Aire de répartition du Cèdre de l’Atlas

Aire de répartition du Cèdre de l’Atlas
Share this post with friends!

Historique

La présence de Cedrus atlantica en Afrique du nord n’est pas récente. Il y est certainement établi depuis le Pléistocène moyen, voir inférieur. Cependant sa répartition ne fut pas toujours celle que nous connaissons actuellement. Aux pays du Maghreb il a été identifié par le pollen dans le Hoggar (PONS et QUEZEL ,1958 in ABDESSEMED, 1982), au Sud et au Nord-Ouest de la Tunisie, dans le Rif, le Moyen Atlas et le Haut Atlas Oriental (Maroc), montrant ainsi la vaste distribution des lointains ancêtres des cèdres (NADJAHI, 1988). D’une manière générale, il semble que son ancienne aire naturelle, plus ou moins étendue en fonction des différents paléoclimats, montrait des frontières plus orientales, en Tunisie et méridionales, dans le Haut Atlas, que l’actuelle (DAMBLON, 1989). En plus de cette migration longitudinale et latitudinale, on constate une variation altitudinale de l’arbre au cours du temps.

 Situation géographique actuelle

Aire naturelle

Le cèdre de l’Atlas est localisé sur les montagnes du Maghreb ; le Maroc détient à lui seul la plus grande surface, répartie sur deux blocs d’inégale importance, le premier dans le moyen Atlas et le grand Atlas oriental (116 000 ha), le second dans le Rif occidental et central avec une superficie d’environ 16 000 ha (M’HIRIT, 1982). En Algérie, les massifs cédraies sont dispersées et beaucoup plus réduits qu’au Maroc. Le cèdre occupe une surface d’environ 30 000 ha répartie sur deux ensembles naturels, d’écologie sensiblement différente : le premier est localisé sur les montagnes littorales bien arrosées (Babors, massif de Djurdjura, l’Atlas Blidéen, Ouarsenis), ce sont les cédraies humides.

Le second ensemble est le plus important du point de vue superficie, il occupe les montagnes méridionales continentales de l’Atlas saharien, ce sont les cédraies sèches.

Il est représenté à l’Est par les cédraies des Aurès et de Belezma, qui couvrent 17 000 ha environ, réparties entre les massifs de Chélia, S’gag, Aidel, Ouled yacoub et du Belezma, à l’Ouest les massifs de Maadid, Boutaleb et Guthiane (Hodna). Ces dernières sont réparties en cantons isolés couvrant environ 8 000 ha (NEDJAHI. 1988). La carte que Roche (2006) est utilisé (figure 2) donne une bonne idée de la localisation de ces îlots. On trouve d’est en ouest :

Figure 2: Localisation de Cedrus atlantica en Algérie (Roche, 2006)
Figure 2: Localisation de Cedrus atlantica en Algérie (Roche, 2006)

Aire d’introduction

Le cèdre de l’Atlas espèce circumméditerranéenne a été utilisé en dehors de son aire naturelle d’abord comme espèce ornementale ensuite comme espèce de reboisement. Les principaux pays dont il a été introduit sont :

France :

Son introduction remonte à 1862, sur le flanc du Mont Ventoux. Depuis lors, la France est en tête des pays possédant des cédraies en dehors de l’aire naturelle de l’espèce. Une des raisons de son importance est son utilisation pour reboiser les grands espaces forestiers laissés libres par les froids intenses, les grands incendies ou encore les attaques d’insectes ravageurs de ces dernières années (TOTH,1980 ; BARRITEAU et FERRANDES, 1990). Aujourd’hui, Cedrus atlantica est présent plus ou moins abondamment dans 25 départements de la partie méridionale du pays (TOTH, 2005). Cedrus atlantica couvre environ 20.000 ha de forêts avec un taux de boisement de plus ou moins 1.000 ha/an. Sa progression ne devrait pas s’arrêter là, car son aire potentielle serait de 200 000 ha (FABRE, 1994). Les forestiers spécialisés estiment qu’il présente de fortes potentialités pour la reconstruction de la forêt méditerranéenne française.

Italie :

Le cèdre de l’Atlas est également utilisé dans ce pays comme espèce de reboisement. Son introduction remonte au 19ème siècle, période où il fut planté en Toscane. Depuis, les cèdres peuplent sur près de 1.000 ha plusieurs régions du sud et du centre de l’Italie (MICHELE et al, 2001). Andrea et Roberto (1994), tout comme Pandolfi et al (1996), renseignent aussi le cèdre au centre de l’Italie, les premiers au sud de la montagne Pratomagno, les seconds dans la région de Marche.

Bulgarie :

Les premiers cèdres de Bulgarie ont été plantés en 1876. Delkov et Grozev (1994) précisent qu’on peut les trouver dans divers endroits du pays.

Hongrie :

Csaba M. (1994) relate la bonne tenue de Cedrus atlantica en Hongrie, avec pour exemple des stations situées dans les montagnes au nord-est du Danube.

Autres

Lasram (1994) indique que Cedrus atlantica a été introduit en Russie comme espèce de reboisement, sans donner plus de précisions sur son implantation. Toth (2005) parle de l’introduction du cèdre au Portugal en 1935, mais il n’indique pas si ces peuplements ont perduré. M’hirit (1994) signale son introduction dans quelques états des Etats-Unis : Pennsylvanie, New York, Côte pacifique. Il cite également des reboisements sur grande échelle en Crimée (Ukraine) et dans le Caucase.

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.