Association de culture olivier/vesce/avoine : performance et influence sur le K (HNO3) de la rhizosphère

L’olivier
Share this post with friends!

Université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou

Faculté des Sciences Biologiques et des Sciences Agronomiques

Département des Sciences Agronomiques.

En vue de l’obtention du diplôme de Master II en Agronomie Domaine : Science de la nature et de la vie

Spécialité : Réhabilitation et Restauration des sols

Réalisé par :      Mme MADI Nadia épouse DJEDID.

Promotrice: Mme MOUAS BOURBIA S.

Introduction

 Les  associations de cultures  sont  utilisées  depuis  l’aube  de  l’agriculture   mais elles ont progressivement disparu avec l’intensification des agro-écosystèmes, durant  le  20ème siècle, au profit des systèmes fondés  sur  des  peuplements  cultivés  mono-  spécifiques. Ces systèmes sont actuellement remis en cause avec l’émergence des préoccupations d’économie d’intrants, la nécessité d’améliorer l’efficience des facteurs de production et de préserver l’environnement et la biodiversité (Hinsinger, 2012). Les associations de cultures présentent divers intérêts ; agronomiques, environnementaux et économiques (Osaé, 2012). Les espèces associées établissent des interactions négatives ou positives pour exploiter les ressources du milieu. Elles établissent aussi des relations symbiotiques avec des micro-organismes du sol de la famille des rhizobiums qui sont capables de fixer l’azote atmosphérique (Hinsinger, 2012).

La wilaya de Tizi Ouzou présente un territoire de 2 958 Km2 à prédominance montagneux avec 80% des terres en pente supérieure à 12 %, la superficie des exploitations  ne dépasse pas en moyenne 1,5 ha (D.S.A., 2010). Les sols se trouvent souvent appauvris en matière organique conséquence des fortes pentes qui favorisent l’érosion et la perte de nutriments. Il est donc nécessaire de valoriser la moindre S.A.U. d’une manière écologique afin de préserver les sols.

Notre étude a été conditionnée par ce contexte général. Elle a consisté dans la mise en place de l’association O/V/A dans le but de valoriser une parcelle d’olivier d’environ 1 ha, en diversifiant les cultures. La Kabylie étant plus une région à vocation d’élevage le choix s’est porté sur des cultures fourragères en l’occurrence vesce/avoine.

La wilaya de Tizi-ouzou est caractérisée par une oléiculture de montagne spécialisée dans la production d’huile d’olive. Ce sont des oliveraies séculaires typiquement extensives et à l’échelle familiale dont les pratiques culturales sont presque inexistants. Ces oliveraies se rencontrent généralement sur des reliefs accidentés et des terres qui ne sont pas adaptées et qui ne permettent pas de bien exprimer le potentiel génétique de chaque variété (Boukhari, 2014).

Le potassium revêt une importance majeure chez l’olivier, il intervient dans sa nutrition notamment en période de pleine croissance végétative, pendant la floraison et au moment du grossissement du fruit. En effet une bonne alimentation en cet élément permet d’obtenir de beaux fruits et une bonne conservation (Boulouha, 1995). Le potassium joue également un rôle osmo régulateur indispensable pour le maintient du statut de l’eau dans les cellules. Il intervient dans la réduction de la transpiration. L’ouverture des stomates est conditionnée par une concentration élevée en K+ dans les cellules de garde (Morel, 1989). Il est l’élément le plus difficile à maintenir à un niveau adéquat pour le développement de la récolte en ce qui concerne la culture de l’olivier. Cela est dû, d’une part au fait que les 2/3 du potassium est localisée dans le fruit à la période de la cueillette et d’autre part, à la faible mobilité du potassium dans les sols et à la grande facilité de ceux-ci pour fixer les engrais potassiques (Martinez et Sanchez, 1975).

Les associations d’espèces pourraient améliorer le fonctionnement rhizosphérique (aspects physiques, chimiques et/ou biologiques). La disponibilité des éléments peu mobiles peut être aussi améliorée par la présence d’autres espèces. Par ailleurs, l’insertion de plantes de services est susceptible d’améliorer le potentiel mycorhizogène des sols. Les symbioses entre plantes cultivées et mycorhizes permettent d’améliorer l’accès aux ressources du sol et la résistance à des stress biotiques et abiotiques. De plus, par la qualité des composés rhizodéposés par ses racines, l’insertion d’une légumineuse de service peut avoir un effet sur la qualité de la matière organique et sa dégradabilité (Melissa et al., 2013 ; Morison et al., 2014).

L’objectif de notre travail est d’évaluer l’impact des cultures associées sur la dynamique du potassium dans le sol global (sol qui n’est pas sous l’effet des racines), et sur le sol rhizosphérique de l’olivier, vesce et l’avoine.

Le présent mémoire est subdivisé en quatre chapitres : Chapitre I: synthèse bibliographique.

Chapitre II: étude du milieu. Chapitre III: matériel et méthodes. Chapitre IV: résultats et discussion.

Enfin une conclusion générale avec quelques recommandations et perspectives sur les possibilités de développement du travail.

Télécharger document complet.

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.