentiellement d’origine bactérienne (GIDENNE, 1987, GIDENNE et PONCET, 1985).

Selon GIDENNE et LEBAS(1987) les teneurs des caecotrophes en matières azotées totales et en eau sont le double de celle des crottes dures (tableau N°6). BERCHICHE(1985) estime l’apport quantitatif en acide aminé par les caecotrophes sont modeste, notamment pour l’élevage rationnel.

La masse quotidienne des caecotrophes ingérées est de 15 à 60g de produits frais, ce qui est égal à une ingestion d’environ 28 à120kcal d’énergie brut (EB).

Les caecotrophes ont une teneur en protéine très remarquable en aliments azotés pour les lapins (SALSE, 1983).

les protéines contenues dans les caecotrophes ingérées apportent des acides aminés essentiels en une petite quantité insuffisante; tandis que les acides aminés banaux sont apportés en quantités plus ou moins suffisante.

Ces derniers permettaient de  réguler à coup sur les régimes carencés plus particulièrement dans l’élevage traditionnel (GALOUIN, 1983).

Les crottes molles (caecotrophes) se distinguent des dures par leur teneur en eau et en vitamine du groupe B, C (SALSE, 1983); souvent en quantité plus ou moins insuffisant en vitamine K (CATAIA, 1978).

Tableau N°6 : Composition chimique des crottes dures et des crottes molles (BERCHICHE, 1985)
Tableau N°6 : Composition chimique des crottes dures et des crottes molles (BERCHICHE, 1985)

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.