Actions du déficit hydrique

Actions du déficit hydrique
Share this post with friends!

La croissance et le développement des plantes sont directement contrôlés par le stress ou déficit hydrique dans le végétal. Il se caractérise par une chute de la teneur en eau, du potentiel osmotique et du potentiel hydrique total, accompagné par une perte de turgescence, une fermeture de stomates et une chute de la croissance. Un déficit hydrique sévère  conduit à une réduction de la photosynthèse et une perturbation de nombreux autres processus physiologiques.

Il faut noter également que le stress hydrique agit sur ces différents paramètres par son intensité et sa durée, et il cause plus de dégâts aux plantes à certaines phases de développement, dites phases critiques. L’action du déficit hydrique des cultures s’observe à différents niveaux :

1 : Action sur la morphologie :

Le grandissement et l’expansion générale cellulaire dépend de l’interaction de plusieurs facteurs, entre autre, de la turgescence. Leclerc, (1999), définit un potentiel de turgescence limite Wplim. à partir duquel se produit une extension mécanique de la paroi cellulaire. Selon cet auteur, la pression de turgescence Wp doit être supérieure à la pression de turgescence limite par une bonne alimentation hydrique et donc une bonne photosynthèse qui assure l’apport de nouveaux matériaux pariétaux et l’apport de solutés organiques qui conduisent à l’abaissement du potentiel et par conséquent à l’étirement ou au grandissement cellulaire.

Un déficit hydrique conduit à l’élévation du  potentiel hydrique général de la plante conduisant au blocage de l’étirement cellulaire. Les travaux de Wenkert et al, (1978), témoignent de la réponse immédiate de l’allongement cellulaire par rapport à d’autres processus tels que la photosynthèse, la régulation stomatique ou la transpiration. L’interruption de l’allongement cellulaire se répercute sur l’arrêt ou la diminution de la croissance en longueur des tiges, des feuilles et des racines.

Hsiao, (1973), rapporte que la division cellulaire apparaît être moins sensible au stress hydrique que l’expansion cellulaire, mais lorsque le stress se maintient, les mitoses méristématiques s’arrêtent également.

Mcgree et Davis, (1974), indiquent que chez le soja et le sorgho la division et l’élongation cellulaire sont équitablement sensibles au stress. Leclerc, (1999), a montré que l’action du stress peut porter à la fois sur la division cellulaire et sur l’arrêt de l’élongation cellulaire par absence ou faiblesse de turgescence, ou faible plasticité de la paroi.

L’une des plus importantes conséquences de la sensibilité de l’expansion cellulaire au stress hydrique est la réduction de la surface foliaire. Selon Leclerc, (1999), le nombre de cellules semble globalement être déterminé pour une feuille, à partir de celui du primordium, mais en présence d’une contrainte hydrique, le nombre de division cellulaire va diminuer et donc le nombre de cellules ; la feuille va être plus petite essentiellement parce que les cellules sont moins nombreuses, mais pas plus petites.

La diminution de la surface foliaire peut également se faire par l’abscission précoce des feuilles (défoliation), par leur enroulement ou par le changement de leurs orientations.

Ces mécanismes constituent un moyen efficace pour limiter les pertes en eau en réduisant les radiations absorbées empêchant une augmentation de la température foliaire (Petersen, 1985).

Le déficit hydrique intervient également dans la réduction du taux de croissance de la plante en réduisant la taille des organes. L’altération de la réponse de la croissance au déficit hydrique a été signalée par plusieurs auteurs. Une contrainte hydrique influence la croissance des jeunes pousses par suite de la diminution de la paroi cellulaire et des protéines (Hsiao, 1973). Une sécheresse réduit la hauteur, le diamètre des tiges et la longueur des entre nœuds de plusieurs plantes cultivées (Nemmar, 1983). 

Chez le Tournesol, un déficit hydrique réduit d’une manière significative la hauteur de la tige et freine le rythme de synthèse de la matière sèche. 

Sur arbres forestiers plusieurs travaux ont mis en évidence l’effet négatif d’une contrainte hydrique sur l’élongation des pousses et la hauteur terminale. Par exemple, Finkelstein, (1981) travaillant sur jeunes plants de cèdre a constaté que cette essences réduis fortement la vitesse de croissance et la longueur finale de la pousse annuelle.

En arboriculture fruitière, une contrainte hydrique sévère affecte fortement la grosseur du tronc et des pousses, diminue l’élongation et le nombre de pousses annuelles (Catzeflis et Udry, 1978 ; Li et al, 1990 ; Cemagref, 1990).                   

Le dessèchement que peuvent subir les racines lorsqu’un végétal subit un stress hydrique peut avoir plusieurs conséquences :

  • Il s’accompagne d’une réduction du diamètre racinaire qui peut atteindre 30 à 40%, cela entraîne une diminution de la surface de contact entre le sol et les racines et par conséquent une diminution des transferts d’eau et des éléments nutritifs vers les racines (Guyot, 1998). 
  • Il peut rendre très difficile la réhydratation du végétal. En effet, des mesures ont montré que la conduction des vaisseaux du xylème des racines est sensiblement réduite lorsque le déficit s’accroît (Guyot, 1998).

Il faut également considérer un autre fait. Bhan et al, (1973), indiquent que durant le stress la proportion des photosynthétates détournée à la croissance des racines augmente ; ceci résulte d’une plus grande diminution de la croissance relative de la partie aérienne au profit de la croissance racinaire. Petersen, (1985), estime  que l’augmentation du poids sec des racines et de sa plus grande profondeur durant le stress, peuvent conduire à un plus grand degré d’extraction de l’eau du sol et maintenir par conséquent un plus grand potentiel de la plante.

Le même fait a été observé par Chartzoulakis et al, (1993) sur Actinidias où un stress sévère multiplie par 3.5 le rapport racines sur pousses (matière sèche) par rapport au témoin, ce qui prouve que la répartition des photosynthétates est modifiée par le stress.

Il faut souligner également que la variation dans la croissance racinaire  peut être retenue comme un caractère morphologique déterminant les différences dans la résistance à la sécheresse entre les espèces et les variétés.

2 : Action sur la régulation stomatique :

la transpiration des plantes se fait par plusieurs voies :

  • une transpiration cuticulaire, due au passage de vapeurs d’eau à travers la cuticule, c’est souvent une transpiration très faible, car la conductance cuticulaire est souvent très basse.
  • une transpiration corticale, assez faible aussi, car les tissus subérisés de la tige et des branches sont assez épais.
  • une transpiration stomatique, qui peut être régulée. Selon Guyot, (1998), la transpiration stomatique représente environ 90% de la transpiration totale à l’échelle de 24 heures. L’ouverture et la fermeture des stomates sont contrôlées par la turgescence de leurs cellules de gardes. Cette dernière dépend de l’humidité du sol, de la température de la feuille, de l’humidité de l’air, du rayonnement incident, du vent et de la  concentration en CO2 de l’air et de la chambre sous stomatique (Teare et Kanemasu, 1972). 

Les stomates jouent un rôle primordial dans la régulation des pertes d’eau des plantes  par transpiration et les échanges gazeux de la photosynthèse. La diminution du potentiel hydrique de la plante augmente la résistance stomatique et conduit à la fermeture stomatique ; cela conduit à une diminution du CO2 échangé et par conséquent à une diminution dans le taux photosynthétique. Tout frein à ces échanges provoquera donc un fléchissement de la production végétal et par conséquent une diminution de rentabilité de la culture envisagée (Guyot, 1998). A chaque fois que le végétal met en œuvre des processus de réduction de l’évapotranspiration par la fermeture des stomates, il en résulte un effet dépressif sur la production de matières sèche (Brochet et Gerbier, 1978).

L a régulation des pertes d’eau par les stomates est aussi primordiale. En situation de stress c’est à dire lorsque le potentiel hydrique du sol devient insuffisant, les racines vont réagir en émettant un signal sous forme de libération d’acide abscissique (A.B.A) qui est un messager interne, vraisemblablement véhiculé par le xylème jusqu’aux feuilles, ces dernières ayant  encore une grande réserve d’eau et sont menacées par le fait que la transpiration ne sera plus compensée par l’absorption d’eau racinaire, vont alors fermer leurs stomates  (Guyot, 1998 ; Leclerc, 1999). La plante va donc ainsi maintenir plus ou moins bien son état hydrique. l’A.B.A induit une diminution de la croissance foliaire qui s’ajoute à l’effet rapide, classique, sur la fermeture des stomates (Leclerc, 1999).

La régulation stomatique a fait l’objet de plusieurs études ; Li et al, (1990a), travaillant sur jeunes pêcher,  ont mis en évidence l’effet d’une contrainte hydrique sur la régulation stomatique. Ils ont démontré que la résistance stomatique est fortement corrélée avec la valeur absolue du potentiel hydrique de base des feuilles théoriquement représentatif du potentiel hydrique du sol en fin de nuit.

L’effet d’une contrainte hydrique sur la résistance stomatique a également été mis en évidence sur plusieurs autres espèces  cultivées et essences forestières. Nous citons en particulier les travaux de Shamsun et al (1990) sur trèfle blanc, les travaux de Eze et al (1988) ; Granier et al, (1992)Lu et al (1995) sur certaines essences forestières.

3 : Action sur la photosynthèse : 

Le déficit hydrique est toujours très lié à la photosynthèse. D’après certains auteurs, la réduction de la photosynthèse due à une sécheresse ne serait qu’une conséquence de la fermeture stomatique. Leclerc, (1999), indique que lorsqu’on établie des stress contrôlés et étudie les réactions conséquentes, on constate d’abord généralement une corrélation entre la conductance stomatique et la photosynthèse. En effet, Charfaoui, (1984), avait déjà mis en évidence cette importante corrélation entre la conductance stomatique et la photosynthèse. En présence d’une contrainte hydrique sévère, il avait remarqué une nette diminution de la photosynthèse suite à une augmentation de la résistance stomatique. Après réhydratation, il avait constaté la reprise de la photosynthèse et son évolution en parallèle avec la reprise et l’évolution de la conductance stomatique. Sur pêcher, Li et al (1990a), avaient démontré que la transpiration et la photosynthèse nette des feuilles étaient fortement liées aux conditions d’alimentation hydrique : une limitation de la photosynthèse apparaît particulièrement en fin de cycle de dessèchement et en conditions de rayonnement fort sur des arbres soumis à une contrainte sévère par rapport à celle des arbres arrosés tous les jours. Mogensen et al (1994), ont rapporté que le pourcentage de la photosynthèse nette diminue avec le temps, ceci est dû à la sénescence. Par contre, lorsqu’une sécheresse est en voie d’installation Li et al (1990a), avaient remarqué une stimulation de l’assimilation de CO2 lorsque le rayonnement  se trouve faible ou moyennement fort, cela se traduirait par un report relatif d’une partie de l’activité photosynthétique

Sur vigne, la photosynthèse commence a diminué lorsque la valeur du potentiel hydrique devient inférieur à –1,1 ou –1,2 MPa ; cette limitation est de plus en plus marquée au cours de la journée de mesure et elle s’accompagne d’une diminution de la conductance stomatique (Katerdji et Daudet, 1986).

Selon Plaut et Federman, (1991), (in Sarda et al,1992), il y aurait des effets non stomatiques de la diminution de la photosynthèse. En effet, l’effet dépressif d’une contrainte hydrique sur la photosynthèse des végétaux résulte non seulement d’une baisse de la conductance stomatique, mais également d’une altération de l’appareil photosynthétique et/ou d’une diminution de la surface foliaire. En effet, la capacité photosynthétique d’une feuille diminue rapidement quand la teneur en eau relative (t.e.r) de cet organe s’abaisse au-delà d’une valeur de 75% (Kaiser,1987). 

Selon  Sarda et al (1992), une baisse de la photosynthèse sous contrainte hydrique peut s’expliquer comme suit : Le statut hydrique des feuilles (site de transpiration) d’un végétal soumis à un déficit hydrique est progressivement abaissé ; en conséquence, la photosynthèse est altérée dans un premier temps en raison de la fermeture des stomates (effets stomatiques), puis du fait d’une altération de l’appareil photosynthétique (effets non stomatiques).

Il est à noter également que la diminution de la photosynthèse peut avoir des répercussions sur le développement des organes.  Aussenac et Finkelstein, (1982), en mesurant la croissance en hauteur de beaucoup d’espèces forestières soumises à des contraintes hydriques, notent une diminution de la croissance en hauteur due à une chute importante de l’activité photosynthétique.

De même Blond et al, (1980), travaillant sur Mais notent une baisse notable de la production de la matière sèche qu’ils avaient attribué à la diminution de la photosynthèse, mais aussi à la transpiration et aux réactions métaboliques.

4 : Action sur la transpiration :

La transpiration dépend étroitement de la conductance stomatique. Sarda et al, (1992), signalent que ce processus est très important en termes de flux de molécules. En effet, pour une mole de CO2 assimilée, des centaines de moles d’H2O quittent la feuille via les stomates. Selon Robelin, (1983), 98%  de l’eau absorbée ne fait que transiter au travers du végétal pour répondre à la demande climatique, les 02% restant participent à la croissance volumique des tissus et entrent dans le métabolisme.

Dans le cas d’un déficit hydrique, la plante réagit en réduisant son évapotranspiration par régulation stomatique, ce qui se traduit par une augmentation de la température de la surface du couvert végétal, qui devient supérieur à la température de l’air ambiant (Rieul, 1988).

Lorsque la quantité d’eau absorbée par les racines, pendant la phase de demande climatique croissante d’une journée est inférieure au flux de transpiration, la plante utilise la capacité tampon d’une partie de l’eau de ses tissus (ses réserves propres), pour assurer une transpiration intense et échapper au flétrissement. Les tissus concernés, généralement tiges et fruits chez les arbres fruitiers, perdent de l’eau, leur volume diminue, leur diamètre également. Ces contractions s’amplifient lorsque le stress hydrique et plus sévère et franchit un seuil dit « critique », qui marque une déshydratation tissulaire au-delà de laquelle la plante déclenche son mécanisme de survie, la régulation stomatique (Koslowski, 1982).

L’effet d’une contrainte hydrique sur la transpiration est connu chez diverses espèces et a fait l’objet de plusieurs études. Li et al (1990a), mettent bien en évidence la chute de la transpiration à la suite d’un déficit hydrique sur pêcher, ils remarquent l’accentuation de la contraction des organes, tiges et fruits, au fur et à mesure que le substrat se dessèche. En mesurant le flux de sève de plusieurs arbres forestiers, Becker, (1970) ; Granier, (1987)  et Breda et al, (1993), notent une chute appréciable de la transpiration.

En évaluant l’effet d’une contrainte hydrique sur la transpiration de deux plantes cultivées, Soja et Tournesol, les résultats ont conduit à proposer de déclencher l’irrigation lorsque les seuils suivants étaient atteints :

Pour le Soja :  S(Ts – Ta)= 15°.

Pour le tournesol : S(Ts – Ta)=20°.

Source:

BOUZIDI NORA 2005. action de cinq provenances de porte – greffes francs d’abricotier (Prunus armeniaca. L) au déficit hydrique. Tolérance à la sécheresse.

Télécharger le document PDF.

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.