Bref aperçu sur l’alimentation biologique

Bref aperçu sur l’alimentation biologique
Share this post with friends!

Fin 2010, 9.3 millions d’hectares (y compris les surfaces en conversion) ont été cultivés par 219 555 exploitations selon le mode de production biologique dans les 27 Etats Membres de l’Union Européenne et l’agriculture biologique représentait 5.1% de la superficie agricole utilisée (SAU) en Europe. En outre, les 2/3 des surfaces bios de l’UE se situaient en Espagne, Italie, Allemagne, France, Royaume Uni et Autriche. Cette surface bio a en moyenne, augmenté de 6.1% en 2011 et de 10.8% en 2012 (IFOAM, 2012; Anonyme 8).

La plus grande partie des surfaces agricoles biologiques mondiales se trouvent en Océanie (30%) suivie de l’Europe (25%) et de l’Amérique latine (23%) (Abdellaoui, 2012). À l’échelle mondiale, environ 37.2 millions d’hectares de terres agricoles sont certifiées selon les normes de l’agriculture biologique, et il y a environ 1,8 million de producteurs d’aliments biologiques certifiés (AAC, 2013). Le marché mondial des produits biologiques, qui était auparavant un marché à créneaux à petite échelle, a atteint une valeur de presque 63 milliards USD en 2011 (Anonyme 9).

L’ouverture des marchés occidentaux a fourni des débouchés aux agriculteurs du Sud, pour lesquels la transition en culture biologique représente une opportunité de développement qui leur permet d’atteindre une meilleure rentabilité (CTB, 2009).

La surface des terrains agricoles bio en Afrique et en Amérique latine, a ainsi atteint 9.5 millions d’hectares, cultivés dans 815 mille exploitations agricoles (figure7-a) et gérés par environ 61.8% de l’ensemble des agriculteurs bio du monde (figure 7-b).

Figure 7 (a) La répartition et la surface des terrains agricoles bio (en millions d’hectares) et le nombre d’exploitations bio (en milliers) dans le monde. Source: IFOAM, 2012; (b) Répartition des agriculteurs bio dans le monde. Source: Anonyme 6
Figure 7 (a) La répartition et la surface des terrains agricoles bio (en millions d’hectares) et le nombre d’exploitations bio (en milliers) dans le monde. Source: IFOAM, 2012; (b) Répartition des agriculteurs bio dans le monde. Source: Anonyme 6

En Algérie, la superficie totale des terres agricoles bio a atteint 1118.2 hectares répartis dans 59 exploitations. Ces dernières se localisent dans les régions de Mascara, Relizane, Mila et Biskra. Les aliments bio produits sont commercialisés par plusieurs sociétés à savoir: ONCV (vin), SAEX (olive de table et huile d’olive), Ass producteur bio et Sarl Bionour (dattes  Deglet Nour) et Sarl Biodatt (dattes et fruits). Plusieurs organismes certificateurs contrôlent la qualité des produits bio Algériens, tels qu’Ecocert (tunisie), Ecocert (Roumanie), Ecocert et qualité (France) (figure 8).

Figure 8 La superficie des terrains agricoles bios et le nombre d’exploitations bios dans les différentes régions d’Algérie. Source: Abdellaoui, 2012.
Figure 8 La superficie des terrains agricoles bios et le nombre d’exploitations bios dans les différentes régions d’Algérie. Source: Abdellaoui, 2012.

En Europe, la mention «biologique» ne peut s’appliquer à un aliment que si 95% au moins de ses ingrédients proviennent de l’agriculture biologique. Les pays de l’UE se sont entendus pour rédiger une réglementation commune pour ce type de production alimentaire. Les principaux textes communautaires sont :

  •  Le Règlement (CE) N° 834/2007 du Conseil du 28 juin 2007 relatif á la production biologique et à l’étiquetage des produits biologiques abrogeant le Règlement (CEE) N° 2092/91;
  •  Le Règlement (CE) N° 889/2008 de la Commission du 5 septembre 2008 détaillant les règles de production, d’étiquetage et de contrôle, avec son premier amendement sur les règles de productions pour la levure biologique;
  • Le Règlement (CE) N° 1235/2008 du 8 décembre 2008, qui règle en détail l’importation de produits biologiques en provenance de pays tiers (CE, 2012).

Le facteur de confiance entre producteurs et consommateurs se manifeste dans le développement des labels bio et leurs systèmes de certification. Les labels bios confirment la conformité des produits aux différents cahiers de charges. Ces cahiers des charges sont des  documents évolutifs, susceptibles d’être actualisés et améliorés en permanence en fonction de l’évolution des capacités technologiques et de la réglementation générale (CTB, 2009). On distingue trois principaux types de « labels »: les labels officiels, les labels privés collectifs et les marques privées individuelles. Les labels officiels, sont ceux intégrés et reconnus par la législation d’un pays ou d’un groupe de pays. Le label de l’UE mis en vigueur depuis juillet 2010 et le label AB (Agriculture Biologique) en fait des exemples. Les labels privés collectifs sont établis par des ONG, des associations de défense du bio ou des associations professionnelles, comme en Belgique pour le label Biogarantie. Les marques privées individuelles sont conçues par un fabricant ou un distributeur. La plupart des grandes distributions disposent de leur marque, comme « Bio-Time » pour Colruyt ou « Bio » chez Delhaize ou encore « Bio, Le bien-être de la nature » chez Carrefour (figure 9).

Figure 9 Les différents labels bio européens: Officiels (label UE, AB France) ; privés collectifs (biogarentie et nature & progrès- Belgique) et privées individuelles (bio-delhaize et biotime colruyt). Source: CTB, 2009).
Figure 9 Les différents labels bio européens: Officiels (label UE, AB
France) ; privés collectifs (biogarentie et nature & progrès- Belgique) et
privées individuelles (bio-delhaize et biotime colruyt). Source: CTB,
2009).

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.