Biologie du brome

Biologie du brome
Share this post with friends!

Le comportement de la plupart des bromes est celui des annuelles d’hiver. Dés les premières pluies automnales, la germination se déclanche. Les graines arrivent à maturité nettement plus tôt (Mai-Juin) par rapport aux céréales (Ghersa et Holt, 1995).

Le développement des racines des bromes est similaire à celui du blé, sauf que les premières racines séminales se mettent en place tardivement chez les bromes. Les racines primaires des bromes se développent rapidement après émergence, jusqu’à une profondeur de 18 à 20 cm avant de se ramifiées. Cette rapidité de croissance est déterminante pour le début du développement de ces adventices en Automne. De même, la pénétration des racines en profondeur où les températures sont de 2 à 3°C plus élevées que celles à la surface, permet aux bromes de continuer à se développer même pendant la période hivernale. (Skipper et al., 1996). Au printemps, la croissance active des bromes se produit et l’initiation florale des méristèmes apicaux débute quand les plantes sont aux stades 4 à 6 feuilles (Kon et Blacklow, 1989). Le stade floraison est atteint une à quatre semaines avant les blés (Anderson, 1998). L’apparition des panicules coïncide avec l’épiaison des blés et des orges.

La maturation des semences de B.rigidus, débute en Avril (Tanji, 1998); la plante commence à se dessécher fin Juin et les grains mûres tombent de la mi-juin au début juillet (Klemmedson et Smith, 1964).

 La maturité des bromes est atteinte quatre semaines avant le blé, ce qui leur donne l’occasion d’épuiser le maximum d’humidité et d’éléments nutritifs du sol, provoquant ainsi un stress chez le blé pendant la période critique de reproduction et de remplissage du grain (Rydrych, 1974).

Les bromes sont caractérisés par une grande capacité de reproduction qui varie d’une espèce à une autre. B. sterilis L. produit environ 200 graines viables / pied (Taleb, 2000) ;B. diandrus L. = 661à 3380 graines / pied, B.rigidus Roth. = 1156 à 2908 graines / pied (Kon et Blacklow, 1989) et B. tectorum L. = 340 à 770 graines / pied (Anderson, 1998).

Source:

BADA LEILA 2007.  variabilité génotypique du blé dur (Triticum durum Desf.) vis à vis de la nuisibilité directe du brome (Bromus rubens L.) en conditions semi – arides .

Télécharger le document complet PDF.

 

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.