action de cinq provenances de porte – greffes francs d’abricotier (Prunus armeniaca. L) au déficit hydrique. Tolérance à la sécheresse.

Croissance et développement de l’abricotier
Share this post with friends!

L’insuffisance et l’irrégularité des précipitations sont l’une des principales contraintes limitant la culture fruitière dans les zones arides et semi-arides du pays.

Pour y remédier, les agriculteurs recourent souvent à l’irrigation qui ne semble pourtant pas couvrir les besoins des arbres, vue la rareté et la cherté de l’eau.

De telles situations créent un état de déficit hydrique saisonnier ou de longues durée responsable d’une importante baisse du potentiel de production des espèces fruitières.

La mise en évidence de « cultivar » ou de « variétés populations » tolérantes à la sécheresse devrait donc être un préalable à toutes recherches en sélection et / ou en amélioration.

Notre étude à pour objectif de déterminer l’impact du déficit hydrique et de quantifier les différences pouvant exister entre les plants du cultivar « Rosé » greffé sur cinq provenances de port – greffes franc d’abricotier, en vue de sélectionner un ou plusieurs port-greffe(s) tolérant(s) à la sécheresse.

Les plants cultivés sans abri dans des pots en plastique sont soumis à deux contraintes hydriques, moyenne (60% de l’ETP) et sévère (30% de l’ETP) et comparés à un témoin mené à 100% de l’ETP.

La répercussion de ses contraintes sur les stades phénologiques et les paramètres de production et du feuillage sont étudiés sur deux années successives.

Les résultats obtenus montrent que :

  • Le déficit hydrique a un effet général sur les différents paramètres étudiés. Il induit une perturbation des stades phénologiques, une réduction de la croissance diamétrale et en longueur des pousses (croissance totale, nombre de pousses………etc).

Les paramètres du feuillage sont également touchés : réduction de la surface foliaire, de la turgescence relative et accumulation de la matière sèche faisant preuve peut être d’une accumulation de solutés associés avec la tolérance à la sécheresse.

  • Le déficit hydrique est plus contraignant lorsque la contrainte est sévère (30% de l’ETP).

Les provenances testées manifestent une importante variabilité générique dans leur réactions à ce type de contrainte. Cette variabilité devrait permettre une pratique agronomique plus efficace :  les provenances (23) et (02) qui ont manifesté une bonne résistance à la sécheresse (faibles réductions, bonne accumulation de matière sèche au niveau des feuilles) devrait être multipliées et diffusées dans les zones déficitaires en eau, alors que les provenances (22) et (03) plus sensibles à la sécheresse réussiront bien dans les zones humides, tandis que la provenance (26) qui a montrée une tolérance moyenne pourrait être introduite dans les deux milieux (humide et sec) à condition d’être conduite en irrigué dans le deuxième milieu.

Source:

BOUZIDI NORA 2005. action de cinq provenances de porte – greffes francs d’abricotier (Prunus armeniaca. L) au déficit hydrique. Tolérance à la sécheresse.

Télécharger le document PDF.

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.