Accumulation d’azote avant et après floraison

Accumulation d’azote avant et après floraison
Share this post with friends!

L’accumulation quotidienne d’azote dans la plante dépend de la richesse du sol en cet élément, de ses besoins de croissance et de sa capacité d’absorption.

Une culture de blé absorbe avant floraison, la majeure partie de l’azote stocké dans ses parties aériennes à maturité (de 65 à 72 % selon Van Sandford et Macknown, 1987). Sur des sols suffisamment irrigués après floraison, la plante peut encore absorber des quantités non négligeables d’azote, ce qui a un impact sur la teneur en protéines des grains. Les estimations de la proportion de l’azote retrouvé dans les grains à maturité issu de l’absorption postfloraison sont de 10 à 50 % (Austin et al., 1977). En effet, le système racinaire peut continuer à croître après floraison et donc explorer de nouvelles zones du sol, plus profondes et plus humides.

Après floraison, les besoins en azote de la culture sont estimés à partir de la courbe critique de la teneur en azote des parties aériennes. Bien que celle-ci n’ait été validée que jusqu’à floraison, Barré (1997) (cité par Chambenoit, 1999) a montré que cette courbe était valable 200 degrés jours après floraison. Pendant la période d’accumulation importante de biomasse dans les grains, la teneur en azote critique est maintenue à un niveau constant.

Source:

Mme FERTAS  Khadra 2007 . Essais  d’optimisation  du  fractionnement  et  de   la  période  d’apport  de  l’azote  pour  la culture  du  blé dur  ( variété waha )  en zone  semi – aride  irriguée.

Télécharger le document complet PDF.

0 thoughts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.