Aspect extérieur du mouton

La race arabe Ouled Djellal Aspect extérieur du mouton
Share this post with friends!

Selon Marmet, (1971) il existe une grande similitude morphologique et anatomique entre les ovins (Fig.15) et les bovins. Cependant les ovins se distingue par :

  • Leur taille plus petite (50 à 85cm selon les races);
  • Leur poids plus faible (40 à 80kg chez la brebis);
  • Leur pelage laineux enduit d’une matière grasse, le suint;
Figure 16 : Morphologie du mouton (Larousse, 2002).
Figure 16 : Morphologie du mouton (Larousse, 2002).

1.  Coloration et pigmentation

La coloration du corps du mouton n’est pas uniforme. Il existe des races blanches exemple race Texel, d’autres sont colorées noires, exemple race Ouessant ou brunes, exemple race Solognote aux différents degrés ou bien avec des taches plus ou moins larges.

La pigmentation plus ou moins marquée de la peau sans coloration du poil est très fréquente sur certaines races blanches (Degois, 1985 in Laoun, 2007).

2.  La tête

L’aspect général varie selon les races. La forme est allongée ou courte, le profil, le plus souvent convexe, est plus ou moins accusé. Enfin la coloration, rose, noire, blanche, rousse ou tachetée est un facteur de race (Marmet, 1971).

2.1.  Le front

Quelque soit le groupe auquel appartient le mouton, le front est toujours large (Elkhachab, 1997; Laoun, 2007) il peut porter de la laine comme il peut en être dépourvu, et dans ce cas il laisse voir les arcades sourcilières au dessus desquelles se trouve le creux des salières (Laoun, 2007).

De part et d’autre du front, on peut avoir des cornes situées plus en arrière

(Laoun, 2007), généralement obliques et annelées, contournées en spirales et situées dans le sens de la longueur de la tête. Notons par ailleurs que chez quelques races les cornes peuvent rester à l’état embryonnaire aussi bien chez les brebis que chez les béliers (Marmet, 1971).

2.2.  Le chanfrein

Le chanfrein va du front aux naseaux, et donne à la tête son profil caractéristique (concave, convexe et rectiligne). Les naseaux sont larges, bien ouverts et nets. La muqueuse qui les borde intérieurement est légèrement humide (Marmet, 1971; Laoun, 2007).

2.3.  L’œil

Il est généralement gros et affleure la cavité orbitaire. La pupille noire, est toujours très dilatée, l’iris qui l’entoure n’est qu’un grand cercle étroit dont la coloration est jaune verdâtre. Lorsque le front est couvert de laine, l’œil est caché sous les mèches qui tombent des orbites. On compte chez le mouton trois paupières : supérieure, inférieure et une troisième située sous les deux autres et qui recouvre le globe de l’œil à la façon d’un rideau que l’on tire latéralement du bord interne au bord externe, (Degois, 1985 in Laoun, 2007).

2.4.  Les oreilles

Selon Marmet, (1971) leur port est généralement en relation avec leur taille. On rencontre :

  • Des oreilles longues et pendantes (exemple: Lacaune )
  • Des oreilles petites et dressées (exemple: Charmoise);
  • Des oreilles moyennes et horizontales (exemple: Berrichon);

3.  Le cou

Le cou est d’une longueur variable suivant les races. La peau du cou est lâche dans les races à laine (Mérinos) voir un fort développement jusqu’à la formation d’énorme bourrelets.

Un premier pli qui part du dessous de la gorge est le fanon, un deuxième pli qui occupe la partie moyenne du cou et forme un bourrelet transversal se nomme la cravate que l’on peut quelque fois trouver double, un troisième pli part de la base du cou et recouvre une partie du poitrail, c’est le tablier. Ces plis augmentent la surface de la peau et par conséquent, celle de la toison. Sous le cou, les moutons de certaines races portent deux excroissances de chair que l’on nomme pendeloques. On considérait ces pendeloques comme un caractère laitier.

Tous le long du cou, de chaque côté, on trouve un sillon nommé gouttière jugulaire, qui marque la séparation entre les vertèbres cervicales et la trachée (Dehimi, 2005).

4.  Le tronc

Le tronc est la masse principale du corps dont on a enlevé la tête, le cou et les membres (Laoun, 2007).

4.1.  Le garrot

Le garrot est formé par les apophyses des premières vertèbres dorsales. Il ne dépasse pas

l’épaule et reste quelque peu noyé entre les scapulums (Laoun, 2007).

4.2.  Le dos

Le dos qui fait suite au garrot, a pour base le haut des cotes et se termine par le rein qui a pour base les vertèbres lombaires (Laoun, 2007). Il doit être droit et horizontal. Certaines races ont cependant leur dos plus ou moins plongeant, ensellé ou voussé « dos de carpe » (Marmet, 1971).

4.3.  La croupe

Cette partie vient après les reins. La croupe droite complète le profil rectiligne du mouton, mais les concavilignes ont tendance à présenter une croupe qui s’incline rapidement en arrière, tandis que chez les convexilignes, la croupe peut présenter une saillie de l’épine dorsale et s’abaisser nettement de chaque coté. La région de la croupe est un critère important d’appréciation de la valeur en boucherie de l’animal et des qualités maternelles (Laoun, 2007).

4.4.  La queue

Cet appendice est de volume et de longueur variables suivant les races. Chez certaines races la queue est particulièrement large, avec des dépôts adipeux qui s’y forment « en bonne saison ». Cette graisse est une réserve alimentaire où les animaux puisent pendant les périodes de disette. Chez d’autres races la queue est au contraire mince quelque fois courte (Bressou, 1978 et Degois, 1985) in (Laoun, 2007).

4.5.  Région de dessous

Elle est formée de: poitrine, poitrail, ventre, les organes génitaux chez le bélier et la mamelle chez la brebis.

La poitrine est large et haute correspondant à un poitrail éclaté. Le ventre est selon les races plus ou moins couvert de laine. Il possède une tunique extrêmement solide pouvant supporter le poids du tube digestif (Marmet, 1971; Laoun, 2007).

5.  Les membres

Les membres suivent la conformation générale du corps. Ils sont courts et trapus chez les races à viande, exemple : Southdown et sont longs et paraissent grêles chez les races de parcours (Fraysse et al, 1992).

Le membre antérieur est formé d’une épaule le plus souvent épaisse, bien soudée au thorax, suivi du bras et avant-bras, puis le genou qui est généralement cagneux chez le mouton, puis c’est le canon et le boulet qui se termine par le pied large constitué de deux onglons. Le membre postérieur est formé de la cuisse, qui constitue la grande partie du membre, suivi de la jambe et le jarret, puis le canon, le boulet, le paturon et le pied avec toujours deux onglons (Marmet, 1971).

6.  La toison

La toison du mouton est une association complexe de fibres de laine, de graisse de laine, de suint, de débris épithéliaux, d’impuretés diverses et d’eau. Une atmosphère particulière environne l’ensemble. La fonction de cette association est de protéger l’animal contre les intempéries et de contribuer à sa régulation thermique (Charlet et al, 1953; Elkhachab, 1997).

6.1.  Types de fibres

La toison du mouton est formée de plusieurs types de fibres, de structures différentes dépendant de facteurs héréditaires, et dont la plus caractéristique est celle de la laine.

La distinction entre ces fibres se fera d’une part par des critères morphologiques (description des différentes parties : écailles , cortex et moelle ) et d’autres part par des critères dynamiques ,croissance périodique donnant des fibres de longueur limitée, croissance continue donnant des fibres dont on peut définir la longueur maximum possible (Craplet et Thibier , 1984).

La toison de mouton renferme trois types de fibres : laine, jarre et poil.

a.  La laine

C’est une fibre à croissance continue (peu sensible à la durée quotidienne d’éclairement), dont la longueur des brins est limitée par la tonte. Elle est très fine (son diamètre variant en moyenne entre 18 et 30 microns), grasse et souple (Marmet, 1971; Craplet et Thibier, 1984). Elle se caractérise par :

  • La cuticule : très résistante aux agents physiques et chimiques et faite d’écailles transparentes très fines. Ces écailles font au moins la moitié du tour de la fibre. Elles sont très saillante d’où l’aptitude remarquable au
  • Le cortex  est composé   de  cellules   kératinisées   en  forme de   fuseaux   homogène, apte aux feutrage et ayant des propriétés textiles très remarquables .
  • L’absence de moelle d’où l’homogénéité de la fibre de laine (Craplet et Thibier, 1984).

b.  Le jarre

C’est une fibre grossière (sa section moyenne est supérieure à 100 micromètres), raide et cassante. Elle a une croissance périodique  assez  brève  (étroitement  liée  à  la variation de la durée quotidienne d’éclairement) d’où sa chute dans la toison.

Généralement court (3 à 4 cm), ce poil n’a aucune qualité textile et en particulier ne prend pas la teinture. Le jarre se caractérise par :

  • Une cuticule faite d’écailles rectangulaires peu saillantes, se recouvrant largement;
  • Un cortex réduit (Marmet, 1971; Craplet et Thibier, 1984);
  • Une moelle importante fragilisant la fibre (Laoun, 2007);

c.  Le poil

C’est une fibre ressemblant à un cheveu, grossière (section moyenne de 30 à 70 micromètres), longue et relativement souple. Sa croissance est continue. Son aptitude au filage et à la teinture est faible. Il se caractérise par :

  • Une cuticule formée d ‘écailles dessinant des hexagones plus ou moins réguliers.
  • Un cortex assez important augmentant les qualités mécaniques du poil et Une moelle fragmentée tous le long de la fibre. (Marmet, 1971; Laoun, 2007).

d.  Fibres hétérotypiques

Ce sont des fibres assez fréquentes présentant sur leur longueur 2 ou 3 structures différentes : laine, jarre, poil. Elles ont une croissance périodique avec une phase de ralentissement au cours de l’hiver.

La proportion des différents types de fibres dans la toison varie en fonction des races et des individus. Les animaux de race Limousine et Solognote ont tendance à présenter des toisons jarreuses. Les Texels ont une toison riche en fibres hétérotypiques (Marmet, 1971).

6.2.  Caractéristiques de la toison

Les caractéristiques de la toison soit quantitatives ou qualitatives sont très importantes pour l’éleveur et pour l’industriel en même temps.

a.  Quantité de laine

Ce caractère très important résulte de l’interaction de plusieurs facteurs notamment la longueur des fibres, l’extension de la toison et la densité des fibres (Craplet et Thibier, 1984).

b.  L’étendue de la toison

Représente la couverture de laine des différentes parties du corps du mouton. Il peut être visuellement (Dehimi, 2005).

c.  La densité

C’est le nombre de brins par unité de surface (généralement le cm²) de peau (Marmet, 1971; Elkhachab, 1997). Elle doit être d’autant plus élevée que la finesse est plus grande par exemple : une race à laine grossière a une excellente densité avec 1200 brins au cm², alors qu’un Mérinos de Rambouillet doit avoir plus de 3500 brins au cm² (Marmet, 1971). Plusieurs facteurs affectent la densité telle que la race et la variété intra-race. On peut aussi trouver des différences chez le même individu qui se déplace d’une région à l’autre (Elkhachab, 1997).

d.  La longueur

Elle varie avec de nombreux facteurs :

  • La durée entre 2 tontes et méthode de tonte (force ou tondeuse) ;
  • La race : on distinguait autrefois les races à laine longue et grossière (Lincoln: 25 cm, Dishley: 29 cm) et les races à laine courte et fine (Mérinos: 4 cm);
  • Le sexe : la laine du bélier est plus longue que celle de la brebis;
  • La région du corps : la laine la plus longue se trouve au niveau de la première vertèbre dorsale , et la plus courte au niveau de la jambe;
  • L’alimentation: la longueur dépend de la valeur de la ration (Craplet et Thibier, 1984);

e.  La finesse

C’est la gracilité de la fibre appréciée par son diamètre. C’est une qualité essentielle de la laine donnant aux étoffes la légèreté, la souplesse, le moelleux et la douceur. C’est un caractère spécifiquement génétique, très peu influençable par le milieu. Les facteurs de variation sont :

  • La région du corps : la laine la plus fine se trouve au niveau de l’épaule, la laine intermédiaire sur la dernière cote et la laine la plus grosse sur la cuisse.
  • La mèche : dans les toisons non homogènes il y a une variation considérable entre les divers fibres d’une mèche;
  • La fibre n’est pas uniforme mais monoliforme avec des étranglements ( nœuds) et des renflements (Craplet et Thibier , 1984);

f.  La pureté

C’est la présence plus ou moins grande de jarre que l’on repère au laboratoire soit par sa structure anatomique(présence de moelle) soit par son inaptitude à prendre la teinture , soit par son aspect nacré lorsque le brin est examiné sur fond noir dans un bain de benzène (Craplet et Thibier , 1984). C’est une qualité essentielle pour la valeur de toute toison.

Elle dénote en effet la pureté raciale du sujet qui la porte et elle est appréciée par l’acheteur. Une toison homogène présente des mèches à peu près comparables quoique ce soit l’endroit où elles se trouvent.

Pour l’évaluer, on compare une mèche de l’épaule (laine plus fine et plus longue) et une mèche de la cuisse (laine plus grossière et plus courte). En race pure, les finesses de ces deux  mèches  doivent   être   voisines,  l’écart   maximum   permis   est  de  deux numéros (Marmet, 1971). On peut augmenter l’homogénéité de la toison par la sélection continue sur ce caractère (Elkhachab, 1997).

g.    Le suint

Le suint est constitué par un mélange de substances, dont la graisse de laine, présentes dans la laine brute, de couleur jaune pâle, sécrété par les glandes sudoripares et qui est soluble dans l’eau froide (Charlet et al., 1953; Laoun , 2007). Un suint gras, liquide, jaune pâle dénote un mouton sain et une laine probablement satisfaisante; par contre un suint grisâtre sec est un indice de sous-alimentation ou de maladie (Craplet et Thibier , 1984).

Source:

GHANI, ALI 2016 , Etude des quelques caractéristiques morphologiques des ovins, race Hamra.

Télécharger le document comlpet PDF.

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.